Fermer
menu

10 « anti-bonnes résolutions » professionnelles pour la nouvelle année

Marre des bonnes résolutions ? Mode(s) d’Emploi, le blog de la rédaction de RegionsJob, s’est inspiré de vos réponses au concours de Noël organisé fin 2016 par RegionsJob pour établir deux Top 10 : celui des bonnes résolutions professionnelles pour l’année 2017, entre convivialité et épanouissement au travail, et celui des anti-bonnes résolutions, en d’autres termes, ce que vous allez sans doute vraiment faire cette année ! A vous de faire votre « mix » pour une année professionnelle riche en 2017.

  1. Continuer de travailler « à l’arrache » : beaucoup d’entre nous se sentent plus productifs en travaillant en flux tendu. Et puis, après tout, cela nous donne un petit côté « overbooké » indispensable qu’il est bon de valoriser en société. N’abusez toutefois pas de ce statut car à force d’être borderline, vous pourriez être réellement en retard sur votre travail et être convoqué par votre manager… Sachez également qu’avoir un bureau en désordre rend également plus efficace. Car comme disait Einstein : « Si la vue d’un bureau encombré évoque un esprit encombré alors que penser de celle d’un bureau vide ? ».
  1. Tout critiquer: les Français aiment critiquer, débattre, « chercher la petite bête » comme on dit… Râler contre ses managers, son travail, ses collègues est devenue une norme, et sert même à fédérer les équipes. Si cela peut vous rassurer, sachez que critiquer ses collègues est bon pour l’entreprise. Selon une spécialiste, la critique serait même un facteur de performance au travail : les salariés les plus virulents seraient les plus impliqués au sein de leur société et les plus créatifs. Et puis, en critiquant autrui, on évite de parler de soi…
  1. Détester vos collègues, ou une partie d’entre eux tout au moins. Malgré vos efforts en ce début d’année, la guerre est déclarée : Francine a critiqué votre nouvelle coupe de cheveux, Gilbert a commenté votre embonpoint suite aux fêtes de fin d’année… D’accord, ce n’est pas vous qui avez démarré les hostilités mais vous ne pouvez laisser ces critiques impunies… Certes. Mais rester « soft », car n’oubliez pas que vous devrez supporter vos collègues toute l’année.
  1. Dire oui à tout : vous vous étiez promis de donner votre avis, de tout refuser en bloc sans être consulté au préalable… Bref, d’avoir l’audace de vous exprimer enfin ! Mais ce ne sera pas pour 2017. D’abord, votre chef a le don de vous demander les choses gentiment, vous ne pouvez rien lui refuser. Et puis, ce n’est pas en allant à l’encontre de chaque ordre donné que malheureusement vous progresserez. Essayez de trouver le juste milieu pour ne pas devenir le larbin de service quand même.
  1. Partir en burn out, en bore out ou en brown out : face à la panoplie de maux au travail, vous avez désormais le choix. L’épuisement professionnel (le fameux burn out), l’ennui au travail (le bore out), ou le sentiment d’une perte de sens dans votre travail (le brown out). Tout le monde a le droit à un petit coup de mou. Ne soyez pas trop exigeant avec vous-même. Cependant, n’hésitez pas à vous faire aider si cela dure trop longtemps.
  1. Etre hyperconnecté(e) : vous vous l’étiez promis, « cette année, je débranche ». Début janvier, vous consultez encore vos mails sur votre smartphone ou votre ordinateur personnel, vous êtes joignable partout et tout le temps… Et vous passez votre vie avec vos collègues, du déjeuner en semaine au week-end. En même temps, vous vous dites que ça a un côté pratique : vous ne stressez pas à l’idée d’ouvrir votre boîte mails chaque lundi matin et vos collègues sont super sympas… Certes, mais pensez toutefois à décrocher de temps en temps du boulot !
  1. Procrastiner : vous avez beau essayer, il n’y a rien à faire. Vous continuez de procrastiner. La procrastination toucherait 20 à 30% des actifs selon les pays. Et bien sachez que procrastiner n’est pas si mal si c’est pour prendre le temps de faire les choses correctement. Toutefois, si vous procrastinez de plus en plus, c’est qu’il est peut-être temps de quitter votre job
  1. Ne jamais sacrifier la sacro-sainte pause-café : selon une étude de Nespresso, la pause-café est un moment privilégié pour apaiser les tensions, discuter entre collègues, ou faire passer des messages délicats. Et au-delà de ses vertus dynamisantes, elle est vue par 75% des managers comme un « vecteur d’efficacité pour l’entreprise » voire même un outil de « management furtif » pour renforcer la cohésion et l’esprit d’équipe.
  1. Tout concilier oui mais pas à n’importe quel prix : vous aimeriez être comme tous ces gens à qui tout réussit ? Famille, carrière, argent, bonheur… Au lieu de cela, vous bouclez des dossiers dans votre lit, vous levez tous les matins « à l’arrache », vous vous faites un café avec votre petit dernier encore endormi dans vos bras et vous finissez dans les bouchons, en retard au travail… Oui mais au fond, voudriez-vous vraiment d’une vie réglée comme du papier à musique, avec des horaires calés au millimètre ?!
  1. Vous former… l’année prochaine : cette année c’est décidé, vous vous formez ! Mais cette flemme de retourner sur les bancs de l’école ne vous quitte pas. Qu’à cela ne tienne, il existe aujourd’hui de nombreuses formations courtes très efficaces pour acquérir certaines compétences ou monter en gamme sur votre poste. Renseignez-vous auprès de votre service RH ou sur www.mon-compte-formation.fr

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.