Fermer
menu

Entreprises où il fait bon travailler : 9 bonnes pratiques à retenir

Observatoire privilégié des bonnes pratiques des entreprises où il fait bon travailler, l’Institut Great Place to Work® dévoile et partage celles de ses lauréates. Si elles ne sont pas forcément représentatives de celles de toutes les entreprises en général, elles devraient tout au moins donner des idées aux dirigeants et RH.

Célébrer

Derrière ce mot se cache la convivialité. Favoriser une bonne ambiance de travail a de nombreuses vertus. Celle-ci peut l’être par l’organisation d’événements pour « célébrer les réussites de l’entreprise dans un environnement compétitif » par exemple, qui permet également de décompresser de manière collective. Parrainages, déjeuners d’accueil, afterworks, séminaire, Noël de l’entreprise, anniversaire des salariés célébrés en salle de pause, journées sportives… Il existe de nombreux moyens pour créer du lien de manière informelle et renforcer l’esprit d’équipe et d’entraide.

Communiquer

Dans une entreprise où il fait bon travailler, l’information est « transparente, explicitée et accessible ». Communiquer permet en effet d’associer les employés aux projets et aux actions de l’entreprise.

Le paradoxe actuel est que les professionnels de l’entreprise souffrent du manque de communication et d’information utile, mais croulent malgré tout sous l’information. C’est l’infobésité.

Pour Great Place to Work, détenir l’information ne doit plus être un enjeu de pouvoir mais un moyen d’associer les employés aux projets et aux actions de l’entreprise. En France, moins de la moitié des répondants à l’étude GPTW (49 %) dit être régulièrement informée des sujets importants et des changements par sa hiérarchie.

Parmi les entreprises exemplaires, certaines ont mise en place des réunions mensuelles à destination de l’ensemble des collaborateurs, d’autres un partage mensuel des résultats. Un réseau social d’entreprise peut également être une solution, même si ces derniers sont jugés inutiles selon une récente étude.

Ecouter et impliquer

Beaucoup d’entreprises forment leurs managers à « l’écoute active » mais le sujet reste complexe pour les RH. Ecouter, c’est prêter attention, accepter d’entendre, tenir compte des opinions. Cela revêt par ailleurs de nombreuses vertus comme permettre aux collaborateurs d’exprimer leurs idées pour faire évoluer l’entreprise. Reste à prendre le temps de recueillir les suggestions et en tenir compte dans les processus de décision. Groupe de travail, café collaborateurs… On peut animer la vie de l’entreprise par différents événements permettant à chacun de s’exprimer.

Faire évoluer

L’évolution des salariés est l’un des sujets phares des entreprises. Faire évoluer un employé, c’est lui envoyer un signal fort de reconnaissance, motivant, et ainsi l’inviter à donner le meilleur de lui-même. Pour permettre au salarié d’être acteur de sa carrière, différents outils peuvent être mis en place : info métiers, formation, entretien avec les RH, tutorat…

En ce sens, le rôle du manager est fondamental : c’est lui qui donne le LA au quotidien : via des feedbacks, la transmission de son savoir, l’accompagnement dans l’atteinte des objectifs, des moments d’échange… 46 % des salariés français jugent que leur entreprise leur propose des formations utiles à leur développement professionnel et ce nombre monte à 70 % dans les celles où il fait bon travailler.

Inspirer

Il existe différentes manières d’inspirer ses salariés : donner du sens aux actions menées par l’entreprise, expliquer aux collaborateurs en quoi ils contribuent à l’atteinte des objectifs globaux, encourager chacun à donner le meilleur de lui-même, accompagner face aux difficultés… Chaque contribution individuelle permet et conditionne le succès de l’ensemble.

Dans une entreprise où il fait bon vivre, le manager se positionne alors comme un véritable chef d’orchestre et fait grandir ses équipes. Il est reconnu et apprécié comme tel.

Dans ce cadre, la notion de valeur prendre toute son importance. Fédératrices, elles ont vocation à être partagées par tous les collaborateurs. Ensemble de règles implicites et explicites qui organisent la vie sociale de l’entreprise et assurent le bon fonctionnement de cette dernière.

En entreprise, elles peuvent avoir plusieurs finalités : donner du sens, fédérer, donner de la cohérence aux messages diffusés par l’entreprise, bâtir la réputation de cette dernière voire donner un « supplément d’âme » à celle-ci…

Partager

Le partage, c’est bien sûr le partage des bénéfices, mais pas que. Beaucoup d’entreprises où il fait bon travailler ont mis en place des systèmes de rémunération motivants et transparents, et également une participation salariale dont les collaborateurs peuvent bénéficier immédiatement ou qu’ils peuvent placer sur un Plan Epargne Entreprise. Entreprise « humaine » ou « centrée sur l’humain », « familiale »…
Le partage, c’est aussi la responsabilité sociétale de l’entreprise (la RSE), vis-à-vis de l’écosystème. Comme permettre à ses collaborateurs de renoncer à des jours de congés contre une majoration de salaire ou de faire don de leurs RTT. Décider des augmentations salariales de manière collective, être transparent dès l’intégration sur la politique salariale de l’entreprise. Ou encore participer permettre aux collaborateurs de participer à des actions citoyennes : ateliers permacultures, potager d’entreprise, tri collectif des déchets, partenariats associatifs et humanitaires, congés solidaires…

Porter attention

L’entreprise doit faire preuve de bienveillance à l’égard de ses collaborateurs. En particulier sur les sujets de la vie au travail ou la conciliation des temps de vie. Des pratiques facteurs de bien-être et d’évolution qui se veulent propices à la performance…

Dans toutes les entreprises où il fait bon travailler, l’on retrouve ce souci de l’équilibre vie pro/vie perso. Pour 78 % des salariés de ces sociétés, l’encadrement fait preuve d’un intérêt sincère à leur égard, en tant qu’individu et pas seulement salarié (contre 48 % des salariés français en général).

En pratique, ces bonnes pratiques passent par une flexibilité des horaires (possibilité de fixer ses horaires selon son rythme et ses impératifs), la signature de la « charte équilibre vie professionnelle » par l’entreprise (qui s’engage ainsi au respect des horaires, des heures de déconnexion, de la charge de travail…), ou par la signature de la charte de la parentalité pour soutenir les salariés parents.

Recruter et intégrer

L’étape du recrutement fait l’objet d’une attention particulière dans les entreprises où il fait bon travailler. Afterworks, rencontres type olympiades, recrutement sans CV et par simulation… La manière d’embaucher peut en dire long sur l’entreprise qui recrute. A noter que 70 % entreprises du classement Great Place to Work ont mis en place une prime de cooptation oscillant entre 200 et 500 €.

Mais recruter n’est pas tout. La bonne intégration est une étape toute aussi importante, voire cruciale. L’entreprise s’assure que le candidat s’épanouira tout en contribuant positivement à son succès. L’engagement est mutuel.  Courrier de bienvenue, kit d’accueil, café d’accueil, bootcamp, séminaire d’intégration, formation, guide mémo, rendez-vous mensuel, rapport d’étonnement… Il existe de nombreux moyens de créer les conditions d’une intégration réussie, sur la prise de fonctions comme l’adaptation à l’équipe.

Remercier

Le manque de reconnaissance est un véritable fléau en entreprise et fait partie des manques récurrents évoqués par les salariés en général. Remercier, féliciter chacun, quotidiennement… Autant d’élément clefs pour entretenir la motivation des équipes.

Reconnaître le travail des collaborateurs contribue également à créer les conditions pour que le salarié ait envie de donner plus, de se dépasser. Dans ce cadre, le manager est le pivot du dispositif.

Rémunération, formation, titre honorifique, remerciements… Par les clients, pairs, managers ou prestataires. Recevoir ou témoigner de la reconnaissance stimulerait même l’hormone du bien-être et de l’épanouissement, la dopamine, selon des travaux menés en neurosciences. Les entreprises exemplaires ont mis en place différents outils pour formaliser cette reconnaissance : prix décernés à certains collaborateurs, primes, systèmes d’actionnariat, événements hors cadre de travail, jours de congés supplémentaires, cadeaux de Noël, « Semaine des Employés »…

La reconnaissance est un élément constitutif majeur des entreprises où il fait bon travail rappelle Great Place to Work. Alors si on commençait par là ?

(Photo : istockphotos by Getty / FatCamera)

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.