Fermer
menu

Les femmes sont plus diplômées que les hommes… et moins célibataires !

Aujourd’hui, les femmes sont désormais plus diplômées que les hommes en France. C’est les résultats d’une étude de l’Ined sur le niveau de diplômes des conjoints lors de leur première union, depuis les années 1920.

shutterstock_221466097_opt

Plus diplômées…

Milan Bouchet-Valat, docteur en sociologie et auteur de l’étude, est formel : les femmes sont plus diplômées que les hommes. Et les derniers chiffres de l’OCDE sur le niveau d’éducation des 24-64 ans confirment cette inversion. Aujourd’hui, en France, 34,05% des femmes sont diplômées d’études supérieures contre 30,07% d’hommes.

Niveau éducation HF_opt

L’évolution ne s’arrête pas là puisque l’infériorité « académique » s’est également inversée au sein des couples. La norme selon laquelle l’homme est traditionnellement « supérieur » (âge, taille, diplôme et profession, statut social) a du plomb dans l’aile. L’évolution du statut des femmes au cours du XXème siècle est venue remettre en cause ce phénomène d’hypergamie féminine.

…. et moins célibataires !

Conséquence plus inattendue : le niveau élevé de qualification chez la femme n’est plus un obstacle pour trouver un conjoint ! Avant-guerre, moins une femme avait de diplôme, plus elle avait de chance de se caser. « Les hommes […] avaient tendance à considérer qu’une femme dotée d’un diplôme élevé pouvait se désintéresser de la vie familiale. ». Mais la libération est passée par là et a profondément modifié le schéma sociétal : hausse du niveau d’éducation des jeunes femmes, entrée massive sur le marché du travail, développement de la contraception et fin de la tutelle du mari sur sa femme. Autre facteur important : « Le développement du chômage [qui], en augmentant l’incertitude attachée aux carrières masculines, rend particulièrement risquée la stratégie suivant laquelle l’homme aurait intérêt à se spécialiser dans l’activité professionnelle et la femme dans la sphère domestique. ». Au placard le dicton « homme au boulot, la femme aux fourneaux ! ».

A l’inverse, l’étude révèle une augmentation du célibat chez les hommes non diplômés, signe de « la persistance d’un modèle ‘genré’, dans lequel le statut social de l’homme importe plus que celui de sa conjointe ». Les clichés résistent et l’égalité parfaite n’est donc pas encore à l’ordre du jour. Rappelons par ailleurs que, supériorité d’éducation ou non, les femmes gagnent toujours moins que leurs homologues masculins et ont moins accès aux postes stratégiques…

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.