Fermer
menu
Théma Jeunes diplômés : Découvrez les initiatives de nos partenaires

Les diplômes d’IUT, passeports pour l’emploi

Diplome 2Plus le cursus est professionnalisant, plus le processus de recrutement est court selon le dernier sondage Deloitte effectué auprès de plus de 1000 jeunes diplômés. Pour preuve, un quart des diplômés d’IUT ont trouvé un emploi en moins d’une semaine. Au-delà de ce constat, le cabinet Deloitte note que la jeune génération juge les politiques en faveur de l’emploi comme le contrat de génération plutôt d’un bon oeil. Mais les jeunes sans emploi restent majoritairement pessimistes quant à leurs perspectives de décrocher un job dans les 6 prochains mois…

Sur les 1005 jeunes dips interrogés par Deloitte en janvier 2013, 55% sont en poste et 45% en recherche d’emploi. Une répartition identique à celle de l’année précédente avec cependant quelques différences Paris/province ou selon l’âge, ou encore selon la formation puisque 72% des jeunes issus d’une grande école ont un emploi.

L’expérience en stage ou en alternance, un atout

La plupart des diplômés actuellement en poste ont envoyé une quinzaine de CV et passés 2 entretiens en moyenne pour obtenir leur emploi. Ils ont consacré environ 2 mois et demi à leur recherche. Mais Deloitte constate que les filières professionnalisantes permettent un accès sensiblement plus rapide au marché du travail. Ainsi, un quart des titulaires de diplômes d’IUT ont trouvé un poste en moins d’une semaine.
A l’inverse, plus le profil est généraliste, plus le process de recrutement est long. En effet, 44% des actifs ayant passé plus de 2 entretiens sont issus d’une grande école (ou d’université) contre 13% des détenteurs d’un diplôme d’IUT. Et parmi les jeunes n’ayant même pas eu à envoyer de CV pour décrocher un job, 23% sortent d’IUT. On peut ainsi penser que leur réseau, leur(s) stage(s) ou leur(s) expérience(s) en alternance ont joué pour beaucoup.

Dans l’attente des politiques emploi

Les 45% de jeunes actuellement en recherche d’emploi ont eux déjà passé en moyenne presque 4 mois à chercher un poste, 3 entretiens en moyenne (sans succès). 37% y ont même consacré plus de 4 mois. Sans surprise, ils se disent donc majoritairement pessimistes (à 58%), plus que l’an passé (+7%). En matière de lutte contre le chômage, ils attendent que tous les leviers possibles soient actionnés mais jugent tout de même positivement le contrat de génération (à 65%). Et la crise n’empêche pas la plupart des jeunes sondés en emploi ou non d’envisager leur avenir en France de manière générale (73%), même s’ils sont 14% plus nombreux que l’année dernière à envisager de partir faire carrière à l’étranger (23% contre 13%).

(Echantillon de 1005 personnes, représentatif des jeunes ayant achevé leurs études, titulaires d’un diplôme de niveau Bac à Bac+5 depuis moins de 3 ans et en poste ou en recherche d’emploi dans le secteur privé.)

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.