Fermer
menu

Créer son entreprise en franchise : combien ça coûte ?

Créer une entreprise, que ce soit en franchise ou en solo entraîne des coûts. Dans le cadre de la franchise, aux frais inhérents à la création d’une entreprise classique, l’entrepreneur doit également ajouter différentes dépenses spécifiques à ce mode d’entrepreneuriat. Il s’agit essentiellement du droit d’entrée, exigé à la signature du contrat de franchise, et des redevances ou royalties collectées, quant à elles, durant toute la durée du contrat de franchise. Un surcoût qui se justifie.

Droit d’entrée et redevances : des coûts spécifiques à la franchise

Dans le cadre d’un contrat de franchise, le droit d’entrée, également appelé redevance initiale forfaitaire (RIF), comprend le droit d’utiliser la marque, la transmission du savoir-faire du franchiseur et une offre d’accompagnement. Notoriété, savoir-faire et assistance sont les trois piliers de la franchise qui en font le mode d’entrepreneuriat en réseau le plus abouti. C’est également ce qui justifie le droit d’entrée et les redevances.

Le savoir-faire est défini par le règlement européen comme devant être « secret, substantiel et identifié ». En d’autres termes, il doit être difficilement accessible, offrir un réel avantage concurrentiel aux franchisés et être consigné dans un document spécifique, le manuel opératoire ou bible. Les coûts engendrés par sa transmission, matérialisée par une formation initiale et la remise du manuel opératoire, représentent une partie importante du droit d’entrée. C’est pourquoi dans certains cas, comme le renouvellement du contrat arrivé à échéance ou l’ouverture d’un deuxième point de vente, le franchisé peut tout à fait négocier le montant du droit d’entrée.Franchise-secrets

Les redevances, autrement appelées royalties, sont souvent versées mensuellement par le franchisé et indexées sur le chiffre d’affaires bien qu’elles puissent être forfaitaires. Elles couvrent les différentes charges qui incombent au franchiseur en matière d’animation de réseau, d’assistance des franchisés, de formation, de communication, de logistique, de recherche et développement, etc. Certains réseaux prélèvent en sus une redevance exclusivement dédiée à la communication. En résumé, les redevances permettent à la tête de réseau de financer le développement de nouveaux outils et services, de faire évoluer le concept et de garantir la croissance et la pérennité du réseau.

Des différences notables selon les réseaux

La transmission d’un savoir-faire et l’assistance sont des prérequis aux contrats de franchise mais ne sont pas obligatoires pour toutes les formes de commerce organisé (concession, licence de marque, commission-affiliation…). On réunit souvent sous le terme franchise les différentes formes du commerce organisé, voire du commerce associé. Il s’agit d’un raccourci qui entraine bien souvent des confusions pour les créateurs d’entreprise souhaitant rejoindre une enseigne et qui s’interrogent sur les disparités, parfois importantes, entre les montants des droits d’entrée et redevances exigés par des réseau évoluant pourtant dans le même secteur d’activité. Dans les faits, ceux-ci sont fixés en fonction de la notoriété de l’enseigne et de l’ensemble des services que le réseau assure à ses adhérents.

Si la franchise est considérée comme le mode d’entrepreneuriat en réseau le plus complet, il existe donc d’autres formes de contrats, moins contraignants, engendrant moins de frais, mais étant également moins sécurisants. Il est donc essentiel pour le créateur d’entreprise de bien estimer ce que couvrent le droit d’entrée et les redevances demandés par le réseau en matière d’outils, de services, de formation et d’accompagnement en amont de la création d’entreprise et pendant toute la durée du contrat.

Le local : une charge majeure de la création d’entreprise

Franchise-local-commercial

Quand il est nécessaire à l’activité, le local représente une charge majeure de toutes créations d’entreprise. Dans certains cas, comme pour ouvrir un restaurant, celui-ci doit en outre répondre à des normes strictes. De même, certaines activités nécessitent une visibilité maximale, sur un emplacement n°1 en centre-ville ou centre commercial, quand d’autres peuvent être exercées dans un secteur moins fréquenté, voire à domicile. Il est primordial de considérer tous ces aspects.

Pour une création d’entreprise en franchise, au-delà du loyer et du pas-de-porte, l’entrepreneur doit également prendre en compte les frais liés à l’aménagement du local afin d’être en cohérence avec le concept. Ces coûts supplémentaires sont indispensables à l’identification du point de vente comme faisant partie du réseau.

Dans tous les cas, le choix d’un emplacement doit être soumis une étude de marché. Dans le DIP (Document d’Information Précontractuel), le franchiseur a l’obligation de fournir un état local du marché qui permet d’évaluer les potentialités du secteur d’implantation. Certains réseaux proposent également une étude de marché, plus poussée qu’un simple état local du marché. Il est cependant plus que conseillé au futur franchisé de réaliser ou faire réaliser sa propre étude de marché. Cette dépense est à prendre en compte.

Parmi les autres dépenses inhérentes à la création d’une entreprise, en franchise comme en solo, on peut également citer le montage du business plan, l’achat du matériel, la constitution du stock, les éventuels frais de recrutement, la trésorerie, le fonds de roulement, les différents frais de constitutions de la société, etc. Selon les réseaux, ces postes de dépense sont inclus dans le droit d’entrée. Il convient de bien se renseigner au préalable.

Comprendre l’investissement global et l’apport personnel

Pour créer une entreprise il est indispensable de disposer de fonds propres, ne serait-ce que pour subvenir à ses besoins durant la période de démarrage. Il est en effet très rare de pouvoir se rémunérer dès le démarrage de l’activité et le futur chef d’entreprise doit avoir constitué une réserve financière suffisante pour subvenir à ses propres besoins. Les enseignes exigent de leur futur franchisé un apport personnel minimal calculé en fonction d’un investissement global.

Dans la plupart de cas, l’investissement global comprend les frais d’aménagements du local, la constitution des premiers stocks, un fonds de roulement, les honoraires des différents prestataires (comptable, conseil juridique) et parfois le droit d’entrée. Il est important de noter que l’investissement global est toujours exprimé hors frais de locaux. Un détail qui a son importance lorsque l’activité nécessite un emplacement n°1.

Le montant de l’apport personnel minimal exigé par le franchiseur représente au minimum 30% du coût total du projet (investissement global + local) et peut atteindre 50%. Il est constitué des fonds propres du franchisé complété le cas échéant par les différentes aides. Il s’agit du socle sur lequel le créateur d’entreprise va s’appuyer pour obtenir un financement auprès des banques. C’est pourquoi il représente au moins 30% du coût du projet. Sans quoi les banques ne s’engagent pas ou, dans le meilleur des cas, exigent des garanties supplémentaires.

La création d’entreprise, en solo comme en réseau, demande donc un réel investissement, personnel comme financier. Par rapport à une création d’entreprise classique, entreprendre au sein d’un réseau engendre des coûts supplémentaires au démarrage. Cependant, ce mode d’entrepreneuriat offre de nombreux avantages. L’application d’un savoir-faire éprouvé, l’accompagnement dans les démarches de création d’entreprise, l’assistance d’une équipe dédiée, la notoriété d’une enseigne sont autant d’éléments qui permettent un démarrage et donc un retour sur investissement plus rapide. Pour autant, le franchisé reste un entrepreneur indépendant et, même épaulé par un réseau, il en assume l’intégralité des risques. A ce titre il revient à lui seul de bien préparer son projet de création d’entreprise en amont, à commencer par le choix du réseau avec lequel il va s’engager.

Benjamin Thomas

  • Toute la Franchise, média spécialisé dans la mise en relation entre franchiseurs et candidats à la franchise à travers des plateformes web, fait partie du groupe Infopro Digital. Le portail permet à des franchiseurs, développeurs d’enseignes, d’être vus et d’exposer leur marque sur le portail de référence afin de capter l’intérêt de candidats entrepreneurs potentiels. Grâce à quarante sites spécialisés, de nombreux partenaires de référence, Toute la Franchise, leader sur son marché, propose tous les outils et services permettant aux futurs franchisés de comprendre l’environnement de la franchise et de trouver simplement leur futur concept pour créer leur entreprise.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.