Fermer
menu

Après les métiers verts, les métiers bleus

EoliennesmarinesLa « croissance verte », deux mots seulement pour englober des filières bien différentes. Car parmi ces emplois verts justement, il y a les métiers bleus, qui comme leurs noms l’indiquent, sont liés aux énergies marines. Énergie éolienne, marémotrice, houlomotrice, énergie hydrolienne (transformation de l’énergie des courants en électricité), énergie thermique des mers (ETM)… Le potentiel d’emplois n’est pas négligeable, sauf que la filière bleue peine à émerger, la faute à un manque flagrant de recensement des besoins en personnel et des retards dans la concrétisation des projets. Il est donc urgent que la France s’adapte pour ne pas passer à côté de ce gisement d’emplois encore inexploité.

En France, toujours rien à l’horizon

Qu’elles soient directes ou indirectes, les créations d’emplois liées aux énergies bleues marines pourraient être nombreuses en France. Mais le pays est à la traine, en particulier en ce qui concerne l’éolien marin. Comme le rappelle la Fedre (Fondation Européenne pour le Développement Durable des Régions), aucun parc n’a encore été construit en France. Des projets très concrets ont pourtant été retenus lors d’appels d’offres lancés par l’Etat.
Au Danemark, aux Pays-Bas, en Suède et en Grande-Bretagne, des parcs éoliens sont opérationnels, certains depuis plusieurs années. L’Allemagne suit elle-aussi le mouvement et en récolte déjà les bénéfices : l’implantation d’entreprises spécialisées ou reconverties dans l’éolien offshore permettra à des ports comme Bremerhaven et Cuxhaven, en plein ralentissement économique, de créer 3000 emplois en 2010 sans qu’aucune éolienne n’ait été encore installée… ! En novembre 2009, la France lançait tout juste une vaste phase de concertation entre les régions du littoral « en vue de planifier et accélérer le développement de l’éolien en mer ». Elle possède pourtant le deuxième meilleur potentiel européen pour l’hydrolien et l’éolien marin.

Emplois directs et services associés
Et les compétences en matière maritime existent bel et bien : construction navale, exploitations de gisements sous-marins (offshore pétrolier)… BarrageLa France peut compter sur une main d’oeuvre compétente, qualifié et variée dans le secteur maritime, allant de l’ouvrier à l’ingénieur ou au chercheur. Et un meilleur investissement dans les énergies marines mettraient à profit un large panel de secteurs de l’économie française : la métallurgie, la chaudronnerie, le BTP, l’aéronautique, la maintenance ou plus généralement la production industrielle… Sans compter que le pays n’est pas totalement novice en matière d’énergie éolienne et peut compter sur la coopération et le savoir-faire des professionnels de l’éolien terrestre. Des services associés tels la finance, la logistique, la sécurité, ou encore l’assurance pourraient également être mis à contribution.

Mais pour le moment, le projet de parc éolien offshore le plus abouti du littoral français ne devrait voir le jour qu’en 2011 ou 2012 alors qu’en Europe, une trentaine de parcs ont déjà été créé. Pionnière sur l’énergie marémotrice (hydrolienne) dans les années 60 avec le barrage de la Rance en Ille-et-Vilaine, la France a depuis laissé de côté les énergies marines pour laisser la place au nucléaire, un choix historique sujet de tous les investissements. Résultat, aujourd’hui les métiers bleus « rament », alors que le développement des énergies renouvelables marines fait partie des conditions indispensables à l’atteinte des objectifs fixés par le Grenelle de l’Environnement… Pourtant, il faudra bien que la France y remédie si elle veut atteindre 600.000 emplois verts « créés » en 2020, car pour le moment, elle en est encore très loin.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.