Fermer
menu

Les conséquences de l’hyperconnexion sur la santé des salariés

Une nouvelle étude sur les salariés et le droit à la déconnexion vient d’être publiée. Liuba Belkin de l’Université Lehigh, ainsi que Virginia Tech William Becker et Samantha Conroy de l’Université du Colorado sont formelles : les employés sont « épuisés » par la nécessité constante de vérifier leurs mails en dehors des heures de travail.

épuisement

L’étude intitulée « Exhausted But Unable to Disconnect » (« Épuisés, mais impossible de déconnecter »), et réalisée chez près de 300 personnes, révèle l’impact néfaste de cette pratique sur l’état émotionnel des salariés, les conduisant à l’épuisement, ainsi que sur leur équilibre travail-famille, essentiel au bien-être de chacun. Ce n’est pas la première étude qui s’attache à démontrer les impacts d’une sur-connexion sur la santé des salariés. Mais les chercheuses ont adopté un angle d’analyse différent en se concentrant sur les effets d’attente et de tension que génèrent la consultation des e-mails. Résultat : l’épuisement ne s’explique pas uniquement par le fait de faire quelques heures supplémentaires après le boulot. La vraie cause d’une telle fatigue serait à chercher du côté du « stress anticipatoire » que génère l’attente d’un mail et de la pression pour y répondre au plus vite. Autrement dit, les employés s’épuisent à vouloir montrer qu’ils sont toujours disponibles, ne sachant jamais quel genre de requêtes ou de tâches leur seront demandées.

« Les gens qui se sentent obligés de répondre aux e-mails sur leurs heures de repos deviennent émotionnellement épuisés […] Ils ne sont plus en mesure de couper avec le travail quand ils rentrent chez eux, alors que c’est dans la sphère privée qu’ils peuvent récupérer et se ressourcer » analyse le Professeur Conroy

Droit à la déconnexion : la grande tambouille des entreprises

Aujourd’hui, quitter le bureau après une journée de travail ou partir en weekend sans repasser par la case mails est quasiment considéré comme un sacrilège. Le besoin constant de checker son courrier électronique, à tout moment et peu importe l’endroit, s’est imposé comme la nouvelle norme de la « main d’œuvre moderne » selon les trois chercheuses américaines.

Toutefois, en règle générale, les entreprises n’expriment pas clairement leur intention de maintenir les employés en veille permanente, et la plupart d’entre elles ne disposent pas de politiques officielles incitant les collaborateurs à répondre à leurs mails en dehors des heures ouvrées (sauf en cas de garde où de situation particulière). En France, le fait de ne pas être connecté à un outil numérique professionnel pendant les temps de repos et de congés ne constitue pas une faute ni un motif de licenciement. Mais cette disposition n’est pas non plus inscrite au Code du Travail. L’exercice du droit à la déconnexion doit donc faire l’objet de négociations propre à chaque entreprise.

Néanmoins, les politiques internes des sociétés et la culture professionnelle sont deux choses différentes. Si un supérieur hiérarchique envoie régulièrement des mails le soir ou le weekend et attend une réponse rapide (non par malveillance, mais parce que c’est son mode de fonctionnement), l’employé se sentira dans l’obligation d’être disponible.

Quelles solutions ?

Une des solutions serait alors, de la part des patrons, de spécifier que leurs courriels n’appellent pas nécessairement de réponse immédiate et pourra être traité le lendemain. Par ailleurs, les chercheuses encouragent les cadres et managers à fixer des horaires avec leurs équipes, après lesquels consulter et répondre à ses mails serait considéré comme interdit : aux heures des repas, le weekend et après 22 heures, notamment.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Davidao
    8 août 2016 - 10h20

    De la tyrannie du « tout, tout de suite » quand des règles du jeu claires ne sont pas posées…

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.