Fermer
menu

50 chiffres-clés pour comprendre l’égalité professionnelle

Egalite-homme-femme-EVE

L’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes est un enjeu de société qui dépasse largement les seules questions de travail. Le programme EVE, qui regroupe de grandes entreprises engagées en faveur de la mixité, de la parité et de l’égalité professionnelle, vient de rendre son rapport présentant les chiffres-clés sur ce sujet. Voici quelques chiffres issus de ce document très complet qui donne des pistes pour comprendre et agir en faveur de l’égalité professionnelle hommes-femmes.

Métiers d’hommes, métiers de femmes, à quand la mixité ?

D’après le rapport EVE & Donzel, les femmes actives se concentrent sur un faible nombre de métiers : on retrouve 47% des femmes françaises sur une douzaine de métiers seulement (sur un total de 87 métiers). Elles sont sur-représentées dans certaines professions comme aide à domicile, aide-soignante, assistante maternelle, secrétaire ou infirmière où plus de 90% des effectifs sont féminins. Mais elles sont absentes ou peu nombreuses dans des métiers comme ingénieurs en informatique (20,3% de femmes seulement), conducteur/trice de véhicules (10,5% de femmes au volant en moyenne) et c’est encore plus flagrant chez les ouvriers de l’industrie (2,1% de femmes).

Des femmes diplômées peu présentes dans certaines filières

Alors que les femmes sont légèrement minoritaires dans la population active française (47,8%), elles sont largement majoritaires dans la population diplômée de l’enseignement supérieur (58%) mais sont inégalement représentées selon les types de diplômes. Si près de 60% des étudiants en Master sont des étudiantes, elles ne sont plus que 42% dans les effectifs de classes prépas et 28,1% dans les écoles d’ingénieurs. Seule filière où la parité est absolue, les écoles de commerce sont les bons élèves de la classe avec 50% de diplômées.

Les femmes gagnent 18% de moins que les hommes

En France, l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes est de 18%. C’est aussi la différence moyenne au niveau mondial. Selon les pays cette différence varie de 4 à 36%. « L’écart de salaire inexpliqué », c’est-à dire forcément lié à une discrimination de genre (à compétences, niveau de diplôme ou qualifications équivalents), se situe à 15% en France et dans le monde.

Salaire-homme-femme-EVe

Des femmes souvent employées à temps partiel

Le temps partiel concerne beaucoup plus les salariées. 77% des femmes en emploi sont employées à temps partiel en Europe et 82% des salariées le sont en France. Les femmes sont aussi plus souvent embauchées en contrats précaires que les hommes. La différence est de l’ordre de 10% entre les femmes et les hommes qui décrochent un emploi temporaire.

Peu de femmes au sommet de la hiérarchie

Quand on observe les organigrammes des sociétés en France et dans le monde, quelque chose saute aux yeux : plus on regarde vers le sommet de la pyramide, moins les femmes sont nombreuses. Elles représentent 39% des cadres en France, mais 22% du top management en moyenne. La part des femmes dans les conseils d’administration est encore plus faible : 13% en moyenne en Europe et en France. Et en ce qui concerne les femmes PDG, au niveau mondial elles sont archi-minoritaires : 9% (moins de 5% à la tête des grandes entreprises).

La double journée : un « serpent de mère »

A la maison, la journée de travail des femmes n’est pas terminée. Dans la zone OCDE, les tâches domestiques occupent en moyenne 3h28 de la vie des femmes chaque jour, contre 1h30 pour les hommes. En France, l’écart est aussi conséquent : 3h52 pour les femmes et 2h24 pour les hommes. A quand un meilleur partage des tâches domestiques ? Le rapport EVE et Donzel évoque ce « serpent de mère »…

Miniature Realtor and Client

Des stéréotypes qui ont la vie dure

Près d’un tiers des managers (29%) pensent encore qu’il existe une différence de compétences liée à la génétique. Par exemple, 77% des managers affirment que le savoir-faire est typiquement masculin alors que le savoir-être est pour eux plutôt une « compétence féminine ».

Les femmes victimes de sexisme au travail

Les remarques sexistes au travail sont une triste réalité. 80% des femmes affirment être régulièrement victimes d’attitudes ou de décisions sexistes en entreprise. Des remarques ou comportements qui, selon les femmes, ont un impact sur la confiance en soi au travail.

Pas assez de femmes visibles dans les médias

Au-delà des discriminations, le rapport EVE pointe aussi le manque de visibilité de certaines femmes qui pourraient faire office de « role-model ». Seulement 2% des rues en France portent le nom de personnalités féminines, seulement un quart des personnes interrogées dans les médias sont des femmes. Pire, quand les médias font appel à des experts ce sont à plus de 80% des hommes qui sont invités et la moitié des contenus véhiculés par les chaines de TV, de radio ou la presse ont tendance à conforter les stéréotypes sexistes.

L’égalité, un levier de croissance

Le constat est accablant et le chemin qui reste à parcourir encore long. Si on ne devait retenir qu’un seul argument pour convaincre les entreprises de faire plus dans le domaine de l’égalité professionnelle ce serait évidemment la performance. Selon EVE, la réduction de moitié des inégalités liées au sexe au travail pourrait générer 12% de croissance mondiale.

Les entreprises qui ne comptent aucune femme dans leur board, sous-performent en moyenne de 18% et celles qui comptent plus de 35% de femmes parmi leur encadrement ont généralement une croissance supérieure de plus de 60% à celles qui restent masculines. Les sociétés dont la gouvernance est mixte surperforment aussi et au-delà des chiffres évidents, tout le monde s’accorde à dire que la mixité « apporte quelque chose de plus à l’entreprise ».

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. mebkhout
    8 octobre 2015 - 12h27

    beaucoups de femmes remarquables, sont mal valeurisées financièrement par rapport aleurs profèssions ; c’est très domage à notre époque .

  2. Convention.fr
    20 juin 2016 - 10h18

    Les entreprises doivent également participer, promouvoir cette égalité professionnelle au sein même de ses locaux et afficher les textes de loi relatifs à l’égalité de rémunération, à la lutte contre les discrimination, contre le harcèlement (et cela est même obligatoire).

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.