Fermer
menu

Coronavirus : comment le gouvernement accompagne les entreprises

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances a détaillé une liste d'actions concrètes pour venir en aide aux entreprises impactées par le coronavirus et les accompagner dans les semaines qui viennent.

Le coronavirus a été déclaré cas de force majeure par le gouvernement (Getty images).

Cours du baril et de la bourse qui s’effondrent, croissance annoncée au ralenti, craintes pour la survie des PME… le Coronavirus a des impacts bien réels sur l’économie. Pour aider les entreprises à faire face à l’épidémie, le gouvernement a annoncé des mesures d’urgence. Dans un document publié semaine dernière, le ministre de l’Economie et des Finances a pris des mesures fortes « de soutien au cas par cas aux entreprises qui rencontreraient des
difficultés sérieuses, et notamment » :

  • Le report d’échéances sociales et/ou fiscales (URSSAF, impôts) ;
  • Le cas échéant, un plan d’étalement de créances avec l’appui de l’Etat et de la Banque de
    France ;
  • L’obtention ou maintien d’un crédit bancaire via Bpifrance, qui se portera garant de tous
    les prêts de trésorerie dont les entreprises pourraient avoir besoin à cause de l’épidémie ;
  • Le financement des salariés par le mécanisme de chômage partiel ;
  • L’appui au traitement d’un conflit avec des clients ou fournisseurs ;

Un cas de force majeure

L’Etat a annoncé que le Coronavirus était un cas de force majeure. Il montre ainsi l’exemple et pour tous les marchés publics d’Etat, les pénalités de retard ne seront pas appliquées :

  • Le ministre de l’Economie et des Finances en lien avec le Gouverneur de la Banque de France a décidé de mobiliser la médiation du crédit pour accompagner sur les territoires dans les départements toutes les PME qui auraient besoin de renégocier leurs contrats et de renégocier leurs crédits.
  • Les ministres ont demandé aux grands donneurs d’ordre de faire preuve de solidarité vis‐à‐vis de leurs fournisseurs et sous‐traitants qui pourraient avoir de plus en plus de mal à s’approvisionner et à respecter les délais de livraison.
  • La mise à disposition de toutes les informations utiles sur la situation d’activité et logistique dans les différentes provinces chinoises. Les entreprises pourront connaître l’état exact de la situation, province par province, ainsi que dans les grands ports chinois où arrivent les exportations en provenance de France et d’Europe.
  • L’accélération des procédures d’agrément dans certaines filières pour les nouvelles sources d’approvisionnement, en particulier pour le secteur de la construction ou de la chimie afin de les aider à diversifier leurs sources d’approvisionnement tout en respectant les normes sociales, environnementales et européennes.
  • Le lancement d’une réflexion sur la sécurisation des approvisionnements pour certaines filières stratégiques, comme la filière automobile, afin de les faire gagner en indépendance par rapport à leurs approvisionnements à l’étranger.
À lire également :
Coronavirus : comment réagir face à un collègue qui éternue ?

Une réponse aux entreprises « aussi massive » que l’épidémie

    Recevez l'essentiel de l'actualité RH

    En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

    Ces articles devraient vous intéresser
    Commentaires

    Ajouter un commentaire

    Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
    <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
    Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.

    Dossiers à la une