Fermer
menu

L’entreprise-campus gomme la frontière avec le travail

Exit les grandes tours verticales, les nouveaux sièges d’entreprises privilégient désormais l’horizontalité, un changement de paradigme venu des Etats-Unis pour mettre les employés au vert, mais pas seulement.

Google-plex-campus

L’entreprise-campus est le nouvel horizon des grandes entreprises qui veulent se la jouer « cool ». On oublie les quartiers d’affaires et leurs immeubles vitrés vertigineux pour s’installer dans la verdure. Au menu de l’entreprise-campus, figurent des éléments incontournables : un parc, une cafétéria, des endroits pour se détendre ou faire du sport, des vélos pour se déplacer, des tables de ping-pong… bref, on se croirait presque dans un camping urbain sauf qu’on est quand même là pour travailler. Mais d’où vient cette tendance exactement ?

Un modèle qui a poussé sous le soleil californien

Le concept d’entreprise-campus est né aux Etats-Unis. Et plus précisément en Californie, dans la Silicon Valley où le soleil très présent encourage les employés à faire des pauses dehors. C’est dans cette zone proche de la ville de San José et non loin de San Francisco, que les plus grands noms de l’informatique et de la nouvelle économie ont vu le jour : Google, Facebook, Apple, Microsoft et beaucoup d’autres.

Le campus, un endroit où on passe sa vie avec joie

L’exemple le plus emblématique d’entreprise campus c’est évidemment le GooglePlex de Mountain View. Les milliers de Googlers mangent sur place et dorment même parfois sur les parkings de la firme pour économiser sur les loyers exorbitants pratiqués dans la région. Ils passent leur vie sur leur lieu de travail. Qu’on ne s’y trompe pas en effet, le modèle d’entreprise campus a un intérêt pour les employeurs : comme on trouve tout et qu’on s’y sent bien, pourquoi rentrer à la maison ? C’est un modèle qui invite à travailler en continu, sans qu’on s’en rende compte, en intégrant le temps libre et les pauses à de très longues journées de travail.

Velos-Google

Sur le campus de Google, on se déplace à vélo.

Pas de différence avec l’ambiance universitaire

Mais pourquoi les jeunes recrues trouvent-elles l’entreprise-campus aussi séduisante ? D’abord parce que tout est pensé pour leur faciliter la vie, avec de la nourriture à volonté, des services de conciergerie à gogo et même des bus qui les amène au boulot en toute discrétion, pour qu’ils puissent continuer de bosser pendant les trajets. Ensuite, parce que cela rappelle aux salariés leurs douces années d’études où ils trainaient leurs jeans et leurs baskets sur les pelouses des universités.

C’est la principale force du concept d’entreprise campus, en proposant un cadre de travail identique à celui des facs américaines qui s’étendent sur des hectares, on se retrouve plongé dans une ambiance d’éternel étudiant. Tout en étant payé. Le rêve pour des jeunes américains qui se sont souvent lourdement endettés pour arpenter les jolis campus durant leurs études.

Apple-Campus-fitness-600x340

Le futur campus d’Apple, un projet à 5 milliards de dollars, sera achevé en 2016.

En France aussi, l’entreprise-campus séduit

La mode a un tel succès qu’elle s’exporte en France. A Paris, le Crédit Agricole a lui aussi son campus, baptisé Evergreen, que nous avions visité l’an dernier. Un endroit vraiment agréable où on peut travailler de n’importe quel coin du site de 8 hectares, grâce au Wifi. La Société Générale s’installera elle aussi dans son campus en 2016. Pour ces grandes banques, l’enjeu est de travailler autrement, avec un management plus horizontal et de casser l’image du secteur sérieusement écornée par la crise de 2009. Les sièges nouvelles générations permettent d’attirer les jeunes qui se projettent plus facilement dans ce genre d’environnement de travail. C’est une vitrine de la marque corporate et de la marque employeur.

Evergreen-jardin

Evergreen, le campus du Crédit Agricole SA, porte bien son nom…

Pour les rares entreprises qui font ce choix, la note est évidemment salée, mais coûte finalement moins qu’une tour en plein centre-ville. Reste à mobiliser les salariés autour de ce genre de bureaux qui promettent une meilleure qualité de vie au travail, au prix d’un certain éloignement en périphérie.

Les exemples français sont encore peu nombreux mais devraient se multiplier dans les années à venir, sans atteindre la démesure des projets d’Apple, de Google ou de Facebook qui restent des modèles inégalables.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.