Fermer
menu

J’ai testé le « before work », faire la fête avant d’aller au travail

Cerveau en compote, réveil en miettes, il est 6 heures et je me demande ce que je suis allé faire dans cette galère. Je ne suis pas le seul à avoir remonté le réveil ce matin : 300 personnes ont investi la salle de la Cité pour Good Morning Rennes, le premier « before work » rennais. Le concept : une boîte de jour pour bien démarrer la journée. Heureusement les trois organisatrices ont pensé à tout : le café coule à flots, un petit-déjeuner sucré-salé est proposé aux lève-tôt et un cours de gym suédoise permet de s’échauffer le corps, en douceur.

Goodmorning

Derrière les platines, Dj Mac L’arnaque chauffe la piste. Bonne ambiance et gros succès pour cette première édition. « Quand on a vu que c’était complet, on était les premières surprises, explique enthousiaste Jodène Morand, l’une des trois organisatrices de Good Morning Rennes. Mais c’est génial, tout le monde joue le jeu et on voit bien qu’ils y prennent du plaisir ». Le public ? Autour de la trentaine et essentiellement féminin. « C’est une copine qui nous a parlé de l’événement. Elle nous a motivées mais elle ne s’est pas levée », rigolent Émile et Christelle. Toutes deux déguisées pour l’occasion, elles ont prévenu leur employeur qu’elles arriveraient un peu après 9 heures, leur horaire normal de travail. A côté d’elles, Sarah, étudiante, s’amuse « avant d’aller à la fac pour un oral à 10 heures ».

Deguisement2

Plus loin, des collègues qui travaillent « dans l’environnement » finissent leur petit-déjeuner. Tous ont les yeux collés. « Ça pique, confirme Julie. Mais on aura davantage la banane en arrivant tout à l’heure au travail. C’est super marrant et c’est bien la première fois que je me lève pour aller danser, ça change ». Sur la piste, Sam et Julien, habillés l’un d’un peignoir, l’autre d’un costume d’ours, mettent l’ambiance. Impossible de les rater. Ils sont la coqueluche des médias locaux venus nombreux couvrir l’événement. « C’est un super concept et on dormira comme des bébés ce soir. Et puis venir déguisés permet de rapprocher les gens. Mais ça donne chaud, nos collègues risquent de pester tout à l’heure !»

Deguisement

Courses de vélo et concours de vocalises

Des cris perçants couvrent régulièrement la musique. Des râles poussés dans le gueulomaton, un photomaton qui se déclenche précisément en criant. « J’ai eu l’idée du gueulomaton comme un contrepied aux selfies où tout le monde se prend sous son meilleur angle. Mais surtout, le gueulomaton est un bon moyen de se calmer rapidement les nerfs», explique Gilles Gonon, un ingénieur de profession à l’origine de ce photomaton pas comme les autres. Deux amies qui en sortent confirment : « ça défoule mais on a plus de cordes vocales ! »

Geulomaton

Geulomaton2

Dans un coin de la salle, l’association La petite Rennes a installé le « Gold sprint ». Sur deux vélos d’appartement les plus sportifs réalisent des courses de sprint. Les meilleurs se verront décernés ensuite un prix. Perso, je fais l’impasse, ce midi j’ai piscine et il est déjà 8h30. Un dernier pas de danse, un dernier café et je fonce au boulot. La salle se vide doucement mais les plus motivés ont jusqu’à 10 heures pour continuer la fête. Rendez-vous est déjà pris pour le deuxième Good Morning Rennes. « Et pourquoi pas décliner l’événement ?, avance Jodène. Un Good Morning Saint-Malo ça aurait de l’allure !»

Goodmorningvélo2

Gueno

GoodmorningDernier

Gueulomaton, c’est par ici pour entendre crier

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Yohan
    15 octobre 2015 - 16h02

    Il en faut du courage pour se lever de si bonne heure. 300 personnes, c’est une belle réussite pour ce genre de concept. Bravo à l’organisation

  2. dagombert
    19 octobre 2015 - 8h55

    Super projet et super article ! c’est le type d’initiative qu’il faut développer, associer travail et plaisir c’est peut être la recette du bonheur.

Les commentaires sont fermés pour cet article.