Fermer
menu

Plus de 3 millions d’actifs proches du burnout

Le burnout, syndrome d’épuisement professionnel lié au stress et au sur-engagement au travail est une réalité. Plus de 3 millions d’actifs seraient au bord de la rupture selon le cabinet Technologia qui vient de publier une étude en appelant aussi à la reconnaissance du burnout comme maladie professionnelle.

Burn-out

Chaque année, seulement une dizaine de cas de burnout sont reconnus comme maladie professionnelle. C’est peu au regard du nombre de travailleurs qui seraient proches de l’épuisement. D’après le cabinet Technologia, connu notamment pour son intervention chez France Télécom après plusieurs cas de suicides, 12,6% des actifs seraient en « risque élevé de burnout », soit 3,2 millions de personnes en France.

Travail excessif + travail compulsif = risque de burnout

Dans son étude, Technologia précise que cette pathologie psychique se manifeste par le travail excessif et le travail compulsif. Deux variables aux origines différentes : la première est organisationnelle, avec la charge de travail à laquelle une personne doit faire face ; la seconde est plus personnelle et liée à l’engagement que chacun met dans son travail. Quand les deux se combinent, il s’agit d’un comportement de sur-engagement qui créé un risque élevé de burnout.

Certaines catégories professionnelles seraient dans une situation particulièrement critique. C’est le cas des agriculteurs, artisans-commerçants et chefs d’entreprise mais surtout des cadres. Pour cette dernière catégorie, qui frôle la barre des 20% en situation de travail excessif et compulsif, le plus inquiétant est leur niveau d’épuisement émotionnel le matin et le soir. Stress, surmenage, angoisse, dépression… derrière les mots, un seul mal : le burnout.

Le burnout, nouveau « mal du siècle »

Pour que cette situation soit prise en compte, le cabinet Technologia lance un appel sur un site web dédié au burnout. L’objectif est d’identifier et prévenir les risques psycho-sociaux qui conduisent au burnout. Mieux vaut en effet « prévenir que guérir ». Comme le montre les témoignages recueillis par L’Express, qui consacre sa Une cette semaine à ce nouveau « mal du siècle », il est difficile de remonter la pente après avoir craqué.

Encore une fois, la France semble bien en retard par rapport aux pays anglo-saxons qui l’ont pris en compte depuis la première définition en 1974 par le psychanalyste américain Herbert J. Freudenberger, du « Burn-Out Syndrome » observé chez le personnel des cliniques spécialisées dans le traitement des toxicomanes.

Aujourd’hui les études montrent que le burnout touche des personnes « sans antécédents psychiques », toutes les professions sont donc concernées. La reconnaissance comme maladie professionnelle serait sans doute un premier pas vers une meilleure prise de conscience de la souffrance psychique des salariés.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Aude
    23 janvier 2014 - 11h21

    Je m’appelle Aude Selly et j’ai partagé mon experience dans un livre qui s’appelle « Quand le travail vous tue -Histoire d’un Burnout et de sa guerison » Editions Maxima. Il a bénéficié d’une couverture médiatique à laquelle je ne m’attendais pas lorsque je l’ai écrit mais dont aujourd’hui je me sers dans mon combat, mon action pour participer à rendre public ce sujet encore tabou. Je tiens a dire que cette pathologie est celle des forts…et pas des faibles comme certains peuvent le penser. Elle atteint des personnes dévouées, investies, qui veulent bien faire leur travail, passionnées, optimistes, qui ne font pas partie de celles qui se plaignent…La personne qui a subit un burnout n’a rien vu venir. Pour s’en protéger et réagir il faut savoir ce qui se passe avant, detecter les alarmes…Beaucoup de lecteurs de mon livre m’ont témoigné leur soutien(et je les en remercie) mais surtout m’ont dit qu’ils avaient realisé qu’ils courraient à la catastrophe s’ils ne changeaient rien, ils se sont reconnus et me disent qu’ils ne se sentaient plus seuls, ou ont reconnu les symptomes d’une personne de leur entourage et donc qu’ils devaient intervenir pour alerter cette personne. Avant qu’il ne soit trop tard. J’espère qu’il sera lu par beaucoup, il peut aider comme le dit le Dr Font le Bret qui a ecrit ma preface, psychiatre et auteure , entre autres du livre « Pendant qu’on compte les morts » ou Marie France Hirigoyen, psychiatre et également auteure des livres « le harcèlement moral: la violence perverse au quotidien »  » ou « malaise dans le travail: harcelement moral, demeler le vrai du faux ». Bon courage à ceux et celles qui rencontrent des difficultés dans leur travail, ou malheureusement ceux et celle qui traversent cette épreuve. Croyez moi, ion peut s’en sortir…il faut beaucoup de temps pour ça. J’ai réussi à le faire alors que je suis « comme vous », une personne lambda.

  2. regionsjob
    23 janvier 2014 - 11h32

    Merci de votre témoignage et de votre livre. Pour ceux que ça intéresse voici le lien vers le site de l’éditeur http://www.maxima.fr/index-fiche-468-Quand-le-travail-vous-tue-histoire-d-un-burn-out-et-de-sa-guerison.html

  3. BENOIT Michel
    30 juin 2015 - 9h57

    Bonjour,

    Je suis Michel BENOIT et je travaille pour la société Hypersoft, qui conçoit et produit un outil de collecte de données et d’affichage de rapports.

    Je m’intéresse au burn-out de près et je cherche des personnes qui voudraient m’apporter leur témoignage. L’idée est de parler afin de fixer un contexte objectif et mesurable du burn-out, c’est à dire sans prendre en considération les aspects psychologiques personnels.

    L’objectif est de déterminer certains seuils au-delà desquels la spirale démarre afin d’anticiper et d’alerter.

    Merci de prendre contact avec moi, michel.benoit@hypersoft.com

    Bonne journée

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.