Fermer
menu

Du cadre à l’ouvrier, tout le monde glande au boulot

La rationalisation des tâches et les contrôles accrus des salariés n’y font rien : certains employés « volent » quotidiennement plusieurs heures de travail à leur patron. L’universitaire Roland Paulsen a étudié ce phénomène aux causes multiples qui touche tous les étages de l’entreprise, révèle un article de l’Express.

Sommeil

S’il est bien connu que les pauses ont parfois tendance à s’étirer au travail, Paulsen s’est intéressé à ceux qui ne font rien plusieurs heures par jour, voire presque toute la journée. Dans son ouvrage consacré au « travail inoccupé » (empty work), l’auteur se demande comment cette forme de paresse est possible malgré « la précarisation du marché du travail, la faiblesse du syndicalisme et le développement continu de nouvelles techniques de management (qui) placent le travailleur dans une position très vulnérable, dans laquelle la soumission complète semble être la réaction logique ».

Qui glande au boulot ?

Tout le monde connaît un collègue qui ne fait rien au travail. Mais comme nous vous le révélions déjà, le planqué n’est pas toujours celui qu’on croit. Selon Roland Paulsen, l’inactivité est en effet la chose la mieux partagée dans l’entreprise et ce quel que soit son secteur d’activité : finance, vente, social, etc. « Une grande partie des personnes que j’ai interrogées peuvent être considérées comme privilégiées en termes de position hiérarchique et de niveau de diplôme », explique le chercheur à L’Express. « Mais j’ai aussi rencontré une fleuriste qui passait la plupart de son temps au café d’en face et un agent d’entretien qui s’accordait de très longues pauses ».

Les cols blancs ne sont donc pas les seuls à ne rien faire mais leur position les rend plus libres d’agir ainsi. « C’est assez facile de dire : ‘non, nous n’avons pas le temps pour votre projet car nous sommes occupés avec d’autres' », raconte un ingénieur en logiciels interrogé par le chercheur. « Ils ne savent rien du temps que prennent les choses. Donc vous pouvez très bien dire que vous travaillez toujours sur quelque chose que vous avez fini (…) et en plus, ils n’ont pas le temps de vous surveiller », relate l’Express. Ajoutez à cela que dans les entreprises du tertiaire, la position assise derrière un ordinateur facilite l’inactivité sans être jamais vraiment grillé.

Pourquoi ne fait-on rien au travail ?

Sabotage, résistance des individus face à l’organisation du travail ? Que révèle l’inactivité au travail ? Lorsqu’il a commencé ses recherches, le chercheur pense que ce comportement des salariés est une forme de lutte. Pour certains c’est le cas. Pour les autres, les cas sont multiples : le vrai glandeur, les revanchards fâchés avec leur hiérarchie, jusqu’à la « culture du fun » encouragée par les entreprises high-tech.

Pour de nombreux autres employés, c’est au contraire l’entreprise qui est incapable de leur fournir une charge de travail suffisante. « Certaines personnes sont profondément dépitées de se sentir sous-utilisées. Elles risquent le ‘boreout’, un épuisement par l’ennui, l’opposé du ‘burn-out’« , observe le sociologue. Selon les auteurs de Diagnose Boreout, ce mal touche au bas mot 15% des employés de bureau. Le plus souvent, les entreprises qui souhaitent lutter contre ce phénomène apportent des réponses contre-productives. Le flicage, la surveillance quotidienne en coupant par exemple l’accès à Internet n’aboutit à rien, confirme l’universitaire Nicolas Gillet dans ses études sur les pratiques managériales. Et à quoi bon vouloir toujours plus surveiller les salariés s’interroge également Roland Paulsen, puisque à la fin le travail est fait ?

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. victime du boreout
    28 mai 2015 - 9h53

    Un jour sur un projet de rénovation gantesque à la charge de travail importante (à ne plus savoir où donner de la tête) à une cadence de travail faisant s’écouler les jours comme des heures et les semaines au rythme des journées, un cadre s’est vu soudainement après 18 mois d’activités, retiré du chantier pour être placé dans un brueau au Siège de son Entreprise  » sans travail  » Son « éjection » du chantier en moins de 48h à eu l’effet d’une bombe auprès de ses collègues (effet d’annonce de sa Direction) pour raison « inconnue ». La Direction n’a pas transmis de motif ou raison. Elle est restée indifférente face à ce cadre pendant plusieurs mois sans lui fournir la moindre activité. Ce Cadre se voyant sombrer dans le « boreout » à eu l’intelligence de se ressourcer professionnellement et sans rien dire. Comme mettre à jour des outils de Management, ses fichiers Professionnels/perso qui en avaient besoin.

  2. laurence
    21 janvier 2016 - 15h18

    La grande question est, comment ces grandes entreprises qui fonts de gros chiffres d’affaires peuvent encore exister avec tous cette argent foutu par les fenêtres ?

  3. C’est le début de la fin !!!! – l'espace du curieux
    19 décembre 2016 - 14h47

    […] vous devez bien vous faire une raison : il va falloir se mettre au boulot et arrêter de flâner (cliquez ici), ou de surfer sur Internet! D’autant que pas mal de monde commence à rentrer de […]

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.