Fermer
menu
  • Ressources Humaines

« Les candidats ont beaucoup changé mais certains recruteurs n’ont pas évolué »

Influenceur RH, ancien directeur de Link Humans, Laurent Brouat a crée la première école du recrutement en France. Objectif : redonner ses lettres de noblesse à la fonction de recruteur, mal aimé des RH.

Comment est née l’école du recrutement ?

 Nous faisons de la formation pour les recruteurs depuis de nombreuses années. Nous avons remarqué que les formations délivrées en recrutement n’étaient pas efficaces et souvent mal dispensées. Il y a peu de choses de faites sur le sujet. Il fallait vraiment attaquer le problème du recrutement à la racine pour changer la fonction recrutement en profondeur. La partie recrutement est le parent pauvre des cursus en ressources humaines généralistes qui abordent, pour la plupart, cette question de façon superficielle. Cette école est donc là pour structurer le métier de chargé de recherche et de recrutement, qui manque singulièrement de reconnaissance. Les professionnels du recrutement se sentent peu concernés par le sujet. C’est souvent une fonction qu’on attribue aux juniors.

Quels types d’étudiants accueillez-vous à l’école du recrutement ?

Nous avons des publics très différents. Nous accueillons tout d’abord des étudiants entre 23 et 26 en contrat d’alternance. Il s’agit de la première promotion de 10 personnes. Ils viennent en cours présentiels dans nos locaux. Les cours sont organisés autour de quatre thématiques principales : le sourcing, l’évaluation, l’engagement, le marketing et la négociation. Nous proposons également une formation continue avec des professionnels du recrutement. Il s’agit d’un parcours certifiant à distance sur un an. Nous formons près de 1500 recruteurs chaque année. Cela répond à une problématique très forte : nous avons besoin de recruteurs qui soient agiles. Il y a de la demande aussi bien dans les startups que dans des entreprises plus traditionnelles. Le métier a énormément changé il nous faut répondre à l’évolution du marché.

Les façons de recruter aujourd’hui sont elles archaïques ?

Les candidats ont beaucoup changé mais certains recruteurs n’ont pas évolué. A côté de cela, il y a un paradoxe : ce sont les basiques qui sont maltraités. Un bon entretien bien fait est souvent plus efficace qu’un outil à la mode et c’est ce qu’on enseigne à l’école du recrutement. Il est fondamental de faire évoluer ses pratiques. De nombreux recruteurs ont appris sur le tas et ils  ont pris de mauvaises habitudes.

Qu’est-ce qu’un recrutement réussi selon vous ?

C’est un recrutement qui dure tout d’abord. Il faut aussi que salariés et managers soient en accord avec les objectifs fixés au démarrage.

Quelles sont les principales qualités d’un bon recruteur ?

La curiosité, l’envie d’apprendre et de se challenger. Nous remarquons, parmi nos élèves, que ceux qui aiment vraiment leur métier sont ceux qui apprennent le plus et que ceux qui étudient le plus deviennent les meilleurs recruteurs. Nous sommes face à des difficultés de recrutement dans tous les domaines. Il y a un fossé entre les besoins des entreprises et la formation : c’est à nous de combler ce manque. Nous assistons à une hyper personnalisation du recrutement. L’entreprise devra être capable de s’adresser individuellement à chaque candidat. Le marketing sera donc un élément clé pour attirer les bons candidats.

(istockphoto.com/pixelfit).

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.

Dossiers à la une