Fermer
menu

Comment devenir un parfait fayot au bureau

« Le plus court chemin vers le succès ? Le fayotage, pardi ! Mais attention, le fayotage est un art qui exige tact et psychologie ». Ancien consultant dans un cabinet de conseil en stratégie et management, Benjamin Fabre a pu étudier les meilleures stratégies pour réussir dans le monde du travail. Une règle prévaut à toutes : un bon fayot vit caché.

Ouvrage parfait fayot au bureau2

Dans un guide fort utile pour évoluer professionnellement, l’auteur décrit avec humour des situations permettant de briller aux yeux de votre N+1 tout en négociant son départ avec votre N+2, +3… Pas facile pensez-vous ? « Il y a des talents innés, bien sûr, il y a des Federer du fayotage au bureau, mais à force de travail, on a toutes les chances de surmonter ses carences et de devenir un excellent praticien », rassure d’emblée Benjamin Fabre. Comme apprendre à profiter du pot de départ d’une collègue démissionnaire pour organiser une cagnotte avec le chef d’équipe et lui suggérer habilement quelques bons mots pour le discours d’adieu. Un niveau de difficultés relativement bien maîtrisé par les salariés.

Sur une échelle 1à 5, tomber sur un « boss triple buse » mérite la note de 4. L’objectif est en effet plus délicat. Il faut le mettre dans votre poche pour mieux le débiner auprès du reste de l’équipe. Mais ensuite faites confiance à la rumeur pour alerter sans vous compromettre l’ensemble de la hiérarchie. Quand à votre propre opinion sur la buse : « dites que vous n’avez pas de reproche à lui faire, mais dites-le avec un petit sourire entendu ».

« Être mère, c’est bon pour les greluches qui n’ont aucune ambition dans la vie »

Déjà rompu à de telles situations ? Forcément… Comme à la concurrence d’un nouveau fayot qui cherche à vous faire de l’ombre. Dans ce cas, éviter de l’affronter. Au contraire, « faites éclater au grand jour l’hypocrisie sans bornes de cette saleté de faux-derche diplômé »… Toujours duplice, vous apprendrez également comment vous faire pardonner d’un boss détesté. Niveau de difficulté : 5. Tout comme recadrer un supérieur qui cherche à vous mettre dans son lit ou encore le fait d’annoncer sa grossesse. Remballez alors vitre mine réjouie et plutôt que de répéter à tous : « Je vais avoir un petit bout », laissez entendre « qu’être mère, c’est bon pour les greluches qui n’ont aucune ambition dans la vie ».  

En tout, l’auteur décrit 50 situations forcément exagérées mais qui sonnent justes. La clé pour grimper les échelons, c’est de soigner toutes vos relations. « Avoir un ennemi juré… Tout le problème est là… Retenez la leçon pour la prochaine fois ». Prêt ? Fayotez !

Le 19 septembre dernier, les fayots étaient invités à se réunir sur le parvis de la Défense. Un rassemblement visant à promouvoir la sortie du livre de Benjamin Fabre. Ecoutez le porte-parole de ce mouvement :

A compléter par Le Tumblr Je suis un fayot

http://25.media.tumblr.com/213978489ae443340dcf7a20dd30575a/tumblr_mpzcvtrDhv1sowga4o1_500.gif

Quand mon boss a une super idée… que je lui avais déjà soumise le mois dernier !

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. RHetmoi
    25 septembre 2013 - 10h44

    Bonjour,

    Je ne comprends pas votre propos de la citation suivante : « Remballez alors vitre mine réjouie et plutôt que de répéter à tous : « Je vais avoir un petit bout », laissez entendre « qu’être mère, c’est bon pour les greluches qui n’ont aucune ambition dans la vie ». »

    Conseillez-vous aux femmes comme aux hommes de cacher leur parentalité pour gravir les échelons ? N’est ce pas justement contre cela que nous luttons au quotidien ?

    Être fayot ok (et encore), mais faire régresser les mentalités qui ont déjà tant de mal à bouger, non.

  2. regionsjob
    25 septembre 2013 - 11h06

    @RHetmoi Bonjour, le ton de l’auteur est ironique, il dénonce ainsi des comportements qui sont largement pratiqués en entreprise : fayotage, mensonge… Quant au fait d’annoncer une grossesse, il suggère que les bons fayots diront ce que leur boss souhaite entendre.

  3. RHetmoi
    25 septembre 2013 - 16h48

    Je vous remercie pour votre réponse et de confirmer le second degré de ces propos.

    Prions donc pour que les fayots perdent en « points d’appui », si j’ose dire, rapidement !

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.