Fermer
menu

Grosse déprime de rentrée pour les cadres

Deprime cadresLa rentrée des cadres ne démarre pas sous les meilleurs auspices. Pourtant, tout allait plutôt bien. Mi-août, on nous annonçait que leur emploi résistait à la trêve estivale et la progression du chômage. Malgré tout, les cadres ont le moral dans les chaussettes selon le dernier baromètre Viavoice. Pas facile de reprendre le chemin du bureau sur fond de crise en laissant les enfants éplorés sur les bancs de l’école. Et en plus, il a fallu que l’UMP Bruno le Maire remette en cause l’indemnisation chômage des cadres les plus aisés. Annonce qui a provoqué un véritable tollé à gauche comme à droite. Le répit aura donc été de courte durée.

Une année 2011 pourtant prometteuse
« L’emploi des cadres en redémarrage depuis janvier 2011, perspectives encourageantes pour l’emploi des cadres, une très bonne année 2011 en perspective… » Jusqu’ici dans les gros titres, tout allait pour le mieux, ou presque. « Le marché des cadres, qui avait beaucoup souffert en 2009 », expliquait en juin Matthias Baulaud, Directeur de la marque Experts d’Adecco, « redevient un marché sous tension sur certaines qualifications, avec des cycles de recrutement qui vont en s’allongeant. » L’Apec constate elle-même ce phénomène début août avec une hausse de 54% du nombre d’offres en juillet par rapport à l’année précédente, et de 67% sur les 12 derniers mois.

Août, le mois qui plombe
Sauf que… Selon le dernier baromètre Viavoice pour le Figaro/France Inter/HEC publié lundi 5 septembre, le moral des cadres a atteint en août son plus bas niveau depuis la création du baromètre en 2004. Un niveau au-dessous même de celui enregistré juste après la crise de 2009. En même temps, difficile de leur reprocher cette baisse de moral sur fond de récession, chômage et rigueur… Parmi les raisons invoquées à cette déprime, les cadres sondés anticipent une dégradation du niveau de vie (74%) et 78% prévoient une hausse du chômage. La moitié des cadres craignent une dégradation de leur propre situation financière dans les prochains mois (48%). Un sentiment qui ne devrait pas aller en s’améliorant dans le contexte économique actuel.

Les hauts-cadres dans le viseur
Pour couronner le tout, l’actuel ministre de l’agriculture en charge du projet présidentiel UMP pour 2012 Bruno Le Maire a provoqué une levée de boucliers unanime en remettant en cause le dispositif d’indemnisation-chômage des cadres touchant les plus hauts salaires. Une mesure envisagée dans le cadre du plan de rigueur que souhaite mettre en place le gouvernement.
Selon l’Unedic, sur les 2 millions de chômeurs français, 135.000 seraient des cadres. Les mieux payés ne seraient finalement que 1000 à 1500 à toucher une indemnisation plafonnée à 6.624 euros brut par mois (le maximum), en proportion à leurs cotisations. La plupart des cadres au chômage toucheraient en moyenne 2631 euros par mois contre 1121 euros pour l’ensemble des chômeurs indemnisés.
Un système équitable quoi qu’en dise Bruno Le Maire, puisque chaque chômeur cotise de la même manière, cadre ou pas (un jour d’affiliation = un jour d’indemnisation).
A ce jour, le débat est loin d’être clos puisque le Ministre du travail Xavier Bertrand s’est emparé du sujet et évoque « des droits rechargeables ». A suivre donc… Mais avec des annonces pareilles, le moral des cadres français ne risque pas de remonter.

© mast3r – Fotolia.com

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.