Fermer
menu

Emploi : le diktat de l’apparence

Cheveuxroux« Toute décision de l’employeur (embauche, promotion, licenciement, etc.) doit être prise en fonction de critères professionnels et non sur des considérations d’ordre personnel, fondées sur des éléments extérieurs au travail (sexe, religion, apparence physique, nationalité, vie privée…) ». Depuis plus de 10 ans, les législateurs ont retenu dans la loi la discrimination selon l’apparence physique. Une injonction que les employeurs peinent pourtant à suivre. Selon une étude de l’association Face Hérault, les candidats mal habillés au physique désavantageux ou en surpoids sont en effet plus souvent exclus du processus de recrutement que les personnes répondant aux canons de beauté actuels.

Le physique plus important pour les femmes

Face Hérault a interrogé quarante entreprises pour mener son enquête. Il ressort que la taille, la beauté, la couleur de peau, le handicap mais surtout « le style et l’obésité sont des critères pouvant freiner l’évolution de carrière » pour 76% d’entre elles. De même, à la question « l’apparence physique a-t-elle la même importance qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme », 85% des sondés répondent par l’affirmative. Ainsi, une large majorité de cabinets de recrutement (83%) ont déjà éliminé une personne obèse. L’obésité est perçu comme « un indicateur de mauvaise santé présente ou future et comme le révélateur d’une personnalité faible, moins dynamique, moins compétente, moins intelligente », explique Jean-François Amadieu, professeur agrégé en Sciences de gestion à l’Université Paris 1.

Le critère physique est encore plus important pour les femmes : il pèse pour 75% des employeurs sur leur évolution de carrière contre 60% pour les hommes… Et 83% des personnes interrogées déclarent que « l’apparence physique est plus importante pour une femme ».

Comment obtenir les preuves d’une discrimination ?

Le style (coiffure, tatouage, tenue vestimentaire) est également un critère d’exigence pour 100% des employeurs. Et on ne badine pas avec le look ! Plus d’un tiers des répondants imposent un dress code dans leur entreprise. Le jean et les piercings sont interdits de façon stricte et pour les femmes, pas de jupe trop courte.

Si les discriminations physiques sont interdites par la loi, le Défenseur des droits n’enregistre pourtant que 2% de réclamations sur ce critère. Un arrêt du 19 décembre rendu par la Cour de cassation pourrait toutefois aider les personnes discriminées à faire valoir leur droit. Deux salariés avaient demandé à leur employeur de fournir tous les documents nécessaires à l’examen de leurs conditions salariales pour prouver ou infirmer une supposée forme de discrimination. L’employeur refusait de fournir ces documents au motif de la protection de la vie privée des salariés mais la Cour de Cassation a rejeté cet argument. « Cet arrêt confirme donc la nécessité de conserver l’ensemble des documents relatifs à l’embauche, à l’évolution de carrière et à la rémunération des salariés, afin… souhaitons-le… d’être en mesure de prouver égalité de traitement et transparence des procédures », explique Face Hérault.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. ML
    23 janvier 2013 - 15h18

    L’apparence du candidat est ce que le recruteur voit en premier et oubliera sans doute en dernier !

    Mettez-vous à la place du recruteur. Il se fait une certaine idée du candidat idéal (qu’il ne trouvera pas) et il a peur de se tromper. Il cherche donc à être rassuré…

    Dès lors pourquoi l’inquiéter dès votre rencontre, avant même d’avoir prononcé votre premier mot.
    Transmettre des messages positifs avec votre apparence (bon code vestimentaire, bonne poignée de main, bien à l’heure, etc…), donne au candidat la possibilité d’essayer de convaincre le recruteur lors de l’entretien d’embauche.

    Avec des messages non verbaux négatifs, il y a très peu de chance que le recruteur fasse l’effort d’écouter le candidat.

    A vous de choisir…

  2. Tabitha
    24 janvier 2013 - 10h38

    lA GRACE EST TROMPEUSE ET LA BEAUTE EST VAINE cf Proverbes 31v30 de la Sainte Bible.

  3. cacou10100
    24 janvier 2013 - 12h38

    Je bosse dans l’insertion et nous essayons de préparer les candidats au mieux…malgré tout il y a apparence et apparence : perso je ne confierai pas mes enfants en tant qu’employeur à une nounou style grunge ou punk ou qui a constamment les mains sales…l’habit ne fait peut être pas le moine mais il en donne l’air…
    quand au percing ils sont tolérés s’ils sont discrets la plupart du temps ou si la personne est peu en contact avec la clientèle…bref large débat

  4. Clémence
    23 octobre 2013 - 15h16

    Le jean n’est pas toléré ?
    Même simple ?

    C’est le cas dans toutes les entreprises ?

    Je comprends pour les look très différents comme le style grunge ou metal , mais porter un jean est devenu si banal de nos jours que je me demande pourquoi il ne serait pas toléré dans une entreprise.
    Simple question de ma part .

  5. Guirec Gombert
    23 octobre 2013 - 15h28

    @Clémence : l’article porte plutôt sur le look à adopter lors d’un entretien d’embauche plutôt que tous les jours dans l’entreprise. Pour faire bonne figure devant un recruteur mieux vaut en effet adapter son apparence. Mais selon l’entreprise que vous souhaiterez intégrer, le port du jean ne sera pas nécessairement un handicap. Même si une tenue « correcte » reste la règle 🙂

2 commentaires supplémentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.