Fermer
menu
Théma Jeunes diplômés : Découvrez les initiatives de nos partenaires

Un bilan mitigé pour le service civique

ServiceciviqueInstauré en mars 2010, le service civique présente un bilan 2011 plutôt mitigé selon un rapport parlementaire publié début novembre. Sa mise en oeuvre sur le terrain s’avérerait plus problématique que prévue et sujette à dérives, avec notamment un risque de substitution à l’emploi.
Pour rappel, le service civique permet aux 16-25 ans de s’engager, pour 6 à 12 mois, dans une mission d’intérêt général. Indemnisé plus de 450 euros nets par mois quelle que soit sa durée hebdomadaire, cet engagement citoyen a réussi à mobiliser plus de 10.000 jeunes en 2010 et jusqu’à 14.000 jeunes d’ici la fin de l’année 2011 soit 24.000 au total. Pour l’Agence du service civique, le bilan est donc plus que positif. C’est pourquoi elle souhaite renforcer le dispositif pour atteindre les 70.000 volontaires en 2014…

Un outil valorisable sur le CV…
« Renforcer le lien social, transmettre des valeurs républicaines, s’ouvrir à d’autres horizons »... La mission du service civique est plus que louable. Concrètement, elle renforce surtout l’employabilité de nombreux jeunes et permet au gouvernement de canaliser une population de mineurs en dehors de tout parcours. Ainsi, les volontaires y développent leurs compétences et en acquiert de nouvelles. Ils se responsabilisent et peuvent commencer à esquisser leur projet d’avenir professionnel. Et les domaines dans lesquels les jeunes peuvent exercer une mission sont variés : culture et loisirs, humanitaire, environnement, éducation, santé, sports, solidarité…

…mais une mise en pratique à recadrer
Cependant, le rapport parlementaire identifie plusieurs dérives concernant l’application du service civique sur le terrain. La mixité sociale y est encore imparfaite. La population concernée par le dispositif est plutôt féminine, diplômée et rurale plutôt qu’urbaine. Et le peu de contrôle mis en place ne permet pas de vérifier si les principes du service sont bien respectés.
S’il suscite incontestablement l’engouement des jeunes, certains employeurs « abusent » du service civique. Indemnisé, le risque est qu’il se substitue à l’emploi. Pour le moment en effet, les structures d’accueil proposent des missions relativement qualifiées qui répondent plus à leurs propres besoins qu’à la vocation de mixité sociale du service. Et elles ne s’impliquent pas autant qu’attendu dans le tutorat des volontaires.

Vers un parcours obligatoire
Globalement, le rapport dénonce également une gestion insatisfaisante, opaque, et décentralisée. En désaccord avec celui-ci, le Président de l’Agence du Service Civique, Martin Hirsch préfère, lui, rappeler qu’après seulement un an et demi d’existence, le remplaçant du « service civil » progresse tous les mois. Il favorise selon lui bien plus la mixité sociale puisque 18% des volontaires sont des jeunes des quartiers, ce qui est quasi-proportionnelle à leur part en France (16%). Devant le succès du dispositif, il a également proposé de rendre le dispositif obligatoire. Mesure qui s’inscrirait dans l’idée d’un parcours obligatoire pour les 16-18 ans, notamment pour les jeunes délinquants multirécidivistes.

Pour plus d’infos, rendez-vous également sur la page Facebook du Service Civique. Testez également le nouvel espace emploi du site www.service-civique.gouv.fr

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.