Fermer
menu

Qu’attend la Génération Y d’un nouvel emploi ?

discrimination

Les personnes nées entre 1980 et 1996 sont les plus susceptibles de chercher un nouvel emploi selon le nouveau rapport de Gallup « Comment la Génération Y veut travailler et vivre. » Dans ce rapport, l’entreprise américaine spécialisée dans le management des RH dresse un portrait plus nuancé que d’habitude de la Génération Y, alias « Les Millennials ». Gallup propose ainsi un éclairage aux employeurs qui cherchent à embaucher ces travailleurs aux attentes si particulières qui constituent désormais la plus importante part d’actifs aux Etats-Unis.

Ainsi, Gallup constate que 21% des Y, dont l’âge se situe entre 20 et 36 ans, ont quitté leur emploi durant l’année dernière pour « faire autre chose », un taux trois fois plus élevé que pour les autres générations ayant quitté leur job. Gallup n’a pas de données sur ce que ces Y ont décidé de faire, certains ayant sans doute décidé de reprendre des études par exemple. Toujours est-il que 60% des Millennials aux Etats-Unis se disent ouverts à des opportunités d’emploi, soit le pourcentage le plus élevé parmi toutes les générations au travail. Et ce, pas forcément au sein de leur entreprise actuelle : la majorité de ces travailleurs (93%) ont quitté leur entreprise la dernière fois qu’ils ont changé de poste. Seules 7% ont pris une nouvelle fonction chez le même employeur.

Des consommateurs sur le marché du travail

Les travailleurs américains ne sont pas particulièrement engagés au travail selon les différentes études sur le sujet. Et la génération Y en tête : 71% des travailleurs se disent non engagés ou activement désengagés au travail, ce qui en fait la génération la moins engagée aux USA. Le rapport Gallup révèle même que 47% des Y souhaitent changer d’emploi si le marché du travail améliore au cours des 12 prochains mois.

Des révélations intéressantes pour les entreprises qui cherchent à fidéliser cette génération insaisissable, dont les acteurs sont des « consommateurs de lieux de travail », « faisant leurs courses » sur le marché de l’emploi en fonction de leurs besoins et de leurs projets de vie. Les employeurs ont besoin de savoir ce qui motive ces candidats pas comme les autres pour les attirer avant les concurrents.

Mais que recherchent exactement les Y ?

Selon l’étude menée auprès de 1700 travailleurs américains, ils sont avant tout attirés par l’opportunité d’apprendre et sur les possibilités d’avancement lui leur seront offertes. Le salaire fait également partie de leur top 5 comme pour la plupart des employés toutes générations confondus. Les Y doivent vivre en effet sous le poids des prêts contractés alors qu’ils étaient étudiants et d’un coût de la vie en augmentation. Peu étonnant donc que la moitié d’entre eux envisageraient de prendre un emploi dans une autre entreprise pour une augmentation de 20% ou moins de leur salaire.

A contrario, les Y accorderaient peu d’importance aux baby-foot, tables de ping-pong et autres bières gratuites faisant de l’entreprise « a great place to be », contrairement à la Génération X (née entre 1960 et 1977) et aux baby-boomers (1943 – 1959) pour la créativité et le « fun » sont « extrêmement importants » dans le choix de leur futur job.
Les Y ont besoin de savoir que l’entreprise va les aider à apprendre, à avancer, et à développer leur carrière. Aussi, les employeurs ont tout intérêt à comprendre ce qui motive les Millennials tout comme ce qui les démotive, et à trouver le juste équilibre. Ceux qui pourront leur prodiguer un management efficace, leur offrir des perspectives et l’assurance de travailler sur des projets motivants aura la garantie de « conserver » ses talents.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.