Fermer
menu

Erasmus : les apprentis peuvent enfin étudier à l’étranger

Partir un an à l’étranger pour étudier, c’était jusqu’alors l’apanage des étudiants. Désormais, les apprentis de longue durée pourront également « faire leur Erasmus ».

erasmus-apprentis

Un projet pilote d’ « Erasmus des apprentis » a été lancé mercredi à Bruxelles sous le patronage du Parlement et de la Commission européenne. Cette initiative permettra aux jeunes en apprentissage de partir un an à l’étranger. La première promotion partira en octobre, et 145 apprentis européens (dont 75 Français) pourront ainsi se former dans 12 pays européens pendant un an. Auparavant les apprentis ne bénéficiaient que de programme de 15 jours ou 3 semaines, contrairement aux étudiants qui pouvaient partir un an avec Erasmus.

« Il leur donne la même possibilité de mobilité que des jeunes issus des milieux académiques »

« Ce programme ne s’adresse pas (…) aux étudiants, mais aux apprentis. Il leur donne la même possibilité de mobilité que des jeunes issus des milieux académiques. C’est pour cela que je le soutiens », a lancé le président du parlement européen Martin Schulz.

Réduire le chômage plus que faire la fête !

Si les motivations des étudiants qui tentent l’aventure Erasmus sont « variées » (nous ne rentrerons pas dans le débat aujourd’hui !), l’eurodéputé français à l’origine de cette initiative Jean Arthuis l’affirme : « avec ce projet, nous apportons un début de réponse au chômage des jeunes dans l’UE ».

La logique est simple. Les pays les mieux lotis en termes d’emploi des 15-24 ans sont ceux qui ont une grande culture de l’apprentissage, et les étudiants qui ont séjourné un an à l’étranger en Erasmus sont mieux protégés que les autres, a-t-il expliqué. Combiner les deux permettrait donc selon lui d’aider à l’insertion des jeunes qui ne se destinent pas à des métiers exigeant de longues études.

Pour rappel, en juillet, le taux de chômage des jeunes se montait à 18,8% dans les 28 pays de l’Union européenne. L’Allemagne, pays où la formation en alternance est particulièrement développée, affiche l’un des taux les plus bas : 7,2%. En revanche, la Grèce (50,3% en mai selon le dernier chiffre disponible), l’Espagne et l’Italie (39,2%), où l’apprentissage est peu répandu, ont des taux de chômage très élevés.

Des cours de langues et une aide financière à la mobilité

Il est prévu que les apprentis bénéficieront de cours de langue et d’une bourse de mobilité. Un financement de 1,8 million d’euros dédié à cette expérimentation a été attribué par la Commission européenne. Cette initiative s’inscrit dans la même veine qu’un projet-pilote franco-allemand lancé en novembre 2015 englobant une cinquantaine de jeunes apprentis des deux pays et 11 grandes entreprises volontaires, dont BASF et L’Oréal, mais seulement pour un séjour de deux à trois mois.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.