Fermer
menu
Théma Emploi et Handicap : Découvrez les initiatives de nos partenaires

Les travailleurs handicapés deux fois plus touchés par le chômage

La dernière étude publiée par la Dares sur l’accès à l’emploi des personnes handicapées en 2011 dévoile que 21% d’entre eux étaient au chômage soit plus du double par rapport à la moyenne nationale qui était de 9% la même année. Plus âgés, peu diplômés et moins qualifiés, les travailleurs handicapés sont souvent confrontés à des difficultés d’insertion professionnelle. Même si de nombreuses entreprises sont aujourd’hui engagées en faveur de l’emploi des personnes en situation de handicap, des efforts restent encore à fournir.

GD-Handicap

En 2011, seuls 44% des personnes dont le handicap est reconnu, exercent une activité professionnelle contre 71% de l’ensemble de la population. Ecart encore plus marqué chez les personnes âgées de 40 à 49 ans parmi lesquelles 57% sont en activité contre 90% de la population totale du même âge. Ce qui signifie qu’avec l’âge, les personnes handicapées sont de plus en plus confrontées aux difficultés de trouver un emploi. Même chose pour les personnes dont le handicap s’avère important : le taux de chômage est généralement plus élevé et très souvent de longue durée. En effet, 65% d’entre-elles déclarent être sans emploi depuis au moins un an contre 40% pour l’ensemble de la population au chômage. L’accès à l’emploi leur semble donc plutôt difficile alors que la reconnaissance du handicap est censée leur ouvrir le droit à l’obligation d’emploi de travailleurs handicapés (OETH).

Une population souvent moins diplômée

Parmi les personnes handicapées reconnues par la CDAPH (Commissions des droits et de l’autonomie des personnes handicapées), nombreuses sont celles qui rencontrent des difficultés à s’intégrer dans le monde du travail. Avec un parcours scolaire parfois chaotique, souvent lié à des problèmes de santé pendant l’enfance, ils ont finalement un niveau inférieur à la moyenne. Un peu plus de la moitié d’entre eux n’ont en effet aucun diplôme ou juste le BEPC et seulement 7% sont diplômés de l’enseignement supérieur. Pour un tiers, les difficultés rencontrées ont même entraîné une interruption définitive de leur scolarité.
Le manque de diplôme s’explique aussi par les postes à risques souvent occupés par des personnes peu ou pas diplômés. Confrontées aux accidents de travail ou aux interruptions d’activité, beaucoup se retrouvent au final en situation de handicap.

Seulement 3% au poste de cadres

Le manque de scolarité a évidemment un impact sur l’évolution professionnelle et sur l’employabilité des personnes handicapées. L’étude de la Dares révèle en effet qu’en 2011, l’accès aux postes qualifiés était plus difficile pour ces personnes que pour le reste de la population. Huit travailleurs sur dix n’étaient qu’ouvriers ou employés et seulement 3% occupaient un poste de cadres en 2011. Cette situation s’explique par un niveau de qualification souvent trop faible mais aussi par un manque d’engagement de la part des entreprises. Pourtant, le dernier rapport publié par l’Agefiph semblait souligner une prise de conscience des employeurs en faveur de l’emploi des personnes en situation de handicap.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. djeneba dady coulibaly
    31 octobre 2013 - 9h31

    je ss a la recherche des emploi en comptabilite

  2. DESCHAMPS
    3 novembre 2013 - 20h25

    Bonsoir,

    Il est vrai que si déjà on a pas le niveau du BAC, on est déjà avec 2 handicaps de plus. Si on ajoute de ne pas parler au moins l’anglais , on a 3 handicaps. Si en plus on a + 48 ans on a 4 handicaps plus cela fait beaucoup de barrières à franchir!

  3. Sophie
    22 novembre 2013 - 22h57

    Bonsoir
    Apres 18 ans d’ancienneté en Agence de Voyages, je me suis vu licenciée. officieusement pour des soucis de santé, officiellement mon ex patron a préféré trouver des fautes infimes pour me mettre à la porte. Pourtant j’ai une licence de Tourisme, je suis polyvalente, j’adorais mon job. J’ai repris des formations mais même avec 230 lettres et courriels rien. Et dire que 2015 sera l’année du handicap. On est loin d’imaginer quand on est en bonne santé ce que ce mot comporte : honte et rejet. On vous écoute mais on ne vous tend pas la main.

  4. Rémi
    29 avril 2014 - 17h55

    Bonjour,
    Jeune ou avec plus d’expérience, même avec des diplômes élevés tels que MASTER, de nombreuses compétences et une forte motivation pour travailler, il est impossible de trouver un emploi.
    Il y a de beaux discours mais c’est de la poudre aux yeux, la réalité c’est que personne ne veut embaucher des personnes en situation de handicap.
    La situation est d’autant plus critique que compte tenu de la conjoncture actuelle, les entreprises n’embauchent pas de candidats non handicapés.
    Profil du candidat idéal : âgé de 25 ans avec 20 d’expérience et bénévole !

  5. Pierre
    15 août 2014 - 17h55

    Si votre handicap n’est pas visible (ou trop perceptible) , par exemple je suis sourd d’une oreille ; N’en Parlez Pas ! j’ai galéré après mes études universitaires car j’étais trop honnête et je le disait à chaque fois….. J’ai eu droit à des questions du genre : vous êtes malentendant ? A bon , pourtant nous arrivons à communiquer..vous êtes sur que ce n’est pas un handicap mental ? Là une grosse envie de lui coller ma main sur la figure… 15 ans dans la même boite et personne ne s’en ai jamais aperçu. Je passe pour un gars un peu tête en l’air quelque fois mais c’est tout.
    Des fois , il vaut mieux se taire qu’être honnête .

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.