Fermer
menu

Le CV n’est pas mort, il mute !

Régulièrement, des cassandres annoncent la mort du CV. Dans les faits, rien ne semble moins vrai. Depuis sa création supposée en 1482 par Léonard de Vinci, sa forme a certes évolué avec notamment l’introduction dans les années 60 d’un intitulé « Loisirs ». Puis, avec la révolution informatique, il s’est banalisé sous format A4 Word. Des années plus tard, avec l’apparition des réseaux sociaux professionnels, certains ont pourtant commencé à annoncer sa disparition prochaine. Depuis, pas un jour ne passe sans un article cherchant à l’enterrer toujours un peu plus. Sans y parvenir…

« Le discours ambiant voudrait que le CV format papier soit rébarbatif, ringard, juge Pierre Denier, coach et consultant. C’est une façon de culpabiliser la grande majorité des candidats et une manière de leur dire, en substance, vous êtes hasbeen si vous n’êtes pas sur les réseaux sociaux. Pourtant, un CV n’est ni plus ni moins qu’un résumé, comme disent les Anglais, de notre identité professionnelle. Et ce quelle que soit sa forme ».

Un CV pour appli mobile

Doyoubuzzapplimobile2Une forme en constante évolution. La plateforme Doyoubuzz avait déjà innové il y a quelques années en permettant de créer son CV en ligne. Depuis peu, elle propose aux candidats une appli mobile pour l’afficher via un Smartphone. Mais là encore, difficile de parler de bouleversement. « Ce qui a changé, c’est le mode de consommation et de diffusion du CV. Il est désormais possible de le propager via un blog, un réseau social ou encore un téléphone portable », analyse Julien Maleinge, de Doyoubuzz.

Mais dans le fond, les informations traditionnelles liées à l’expérience et au niveau universitaire du candidat demeurent. Même en version mobile… « Comment voulez-vous qu’un recruteur se fasse une opinion d’un candidat sans ces données ?, s’interroge Vincent Picard du cabinet de recrutement Fed Finance. D’ailleurs, sur les réseaux sociaux professionnels les candidats se présentent de manière très classique, comme sur leur CV… Seuls le support et la mise en relation ont en fait évolué avec Internet ».

Des informations claires et lisibles

Les outils modernes permettent toutefois de rendre son CV plus attractif. Et d’apporter un complément d’informations grâce par exemple à un portfolio résumant son parcours professionnel. « L’avantage d’Internet est de pouvoir étoffer sa candidature et de préciser certaines données auprès des employeurs », analyse Pierre Denier. Certains l’ont bien compris, utilisant tous les vecteurs de communication pour présenter leur carrière : vidéo, infographie, affiche publicitaire, etc. Mais si « certains recruteurs apprécient l’originalité, la grande majorité apprécie également de consulter de l’information claire et lisible », nuance Julien Maleinge. « Les personnes en recherche d’emploi n’ont pas à se transformer en professionnelles de la candidature. Ce que recherchent les recruteurs, c’est un CV bien construit répondant au poste à pourvoir. Les candidats n’ont pas à devenir des communicants et surtout, le fond prime toujours sur la forme », poursuit Pierre Denier.

Un point de vue confirmé par Vincent Picard. « Un salarié qui occupe une fonction pénurique n’aura aucun effort à faire pour susciter l’intérêt, le seul intitulé de son métier peut même suffire à être contacté. Pour les autres, un format classique reste une valeur sûre. Et si un CV original peut créer de la curiosité, lorsque le candidat entre dans un processus classique de recrutement, il lui faudra toujours présenter un CV « normal ». Un bon rappel au vu des nombreux CV originaux ratés qui collent encore aujourd’hui à la peau de leurs auteurs.

  • Photo Fotolia

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Philippe-Didier GAUTHIER
    21 mars 2013 - 19h36

    Bonjour,
    Face à cette question, mieux vaut revenir à la question de base :  » Un CV, çà sert à quoi « ?

    Et bien, dans la société des hommes, et pas seulement sur le marche de l’emploi, le CV remplit une fonction de base : LA PRESENTATION DE SOI comme professionnel (= en projetant une identité professionnelle).
    Mais le CV (et CV2.0) à des concurrents redoutables :

    – la carte de visite, et ses cousines numériques, les vcards et les e-Card 2.0 (Aliaz, Tikime, About.me), présentations de soi simplifiées, mise en forme avec graphismes agréables et évocateurs.Ces supports fournissent peu d’informations, mais sont faciles à conserver et retrouver.
    Les eCard privilégient la forme dans une présentation lisible en 3 secondes, mais ne prouve rien.
    (comparer aux 30 secondes de lecture d’un CV qui ne prouve rien)

    – les profils dans les réseaux sociaux , qui intègrent groupes, recommandations, publications, contacts, sous la formes de CV très enrichis. Ils fournissent quantités d’information complémentaires sur la valeur sociale des compétences, et sont en cela déjà très supérieurs aux CV classiques.
    Les profils sur réseaux sociaux privilégient la socialisation rapide, dans une présentation lisible en une minute, mais ne prouvent les compétences que partiellement et socialement. (comparer aux 30 secondes de lecture d’un CV qui ne prouve rien)

    – les ePortfolios, portefeuilles de compétences en ligne, utilisant tous aujourd’hui des technologies 2.0. (Exp. Lorfolio, eduportfolio.org, etc…) En pleine explosion dans leurs usages, les ePortfolio apportent en complément des profils des réseaux sociaux, une démonstration REFLECHIE, mise en forme et PROUVEE des compétences. Ce sont donc des supports types pour préparer (coté entreprise et coté candidats) des entretiens de recrutements de haute qualité, des entretiens de pilotage de carrière ou de mobilités, ou encore d’intégration dans une entreprise (on se présente ainsi à ses 1000 nouveaux collaborateurs en un clic) ou encore pour faire connaissance avec des collègues ou confrères à l’autre bout de la planète, de façon AUTHENTIQUE, SINGULIERE, SINCERE, sans les déformations et discriminations sociales liées aux usages historique et à la pauvreté en information des CV.
    Les ePortfolios privilégient la DEMONSTRATION PAR LA PREUVE DES COMPETENCES, à des interlocuteurs qualitativement intéressés par cette démonstration, capables de la réévaluer par transposition dans un autre contexte (nouveau poste, nouvelle mission, etc..). En raison du projet de « transfert de compétences » la réflexivité développée dans la démarche portfolio permet aux recruteurs et collaborateurs de coévauer avec le candidat à une embauche ou une mobilité, les conditions et les limites du transfert des compétences.
    Le ePortfolio privilégie donc l’analyse approfondie des conditions (pour le candidat, pour l’équipe qui l’accueille) optimisées du TRANSFERT DES COMPETENCES, dans une présentation libre et lisible en 5 à 10 minutes.
    (comparer aux 30 secondes de lecture d’un CV qui ne prouve rien).

    En conclusion,
    – pour la fonction de socialisation sommaire ou primaire, les vcards, ecards et cartes de visites restent un outil idéal de présentation de soi, et de prise en compte de l’autre, dans son positionnement professionnel. En RH c’est un bon outil de veille sociale (identification ultra rapide de compétences présumées).

    – pour la présentation de soi professionnelle standardisée, et en socialisation rudimentaire et classique, vive le CV, car il est idéal pour se cacher (derrière la norme sociale du CV) ! Le paradoxe de cette standardisation est la discrimination quelle induit ! En RH c’est un outil de mémoire simple et primaire mais incomplet sur le profil général d’un salarié (CVthèques internes). Son intérêt est sa facilité d’usage.

    – pour la présentation de soi sociale et surtout socialisante, tournée vers une norme sociale ouverte et curieuse de l’autre, de la participation et de la contribution partagée dans des groupes et réseaux, le profil de réseau social est idéal. En RH, c’est un bel outil de Sourcing et de coconstruction de liens sociaux à valeur ajoutée, en interne et en externe de l’entreprise qui elle-même à l’intelligence de fonctionner en réseau.

    – Pour une présentation de soi sincère et authentique, approfondie mais pas intime, disons « extime », le ePortfolio est idéal pour préparer une collaboration fructueuse, fondée sur la singularité et la connaissance mutuelle, forme de « discernement » positif choisit et assumé ! EN RH, le ePortfolio est un formidable support de gestion individualisé des compétences, de gestion individualisée des parcours professionnels et des mobilités tout au long de la vie.

    Non, le CV n’est pas mort, il ne « mute » pas non plus, mais la diversification récente des supports de « PRESENTATION DE SOI PROFESSIONNELLE » lui font une rude concurrence, mais aussi une belle complémentarité.
    Et les professionnels des ressources humaines vont-ils s’en plaindre ?

    Cordialement
    Philippe GAUTHIER.
    http://www.phd-gauthier.net

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.