Fermer
menu

Les employés sont-ils plus productifs quand ils connaissent le salaire de leurs collègues ?

Transparence. Après l’étalage de notre vie privée sur les réseaux sociaux, le dernier élément que les Français aiment encore garder secret pourrait-il être bientôt connu de tous ? Et si connaître la rémunération de chacun permettait, en plus d’assouvir notre curiosité, de rendre l’entreprise plus agréable et efficace ?

En 2016, sous le hashtag , les hommes et les femmes américains étaient incités à révéler leur salaire. Le but : réduire les écarts de rémunération entre les sexes. Difficile en effet de justifier, à travail équivalent, des salaires différents. En France, alors que les écarts de rémunération sont toujours de l’ordre de 18%, tenter une explication à cet écart passe également mal. Christophe Barbier, directeur des rédactions à l’Express, en a récemment fait les frais quand il a déclaré que cela engendrerait « un surcoût » obligeant « les entreprises à licencier. Tout le monde va applaudir, mais les entreprises vont avoir beaucoup de mal à encaisser ce surcoût de main-d’œuvre ».

La transparence des salaires, stratégie payante ?

Pour les défenseurs de la transparence salariale, connaître combien gagnent ses collègues est une façon de réduire les inégalités, donc les discriminations. Et au final de créer un milieu de travail plus apaisé et productif. A moins qu’ils aient tout faux ? Todd Zenger, professeur de stratégie à la David Eccles School of Business (Utah), écrit dans la Harvard Business Review que le raisonnement des pros transparences révèle d’une méconnaissance de l’humain. Selon lui, les salariés auraient en effet une tendance naturelle à surestimer leur travail. S’appuyant sur un panel de 700 ingénieurs, il a montré que près de 40% d’entre eux se plaçaient parmi les 5% les plus performants et 92% dans le premier quart… La transparence des salaires aurait l’effet d’une douche froide sur les salariés qui se jugeront sous-payés. Pour le professeur, connaître les plus hautes rémunérations est également un facteur de contestation en entreprise.

Les salariés de l’entreprise Buffer, dont les salaires sont accessibles sur ce document en ligne, pensent l’inverse de Todd Zenger. Depuis 2013, leur société a décidé de jouer le jeu de la transparence. On sait ainsi que le PDG a vu sa rémunération reculer de 45 000 dollars environ. Même la méthode appliquée pour calculer les salaires est connue de tous. Sans que personne ne s’en plaigne. La formule se base sur le poste occupé, le niveau d’expérience, l’ancienneté mais aussi le lieu d’habitation, « car si vous habitez à San Francisco ou à Cape Town, le coût de la vie ne sera pas le même », expliquait le patron au Journal du net. Autre élément : les salariés ont le choix d’ajouter 10 000 dollars à leur fiche de paie ou d’obtenir d’avantages de stock-option. La formule se résume ainsi :

[Poste x Expérience + $10K ou stock-options] x Ancienneté.

A la base, cette transparence volontaire était une façon pour la société Buffer de faire parler d’elle et d’attirer les meilleurs talents. Quand les salaires ont été mis sur la place publique, l’entreprise a reçu près de 4 000 candidatures contre une centaine auparavant. Maintenant, selon Leo Widrich, « cette démarche de transparence » crée de « la confiance. Dans une entreprise, il n’est pas rare qu’il existe de la suspicion autour de qui touche combien, les salariés se demandent : « mes collègues gagnent-ils plus que moi ? ». Des problèmes dont l’entreprise s’est définitivement débarrassée…

> Transparence : seriez-vous prêt à dévoiler votre salaire ?

Pourra-t-on voir cela arriver un jour en France ? Aujourd’hui, 37% des Français ignorent tout des salaires de leurs collègues mais 52% estiment que la transparence réduira les écarts salariaux et 77% veulent que les entreprises communiquent mieux et davantage sur les rémunérations…

 

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.