Fermer
menu

2016 : dans quelles régions faut-il entreprendre ?

Pour la troisième année consécutive, la start-up StarOfService a mené son enquête sur la facilité d’entreprendre en France métropolitaine. Durant trois mois, 25 000 chefs d’entreprise de tout secteur, très majoritairement (97%) des dirigeants de TPE (y compris des indépendants et des auto-entrepreneurs, pour 80% des sondés) ont été interrogés. Pour établir son classement, la start-up a pris en compte 5 critères :

  • la convivialité,
  • la facilité de recrutement,
  • la facilité de créer une entreprise,
  • la réglementation,
  • les formations / réseautage.

Le critère de réglementation est lui-même décomposé en six points : « santé et sécurité », « emploi, travail et recrutement », « impôts », « agrégations », « environnement », « zonage ».
Chaque critère donne lieu à une note comprise entre A+ et F.

entreprendre

Entreprendre en France, un constat en demi-teinte

L’enquête révèle que les dirigeants des TPE et PME, ainsi que les autoentrepreneurs, ont une perception peu amène de l’entrepreneuriat en France. Presque la moitié des sondés (45%) estiment ainsi qu’il est difficile ou très difficile d’entreprendre dans leur région. Mise en cause, l’action des collectivités locales sur la création d’entreprise est jugée négative par un quart des sondés. D’autre part, « 30 % des chefs d’entreprises considèrent que les collectivités locales sont inutiles en termes de recrutement ou d’emploi « .
Malgré cela, l’enquête révèle quelques points encourageants. Plus d’un tiers des chefs d’entreprise a vu son chiffre d’affaire augmenter au cours de cette dernière année, et 10 % d’entre eux comptent recruter un salarié dans les 12 prochains mois (contre 1% en 2015).

> Monter son entreprise : les grandes étapes

Top 4 des régions où il fait bon d’entreprendre

En 2016, une région se distingue nettement des autres en termes d’entrepreneuriat. Il s’agit de la région Champagne-Ardenne, qui pointe en tête du classement avec une note de A. La Champagne-Ardenne peut compter sur Reims, en tête du classement des villes les plus favorables au développement d’une entreprise. En seconde position, la Bretagne affiche une note de B+, et Brest est cinquième au classement des villes. Arrivent ensuite la région Rhône Alpes, et la région Centre, avec une note de B, et deux villes au top du classement, avec respectivement Grenoble en troisième position et Orléans en seconde position. A noter qu’en 2015, la Bretagne, la région Rhône Alpes et l’Alsace avait toutes les trois récolter la note de A.
Le Limousin et son chef-lieu Limoges arrivent bon dernier du classement avec respectivement un F et un D+.

> Emploi : le dessous des cartes

Des tendances générales

A quelques exceptions près, la plupart des régions françaises possèdent les mêmes points forts et les mêmes faiblesses. La facilité de recrutement reste un souci majeur pour l’ensemble des régions, excepté pour le Limousin (formation et le réseautage). De la même manière, la santé et sécurité et l’environnement sont considérés comme des points forts dans la quasi-totalité des régions de France. Seule la corse fait exception, avec en point fort la formation et le réseautage.
Parmi les 5 villes où il est facile d’entreprendre, la santé et sécurité (Brest, Reims), l’environnement (Grenoble, Angers) et la formation et le réseautage (Orléans) sont considérés comme des points forts. Et à l’instar des autres égions, les facilités de recrutement sont pointées du doigt dans ces cinq villes.

> Près de 100 000 emplois vacants en France

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.