Fermer
menu

Seulement 3 autoentrepreneurs sur 10 encore actifs après 3 ans

Trois ans après leur immatriculation, seuls 30% des autoentrepreneurs inscrits début 2010 sont toujours actifs sous ce régime selon l’Insee. Ainsi, il semblerait que le statut ne soit pas fait pour être pérenne. Ou que tout soit fait pour qu’il ne le soit pas !
Sur toutes les personnes ayant souscrit au statut, environ 6 sur 10 ont réellement démarré une activité. Et sur ces 62%, la moitié seulement (49%) ont une activité pérenne à 3 ans. C’est moins que les créateurs d’entreprises individuelles classiques de la même génération (62%). Enfin, pour ceux dont ce fut l’activité principale au démarrage, celle-ci devient une simple source de revenu d’appoint quelques années plus tard.

Profil-createur-entreprise

Certains secteurs réussissent aux AE

Comme pour les créateurs d’entreprises classiques, la pérennité dépend de plusieurs facteurs. D’abord, du secteur d’activité. C’est dans la santé humaine-action sociale qu’elle est la plus élevée (71%). À l’opposé, elle est plus faible dans les activités spécialisées, scientifiques et techniques (45%), le commerce (46%) et la construction (50%), trois domaines qui concentrent pourtant plus de la moitié des immatriculations de 2010. Les artisans du bâtiment n’ont donc finalement pas tant de souci à se faire…

Autoentrepreneur2

Expérience et disponibilité favorisent le démarrage

La pérennité s’accroît fortement avec l’âge de l’autoentrepreneur, passant de 40% avant 30 ans à 55% au-delà de 50 ans et à 71% pour les 50 ans ou plus. Parmi ces derniers – soit 20% des inscrits – un quart est retraité. Notons également que tous secteurs confondus, les femmes démarrent plus fréquemment leur activité d’autoentrepreneur que les hommes (67% contre 59%). Le démarrage de l’activité d’autoentrepreneur peut être facilité par l’expérience acquise dans le métier et la disponibilité conclut l’Insee, permise notamment par l’absence d’une autre activité rémunérée.

Un CA bien inférieur à celui des créateurs classiques

Les autoentrepreneurs dégagent un chiffre d’affaires beaucoup plus faible que celui des créateurs individuels classiques. Les autoentrepreneurs toujours actifs fin 2013 déclarent en moyenne 10 000 euros en 2012. Les trois quarts d’entre eux réalisent un chiffre d’affaires inférieur à 15 000 euros ; seulement 14% des créateurs individuels classiques sont dans ce cas.

Autoentrepreneur

Au delà des seuils du régime fiscal de la micro-entreprises – 32 900 euros annuels de CA pour les professions des services et libérales et des 82 200€ – les AE basculent automatiquement – après une période dite « de tolérance » – vers le régime de droit commun de l’entreprise individuelle (qui est l’imposition au bénéfice réel pour les BIC ou à la déclaration contrôlée pour les BNC). > En savoir plus

Des « poux » dans la tête des AE depuis 2015

Est-ce la chronique d’une mort annoncée ? Depuis la Loi Pinel entrée en vigueur le 18 décembre 2014, le régime de l’AE est bien moins intéressant puisque celle-ci a aligné le statut de l’AE sur le régime de la microentreprise. Les autoentrepreneurs relèvent désormais du RSI, comme les entreprises traditionnelles dont les artisans, en bref, en vrai casse-tête administratif ! Le gouvernement Hollande a également instauré la CFE – Cotisation Foncière des Entreprises – dont doivent s’acquitter les AE réalisant un chiffre d’affaires, dès la 2e année suivant la création du statut. Autre obligation : ouvrir un compte bancaire dédié à l’activité. A ce jour, peu d’AE sont vraiment en règle sur ce point… Sans oublier l’immatriculation obligatoire au Répertoire des Métiers (RM) ou au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS), le Stage Préalable à l’Installation obligatoire pour un artisan autoentrepreneur inscrit après le 1er janvier 2015, la baisse des prestations maladie et maternité, etc. Voilà qui en a découragé plus d’un(e) depuis 2015 !

(Source : Insee)

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Paul
    18 mai 2016 - 17h57

    Quid de ceux qui prennent le statut d’auto-entrepreneurs par la force des choses pour répondre à la demande d’employeurs souhaitant réduire leurs charges par rapport à l’embauche en CDD ?

    Ce serait intéressant de comparer l’évolution du nombre de CDD avant et après la création de ce statut d’auto-entrepreneur.

  2. nicocasel
    28 mai 2016 - 11h28

    L’article mentionne :

    « Depuis la Loi Pinel entrée en vigueur le 18 décembre 2014, le régime de l’AE est bien moins intéressant puisque celle-ci a aligné le statut de l’AE sur le régime de la microentreprise »

    => Est-ce toujours d’actualité ?
    Ses nouvelles « contraintes » (compte banciare dédié, CFE, immatriculation obligatoire au RM et RCS) existent-elles encore en mai 2016 ?

  3. Priscilla
    30 mai 2016 - 12h06

    Oui elles sont toujours d’actualité. Cordialement.

  4. Jérémie L
    27 juillet 2016 - 10h14

    Selon moi, il y a deux abus au statut AE (qui est ou était un excellent moyen de mettre un pied dans entrepreneuriat):

    – certaine entreprises qui emplois seulement du personnels en auto-entrepreneur pour réduire leurs charges sociales;

    – le RSI qui asphyxie par la lourdeur de leurs charges le gérant qui devrais essentiellement se concentrer sur le développement de son activité.

    Si l’on c’est qu’une entreprise a des difficultés à passer le cap des 3 ans, alors pourquoi sur cette durée, ne pas favoriser l’installation d’une entreprise en minimisant ses charges ? Sachant qu’ensuite elle contribuera à payer des impôts et des charges sociales et peut être même de l’emploi qui elle même représente des charges sociale pour l’état. Il faudrait voir à long terme la vie d’une entreprise, et il y aurai moins de radiation.

    Qu’en pensez-vous ?

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.