Fermer
menu

Expatriation : « France, je t’aime je te quitte »

FrancejetaimejetequitteRien de tel que de prendre du recul pour parler de son pays selon le journaliste et écrivain Christian Roudaut, auteur du livre « France, je t’aime je te quitte » et journaliste à Radio France et Arte. Les expatriés français y prennent la parole, et pointent du doigt les qualités et les défauts de leur chère patrie. Des témoignages du monde entier qui en disent long sur la relation ambivalente des expatriés français avec l’Hexagone. Et parmi eux se sont glissés ceux d’expatriés célèbres…

Des « travers » nationaux
Vu d’ailleurs, le français est nombriliste, chauvin voire raciste, refuse tout changement et entretien une véritable culture du conflit … Des travers nationaux qui poussent les uns à partir, ou les autres à ne plus vouloir rentrer. En témoignent les expatriés dont plusieurs célèbres comme Marc Lévy, Yannick Noah ou Charlélie Couture, qui sont partis chercher l’anonymat loin de leur pays d’origine..

L’éternel malaise français face à la réussite
Car il semblerait également que les français aient un gros problème avec la réussite contrairement à d’autres pays du monde. Loin de l’aborder avec enthousiasme comme ses voisins anglo-saxons, le Français est envieux, voire carrément jaloux. Réussir professionnellement et bien gagner sa vie ne sont pas louables, alors que « trimer », même sans réussir, si. Une vision bien particulière à la France qui se voit reprocher par ceux qui la quitte de cultiver « le formalisme, la barrière hiérarchique et la rigidité des statuts » plutôt que « la circulation de l’information et le dialogue » au sein de l’entreprise.

« Mais l’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs« 
Pourtant, qu’ils aient été forcés ou non, les expat’ savent aussi pointer du doigt les qualités de leur mère-patrie : un service public incomparable avec une protection sociale particulièrement avantageuse, une très bonne qualité de vie, « un goût pour le débat et les lettres »… Des aspects positifs que les métropolitains français oublieraient presque. Alors certes, les expatriés quittent la France, mais comme le rappelle l’auteur Christian Roudaut, ils l’aiment encore, ça c’est sûr.

« France je t’aime je te quitte » de Christian Roudaut, paru le 31/03/2010 aux Editions Fayard, collection Documents, 350 pages, 18 Euros.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.