Fermer
menu

Les 50 entreprises qui font rêver les étudiants

Quel est l’employeur le plus attractif au monde pour les étudiants ? Encore et toujours Google ! Pour la sixième année consécutive, la firme de Mountain View est à la première place du Top 50 des entreprises préférées des étudiants dans le monde, réalisé chaque année par Universum. Google se paye même le luxe d’être à nouveau en tête des deux classements, élevé au premier rang par les étudiants des écoles de commerce/management comme ceux d’ingénierie. Incontestablement, c’est l’employeur qui attire le plus les jeunes diplômés, toutes filières confondues.

Universum-2014-global-ranking-top10

Le Big 4 de l’audit talonne Google

Derrière, le classement ne change pas trop non plus, les cartes sont légèrement rebattues entre les géants du Top 10. Chez les étudiants en commerce / management ce sont les grands noms de l’audit et du conseil qui trustent encore une fois les premières places, le fameux Big 4 (EY, Deloitte, PwC et KPMG) talonne même Google et remonte par rapport au classement 2013.

« En offrant une parfaite combinaison entre forte culture d’entreprise, nombreuses possibilités d’évolutions, solide formation et sécurité financière, les entreprises de ces secteurs sont vues comme des employeurs de choix par les étudiants, car ce sont des critères qu’ils recherchent. Par ailleurs, l’économie mondiale s’améliore et ces entreprises recrutent de plus en plus de juniors, leur attractivité se renforce donc auprès de cette population » explique Petter Nylander, PDG Universum qui a interrogé plus de 200.000 étudiants dans 12 pays pour établir ce classement.

Travailler-chez-Google

Chez les ingénieurs, ce sont les grandes marques du secteur IT qui se partagent le haut du classement, comme l’an dernier : Microsoft est 2ème, Apple 4ème, Intel 7ème et Sony 9ème. Seul IBM marque un peu le pas en perdant 3 places alors que certains employeurs comme Microsoft (qui a pourtant annoncé un vaste plan de licenciements) et Apple sont les seuls avec Google à être dans le top 10 des deux filières.

L’Oréal en tête des entreprises françaises

Une autre entreprise française réussit tout de même à être attractive en se classant 12ème du top commerce / management et 24ème chez les ingénieurs. Il s’agit de l’Oréal Group. C’est le seul employeur français à être présent sur les deux tableaux. LVMH se maintient lui auprès des étudiants en commerce, Schlumberger et Schneider Electric restent également bien placés chez les élèves-ingénieurs.

L’argent, le nerf de la guerre des talents

Universum a aussi analysé les facteurs d’attractivité qui comptent le plus aux yeux des étudiants. Pour les jeunes en filière commerce et management, le premier critère d’attractivité d’une entreprise est « la possibilité d’obtenir des revenus élevés » mais aussi « le développement et la formation professionnelle » et des leaders qui aident les jeunes à développer leur compétences.

L’ambiance de travail compte aussi

Pour les étudiants ingénieurs en revanche il n’y a pas que l’argent qui compte. Ils placent en premier le critère de l’ambiance et de l’environnement de travail. Pour les jeunes le cadre de travail doit être créatif et dynamique, ils veulent se sentir au boulot comme à la maison. C’est le modèle Google qui s’impose !

« Les jeunes de cette génération, peu importe où ils sont dans le monde, ont une approche très différente du travail », commente Petter Nylander. « Depuis plusieurs années nous constatons que la vie privée et la vie professionnelle fusionnent – les étudiants ne voient plus de séparation distincte entre les deux, comme c’était le cas avant ; et ils savent que le travail occupe un rôle important dans leur vie en générale. C’est pour cette raison qu’ils recherchent des environnements de travail agréables et que les employeurs doivent se montrer à la hauteur sur ce point ».

Les étudiants français font exception

Dans ce concert mondial les étudiants français font toutefois exception. Il s’intéressent plus aux caractéristiques du poste, à la culture d’entreprise et moins à la rémunération. Selon Universum les étudiants français auraient en effet une plus forte confiance dans leur employabilité, en raison de la particularité de notre système éducatif. Avec de nombreux stages et expériences en entreprises les cursus français formeraient ainsi des jeunes très opérationnels qui n’ont pas besoin de se former encore après leur entrée dans le monde du travail.

Les jeunes français ont soif d’expatriation

Une particularité – ou une exception culturelle – qui les incite à être plus attentifs à d’autres critères. La première préoccupation des jeunes étudiants français porte ainsi sur l’équilibre vie professionnelle-vie privée. Ils cherchent aussi des entreprises qui offrent des possibilités de faire carrière à l’international. Les jeunes français sont deux fois plus nombreux que les étudiants chinois à vouloir s’expatrier. Dernière élément découlant de notre éternelle exception : les étudiants français ont de l’ambition : ils veulent à leur tour être des leaders, manager une équipe et être challengé dans leurs missions.

Le Top 50 du classement Universum 2014 :

Universum-2014

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.