Fermer
menu

Faites-vous partie des 33,5 % de Français qui ont travaillé cet été, pendant les vacances ?

Suite à l’instauration du droit à la déconnexion en août 2016, on peut se demander quels sont les usages des Français. Visiblement, se connecter pour travailler pendant les vacances d’été est une encore pratique fréquente pour un tiers de la population active selon un sondage menée mi-septembre auprès de 1200 personnes. 33,5 % des répondants indiquent qu’ils se sont connectés pendant leurs vacances d’été pour travailler. Et sans surprise, cette connexion est plus marquée chez les cadres supérieurs.

Les cadres les plus connectés

Un tiers des Français s’est connecté à des outils numériques pour travailler cet été selon une enquête Eléas, un cabinet conseil spécialiste de la qualité de vie au travail et de la prévention des risques psychosociaux. Les plus connectés sont les cadres supérieurs (51,5 %), en particulier dont le revenu moyen est de 80 K€ et plus. D’ailleurs, plus les cadres supérieurs ont un niveau de revenu fort et plus ils « se connectent ». 36,8 % des individus issus de professions intermédiaires se sont connectés pour travailler contre 22,6 % des employés et ouvriers.

« Obligation » et « appréhension »

Pour 31,1 % des concernés, c’est par « obligation » qu’ils l’ont fait, ou précisons plutôt, parce qu’ils ont ressenti « un sentiment d’obligation professionnelle ». Seconde raison : la peur d’avoir une charge de travail trop importante au retour de vacances (26,1 %). A noter que si 21 % l’ont fait par passion ou par intérêt pour leur métier, un peu moins de 10 % l’ont fait par contrainte ou pression de leur hiérarchie ! L’obligation et l’appréhension liée à une forte charge de travail au retour sont les raisons qui ont le plus motivé les cadres sup à se connecter pour travailler, tandis que les employés et ouvriers l’ont d’abord fait par « envie ».

Des tensions liées à la non-déconnexion

Sur ces travailleurs branchés en permanence, seulement un quart a ressenti un sentiment de culpabilité et 5,6 % seulement ont culpabilisé « fortement ». Les actifs n’ont donc pas l’air traumatisés…
Toutefois, se connecter pendant les vacances est générateurs de tensions pour 31,7 % des répondants. Les tensions sont matérialisées dans la grande majorité des cas par de simples remarques. Sans surprise, les populations pour lesquelles les tensions sont les plus fortes sont : les employés et ouvriers, les foyers de 3 enfants et plus, ainsi que les actifs les plus jeunes (âgés de moins de 30 ans). Pour 68,2 % des connectés, travailler pendant les vacances n’a toutefois pas créé de problèmes vis-à-vis de leurs conjoint, parents, enfants, ou amis…

Voir toute l’enquête de Eléas « Pratiques numériques des salariés pendant les congés ».

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.