Fermer
menu
  • Égalité professionnelle

Les femmes ayant des responsabilités familiales sont moins souvent en emploi

En 2018, en France, les femmes qui ont des responsabilités familiales sont moins souvent en emploi que celles qui n'en ont pas. L'écart est particulièrement visible chez les ouvrières. C'est ce qui ressort d'une étude de l'Insee. 

Etre parent a plus de conséquences sur l’emploi des ouvrières que sur celui des cadres selon une étude de l’Insee. Quand elles travaillent, les femmes déclarent deux fois plus souvent que les hommes qu’être parent a des conséquences sur leur situation professionnelle. Ces conséquences concernent principalement le temps de travail ou l’organisation des journées de travail ou l’organisation des journées de travail, principaux leviers pour faciliter l’organisation de la vie des familles.

Une inactivité plus fréquente

Parmi les salariés âgés de 25 à 49 ans, les femmes ayant des responsabilités familiales, c’est-à-dire celles qui vivent ou s’occupent régulièrement d’un ou plusieurs enfants de moins de 15 ans sont moins souvent en emploi (76 %) que celles qui n’en ont pas (84 %). C’est l’inverse pour les hommes : 91 % des hommes avec responsabilités familiales sont en emploi, contre 82 % pour les autres. Ce lien entre responsabilités familiales et emploi, inversé entre femmes et hommes, reste vrai une fois que l’on tient compte de l’âge et de la catégorie socioprofessionnelle de la personne, de la situation d’emploi de son conjoint éventuel ou encore de l’âge et du nombre des enfants. Pour les femmes, le moindre taux d’emploi de celles qui ont des responsabilités familiales se traduit essentiellement par une inactivité plus fréquente (17 % contre 9 % pour les femmes sans responsabilités familiales), la part de chômage étant proche dans les deux cas (7 % et 8 %). Pour les hommes, le taux d’emploi plus élevé de ceux qui ont des responsabilités familiales correspond à la fois à un chômage et à une inactivité moins fréquents.

Les ouvrières avec des responsabilités familiales sont plus souvent inactives ou au chômage

L’écart est le plus marqué pour les ouvrières : seules 54 % des ouvrières qui ont des responsabilités familiales sont en emploi, contre 74 % de celles qui n’en ont pas. Pour les cadres, le taux d’emploi est de 90 % quand elles ont des responsabilités familiales, contre 94 % quand elles n’en ont pas. Lorsqu’elles ont des responsabilités familiales, les ouvrières sont beaucoup plus souvent inactives (32 % contre 15 % quand elles n’en ont pas), mais aussi un peu plus au chômage (14 % contre 11 %).

Le fait d’être parent pèse plus que la situation professionnelle des femmes

Quand elles ont un emploi, 45 % des femmes âgées de 25 à 49 ans et ayant des responsabilités familiales déclarent qu’être parent a des conséquences sur leur situation professionnelle, soit près de deux fois plus que les hommes. En effet, elles déclarent nettement plus souvent que les hommes (16 % contre 3 %) que leurs responsabilités familiales les ont amenées à réduire leur temps de travail, dans le cadre de leur emploi ou en changeant d’emploi. Le temps partiel est le principal levier : 72 % des personnes déclarant avoir réduit leur temps de travail sont de fait à temps partiel.

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.

Dossiers à la une