Fermer
menu

Test : êtes-vous un imposteur au bureau ?

Bien connu dans le monde du travail, le syndrome de l’imposteur (appelé aussi syndrome de l’autodidacte) est cette petite voix qui vous dit que non seulement vous n’êtes pas du tout compétent, mais qu’en plus vous êtes un fieffé menteur qui se garde bien de montrer aux collègues que vous ne savez pas faire votre boulot. Ambiance.

mentir

« Je me demande bien pourquoi ils m’ont embauché ?! », « Merci, mais je n’ai aucun mérite, j’ai surtout eu beaucoup de chance » 

Souvent mal connu des recruteurs, et mal vécu chez les salariés, le syndrome de l’imposteur, c’est croire que nos réussites professionnelles sont le fruit du hasard, d’un concours de circonstances ou encore de nos relations. Mais jamais de notre mérite ! Pour savoir si vous souffrez de ce trouble si particulier, voici le test (The Impostor Test) réalisé par Pauline Rose Clance, une des chercheuses à l’origine de la découverte de ce syndrome. Il vous suffit d’attribuer une numéro de 1 à 5 en fonction de votre ressenti.

  • 1- Pas du tout
  • 2- Rarement
  • 3- Parfois
  • 4- Souvent
  • 5- Tout le temps

Si vous obtenez un score de 40 points ou moins, vous présentez quelques caractéristiques de l’imposteur, mais rien de bien significatif. Si vous vous situez entre 41 et 60 points, vous êtes un « imposteur modéré ». Entre 61 et 80, vous commencez à vous approchez sérieusement dudit syndrome. Au-delà de 80 points, vous êtes un imposteur à 100%.

PS : On vous rassure : selon une récente étude américaine menée par l’International Journal of Behavioral Science, 70% d’entre nous sont touchés de près ou de loin par le syndrome de l’imposteur. En d’autres termes, les trois quarts de vos collègues estiment en ce moment-même qu’ils ne sont pas qualifiés lorsqu’ils se comparent à vous ou à d’autres personnes. Alors dédramatisons ! Il est toujours plus simple d’atténuer les effets du syndrome quand on sait que l’on est tous dans le même bateau.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Antoine
    26 août 2016 - 11h34

    A titre personnel, en France, le management tend plus à enfoncer les gens, là où aux US ou au Canada il cherche plus à valoriser. Ce sentiment d’être un imposteur, j’ai trouvé que nous le ressentions plus ici où votre manager à cette manie de mettre le doigt sur ce qui ne va pas au lieu de souligner ce qui est bien. Ce serait intéressant de comparer ce « symptôme » avec d’autres pays 🙂

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.