Fermer
menu

L’ambition des femmes freinée par un monde du travail encore trop masculin

Les études qui le prouvent sont nombreuses : les entreprises intégrant la diversité sont plus performantes. Partant de ce constat, Hays a voulu comprendre pourquoi les femmes ont moins de perspectives de carrière et de salaire malgré des niveaux d’ambition équivalents à ceux des hommes. Entre auto-censure et plafond de verre, l’ambition féminine est refrénée. Pourtant, il existe des solutions pour remédier à ces inégalités.

Entre sous-représentation, autocensure et censure

  1. L’étude Hays, réalisée sur un échantillon de 1000 personnes, dresse d’abord un premier constant : les femmes sont sous-représentées aux postes à responsabilités. 68 % des sondés affirment avoir un homme comme supérieur et selon 87 %, le poste le plus haut dans l’entreprise est occupé par un homme. Par ailleurs, à l’échelle nationale, 39% de femmes estiment ne pas avoir les mêmes opportunités de carrière que leurs homologues masculins.
  2. Second constant : les femmes s’auto-censurent en matière d’ambition. Seules 58 % des actives françaises affirment s’auto-promouvoir et communiquer sur leurs ambitions professionnelles contre 63 % des hommes. Un taux qui a certes augmenté depuis 2016 (52 %) mais qui révèle que 42 % des femmes connaissent encore des difficultés à communiquer sur ce point et à se mettre en avant quand il s’agit de faire valoir leur travail, leurs réussites et leurs souhaits d’évolution. Rappelons également que seules 37 % des actives ont un supérieur hiérarchique féminin. Un frein supplémentaire quand on sait que l’ambition féminine augmente quand le supérieur est une femme, les salariées s’imaginant en effet plus facilement à un poste plus élevé dans ce cas précis.
  3. Troisième constat : l’évolution des femmes reste soumise en regard masculin. Pour les hommes, il n’y a pas vraiment de problème… A Paris ou en régions, plus d’un homme sur 2 estiment que les femmes ont le même traitement que les hommes en termes de salaire. Pourtant, les chiffres parlent d’eux-mêmes : les inégalités salariales perdurent et 41 % des femmes affirment rencontrer « beaucoup » de difficultés à obtenir le même salaire que leurs homologues masculins. Là encore, seulement 17 % des hommes estiment que cette situation existe.

Encourager l’ambition féminine : l’évolution des femmes est possible

Malgré tout, il existe des pistes sérieuses à exploiter pour favoriser l’ambition féminine, éviter de la freiner et permettre l’évolution professionnelle des femmes. La flexibilité par exemple a permis à une femme sur 5, soit 19 %, d’accéder davantage à des postes à responsabilités. Le travail flexible permet aux femmes d’évoluer tout en disposant de temps pour leur vie familiale. Possible dans certaines entreprises, il permettrait de réduire les inégalités entre les sexes en terme de progression de carrière et ainsi de rémunération.  Mais pour le moment, plus de 40% n’ont
pas la possibilité de travailler de manière flexible dans leur entreprise note Hays.

La durée du congé paternité devrait être rallongée ou égale à celui des femmes pour 70 % des femmes interrogées. La durée du congé des pères en cas de naissance est depuis longue date un sujet de débat. Il apparaît d’ailleurs étonnant que la France ne se soit pas davantage penché sur ce sujet. Pourtant, réformer ce congé permettrait de rééquilibrer la charge familiale entre les deux parents en évitant qu’une naissance ne pèse que sur la carrière des mères. On sait en effet la maternité freine la carrière des femmes et peut même aboutir à une sortie du marché du travail, assortie de grande difficultés à y retourner par la suite.

Enfin, la diversité devrait être généralisée dans les entreprises : près d’une personne sur deux en moyenne déclare travailler dans une entreprise qui n’a mis en place aucun programme de soutien pour la diversité et l’inclusion. Des politiques qui constituent pourtant un premier pas vers plus d’égalité et de mixité au travail rappelle Hays, et dont la mise en place est un véritable enjeu en matière de ressources humaines : rappelons que des recours et des sanctions civiles et pénales sont prévus en cas de non respect de l’égalité homme-femme dans les entreprises.

Pour Tina Ling, Présidente Directrice Générale du groupe France & Benelux : « Les entreprises doivent mettre davantage d’actions en place pour réduire l’écart entre hommes et femmes, et s’assurer que les femmes atteignent des postes de direction et ne se sentent pas sous-représentées dans les années à venir ».

L’étude complète sur Hays.fr

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. PARAISO
    26 juin 2017 - 16h01

    Effectivement, diverses statistiques le prouvent, en France et dans le monde, la diversité et la mixité sont des atouts indéniables du management stratégique !

  2. Ccd
    19 juillet 2017 - 18h40

    Au lieu de tout miser sur des mesures incitatives, la question serait plutôt de rendre l’ambition accessible ! Et ça passe surtout par les aides autour de la gestion de la vie familiale : crèches d’entreprise, aides familiales et autres adaptation du temps de travail….

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.