Fermer
menu

10 conseils pour survivre dans l’enfer des open spaces

En France, presque un salarié sur 5 exerce en open space. Longtemps mise en avant, cette organisation collective des bureaux, sensée faciliter la communication et rapprocher les salariés, montre aujourd’hui ses limites. En d’autres termes, l’open space, c’est l’enfer ! Heureusement, Mode(s) d’Emploi est là pour vous proposer quelques petites règles à suivre pour survivre une journée de plus dans cet univers impitoyable…

enfer-open-space

Achetez-vous un mug antivol !

Vous ne supportez plus de vous faire « emprunter » votre mug tous les jours ? Ça vous donne des envies de meurtre ? Avant de passer à l’acte, procurez-vous un mug antivol. Le principe est simple : le mug antivol est percé d’un bouchon près du fond. Dès que vous vous absentez, vous n’avez qu’à détacher le bouchon et le mug devient inutilisable. Sinon, vous pouvez coller un mot d’insultes sur le mug…

L’indispensable kit de survie en open space

Vous avez une gastro ? Par pitié restez chez vous !

Non, on vous le dit tout de suite, personne ne se soucie de votre santé. La vérité ? La gastro-entérite est un virus ultra-contagieux avec des symptômes extrêmement désagréables. En d’autres termes, dans un environnement très favorable à la transmission des microbes, si vous vous sentez fiévreux, ne faîtes pas de zèle et allez voir le médecin, vos collègues vous en sauront gré.

Nous passons 25% de notre vie à inhaler les microbes de nos collègues

Interdiction de manger du poisson au bureau

Même si la pause déjeuner est privilégiée en France, de plus en plus d’employés restent manger devant leur poste. C’est votre cas ? Alors voici un petit conseil : privilégiez les plats froids ou peu odorants. Bannissez la brandade de morue de votre grand-mère, oubliez la tarte au maroille, laissez à la maison les essais culinaires hasardeux de votre mari ou de votre femme. Les odeurs au travail peuvent rapidement causer un casus belli.

Infographie : 7 choses à faire durant la pause déjeuner

Le téléphone, c’est en silencieux

Dans les guides de bonnes pratiques au bureau, il y a toujours un point concernant le téléphone portable. Et il semble utile de rappeler que oui, les conversations téléphoniques privées doivent se dérouler à l’extérieur de l’open space (tout le monde se fiche que votre belle-soeur ait eu une intoxication alimentaire suite à un excès de bulots le week-end dernier). Et oui, il est plus agréable pour tout le monde quand les téléphones portables sont en mode silencieux, surtout si votre sonnerie est une chanson lancinante. Petit bémol sur le mode vibreur : si votre téléphone vibre à longueur de journée, on pourra vite croire que vous avez amené autre chose dans votre sac et avoir des remarques sur votre libido.

Marchez vite !

Marchez vite, le menton en avant, le pas assuré, ne vous laissez distraire par rien. Pourquoi ? Tout simplement pour donner l’impression à vos collègues et à votre n+1, que vous allez de l’avant, que vous êtes volontaire et que rien ne vous arrête. De cette façon, personne ne s’imaginera que vous n’avez avancer sur aucun dossier depuis 15 jours. Et puis accessoirement, vous pourrez affiner votre silhouette pour cet été.

Pas d’OPA sur la climatisation

La climatisation est très souvent une source de tensions dans les open spaces. Pieds glacés l’hiver, auréoles sous les bras l’été, dîtes vous bien que vous êtes dans le même bateau que vos collègues, mais que chacun supporte différemment la température. La température idéale est de 20 à 22 degrés, suivant le degré d’activité. Mais plutôt que d’ajuster le thermostat toutes les cinq minutes à votre guise, au détriment de vos collègues, ajustez plutôt votre tenue et prévoyez toujours une petite laine dans votre tiroir. Le cas contraire, vous risquez de finir avec votre bureau dans le placard à balai.

Les 15 types de collègues qui te font encore plus suer pendant la canicule

Ne négligez pas l’hygiène de votre bureau

Certains nettoient quotidiennement leur bureau, d’autres une ou deux fois par mois, certains une fois par an. Dans les faits, chacun voit midi à sa porte en termes de propreté et d’hygiène. Mais en open space, cela peut vite devenir un enfer. Entre la vision d’horreur de la culture de champignon au fond d’un vieux mug, la pêche qui moisie depuis trois semaines, les odeurs suspectes qui émanent d’un tiroir au retour des grandes chaleurs… Ne négligez pas la propreté de votre bureau, surtout avant de partir en vacances, vos collègues risqueraient de se venger en votre absence.

Loi de Douglas au travail : plus on a de place, plus on s’étale

Choisissez bien votre place

Votre open space est réagencé, vous changez de locaux, c’est la tournée annuelle des bureaux ? C’est le moment d’être pertinent et efficace. Choisissez vite et bien votre bureau :

  • Calculez l’angle de vue que votre manager peut avoir sur votre écran.
  • Estimez la distance avec la sortie de la climatisation, ou les radiateurs.
  • Eloignez-vous des toilettes.
  • Evitez d’être dos à la fenêtre, ou dos au reste du service.

Travaillez votre « working face »

Lorsque vous travaillez en open space, il faut savoir adopter à tout moment une posture qui laisse croire que vous êtes concentré sur une tâche à 200%. Ainsi, les collègues à qui vous ne souhaitez pas parler ne vous dérangeront pas, votre manager ne s’intéressera pas à votre cas, et personne ne se rendra compte que vous consultez le site d’ikea pour votre future cuisine depuis 15 minutes. Petits conseils en vrac :

  • Essayez de comprendre le troisième opus de la trilogie Matrix, cela vous donnera l’air concentré.
  • Laissez plein de feuilles volantes sur votre bureau, on croira que vous croulez sous le travail.
  • Améliorez votre vitesse de clic, afin de refermer rapidement une page compromettante (raccourci clavier Alt puis Echap pour passer d’une fenêtre à l’autre).
  • Glissez à voix haute un « Je n’en peux plus de ce client » lorsque vous finissez la lecture d’un mail de 3 pages de votre belle-mère.

> Les salariés passent moins de 40% de leur temps de travail à… travailler !

Optez pour le « White Noise Maker »

Le bruit en open space est certainement une des nuisances les plus répandues. Il y a les bruits de conversation, le téléphone, les travaux dans la rue. Il y a aussi les collègues qui mâchent la bouche ouverte, les rois des messes-basses, ceux qui parlent tous seuls, ceux qui chantonnent, sifflent, reniflent, grincent des dents, boivent bruyamment, soupirent constamment, ricanent sans cesse, insultent leur ordinateur, et ceux qui font tout cela à la fois… Pour entrer dans votre bulle et rendre toutes ces nuisances plus supportables, utilisez un white noise maker, un générateur de bruit blanc. Quésako ? Le principe est simple : les sons de bruit blanc ont la faculté d’occultez les sources sonores distrayantes, y compris les claquements de langue à répétition de Roger, le responsable comptable.

8 conseils pour gérer vos collègues bruyants

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Thomas Z
    29 novembre 2016 - 14h03

    Les écouteurs générant du bruit blanc, rose, brun ou je ne sais quelle couleur douteuse ne fonctionnent pas pour tout le monde. L’open space est une fumisterie quand c’est imposé par des managers incompétents. Il faudrait appliquer les mêmes conditions pour l’open space comme pour le télétravail, c’est à dire accord bi-latéral de l’employeur comme des salariés. Car oui, certains collaborateurs semblent bien malgré tout apprécier l’open space.

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.