Fermer
menu

Alternants, comment trouver votre entreprise d’accueil ?

Une fois la formation choisie, trouver un employeur pour signer son contrat reste la principale problématique des futurs alternants. Mais que l’on soit apprenti, étudiant en contrat de professionnalisation ou salarié en reconversion à la recherche d’un contrat de professionnalisation, la manière d’aborder les entreprises peut considérablement varier. L’IFRIA Bretagne, l’AFTEC et le CESI Nancy proposent leurs conseils pour trouver son entreprise d’accueil sans stresser.

signaturecontrat

Comment et quand ?

« Il ne faut pas attendre la rentrée de septembre pour chercher une entreprise d’accueil, il faut commencer dès le début de l’année, au mois de février par exemple » conseillent Christine Philippakis et Erika Bery, Conseillères de formation à l’AFTEC de Rennes. Mais il ne s’agit pas non plus de se précipiter sous prétexte d’anticiper. Bien définir son projet d’avenir permet de gagner du temps. Ainsi, « le ciblage des secteurs et des entreprises dans lesquels l’on souhaite travailler n’en sera que meilleur, et l’accompagnement de l’école aussi » précise Erika Bery.

Christine Philippakis et Erika Bery, conseillères formation à l'AFTEC

Christine Philippakis et Erika Bery, conseillères formation à l’AFTEC

Pour trouver, deux solutions : chercher par ses propres moyens ou trouver grâce aux relations que l’école entretient avec les entreprises locales. « Le rôle des conseillers de formation est d’accompagner les jeunes dans leurs recherches »  explique la conseillère. « Les aider à faire leur CV, leurs lettres de motivation, savoir quelles entreprises contacter, comment les contacter, les préparer à l’entretien… Aujourd’hui, toutes les écoles, et c’est particulièrement le cas de l’AFTEC, ont des partenariats et proposent des candidatures aux entreprises de leur réseau. »

Idem pour les Centres de Formation des Apprentis (les CFA) qui chaque année recueillent de nombreuses demandes des entreprises locales. « Nous proposons environ 300 offres par an et ce pendant toute l’année » explique Marie-Hélène Quemener, Directrice de l’IFRIA Bretagne, CFA spécialisé dans l’agroalimentaire.

Et pour les étudiants qui n’auraient pas trouvé d’entreprise d’accueil au démarrage de leur formation, il est possible, dans la plupart des écoles, de commencer une formation initiale et de basculer vers l’alternance dès qu’ils trouvent un employeur, que ce soit au premier, au second trimestre ou en deuxième année.

La recherche d’une entreprise reste une source de stress

Malgré tout, la recherche de l’entreprise d’accueil est toujours un moment délicat et une source d’appréhension pour les futurs alternants. « Nous ressentons le stress des jeunes qui viennent nous voir » explique Marie-Hélène Quemener de l’IFRIA.  « Si trouver un employeur en alternance n’est pas un problème dans le secteur agroalimentaire, la recherche de l’entreprise d’accueil est comme une première recherche d’emploi, même si elle s’effectue dans un cadre plus sécurisant ».

Cela dépend aussi de la formation préparée pour Christine Philippakis de l’AFTEC : « Pour un bachelier c’est quelque chose de nouveau alors qu’un diplômé de BTS aura déjà l’expérience de l’alternance. Mais là encore, tout dépend de la personnalité du candidat. En général les futurs commerciaux en BTS NRC ont moins d’appréhension que les autres ».

Marie-Hélène Quemener, Directrice de l'IFRIA Bretagne

Marie-Hélène Quemener, Directrice de l’IFRIA Bretagne

Comprendre les blocages des élèves, les rassurer, leur donner des outils pour trouver leur entreprise est un rôle que remplissent toutes les écoles aujourd’hui. Mais l’aide offerte par les CFA et les écoles va plus loin que le simple coup de pouce. « Nous envoyons nous-mêmes le CV du jeune à l’entreprise » explique Marie-Hélène Quemener de l’IFRIA. « Nous appuyons les candidatures auprès des entreprises, et pour des jeunes en CAP ou Bac Pro parfois très timides par exemple, il nous arrive de prévenir le recruteur afin que le candidat passe son entretien dans les meilleures conditions possibles ».

Débutant ou expérimenté, savoir « se vendre »

Dans la lettre de motivation ou face au recruteur, mettre en avant ses expériences ou ses compétences lorsqu’on est débutant n’est pas chose facile.  « Les futurs apprentis ont tendance à mettre en avant des expériences sans rapport avec l’entreprise dans laquelle ils postulent » explique Marie-Hélène Quemener. « Nous les aidons donc à trouver ce qui est intéressant à mettre en valeur dans leur parcours. » Les jeunes ont donc tout intérêt à faire le point sur leur parcours, mais également sur leur projet. « Le candidat doit avoir bien conscience de ce que va lui apporter la formation et doit montrer qu’il peut assumer les missions confiées par l’entreprise » conseille Christine Philippakis.

Damien Sobac, chargé de communication et relations entreprises à l'ei.cesi.

Damien Sobac, chargé de communication et relations entreprises à l’ei.cesi.

S’ils partagent le même objectif que les futurs apprentis ou les jeunes bacheliers, les salariés en reconversion à la recherche d’une alternance n’aborderont pas le recruteur de la même manière. En effet, « si la finalité est identique, le processus est bien distinct » précise Damien Sobac, Chargé de communication et relations entreprises à l’ei.cesi de Nancy. « Les problématiques qui gravitent autour des publics expérimentés sont nombreuses : situation personnelle et familiale plus délicates à gérer, faible mobilité, contraintes financières plus importantes… » Ces contraintes constituent un frein mais les futurs alternants ont d’autres atouts dans leur jeu. « Contrairement à un jeune diplômé, ce public a tout un parcours professionnel à faire valoir. Ils peuvent mettre en avant leur expérience, leur autonomie, leur rigueur, leur professionnalisme et surtout leur savoir-faire » explique Damien Sobac.

 

« Les profils expérimentés partent avec une longueur d’avance »

L’entreprise y gagne à tous les coups

Recruter des alternants est un investissement pour l’avenir et « permet aux entreprises de sourcer des candidats sur des domaines d’activités en tension et de se constituer un vivier pour les besoins à venir » explique Marie-Hélène Quemener de l’IFRIA. Expérimentés ou non, les futurs alternants ont tous beaucoup à apporter à l’entreprise. « Le jeune arrive avec un oeil neuf et des connaissances actualisées notamment sur le plan des nouvelles technologies » ajoute la directrice de l’IFRIA.

Et si les alternants de plus de 26 ans coûtent plus cher à l’entreprise, un coût « tout relatif au regard des possibilités de financement et d’exonérations fiscales » rappelle Damien Sobac du CESI, les avantages à intégrer ce type de public sont nombreux. « Si on se met à la place d’un recruteur » explique Damien Sobac, « miser sur l’expérience et le savoir-faire de ses collaborateurs n’est jamais une mauvaise option : intégration rapide dans l’entreprise, pas ou peu de tutorat, autonomie quasi immédiate, professionnalisme… Les profils expérimentés partent avec une longueur d’avance » précise Damien Sobac.

« La relation est gagnante-gagnante pour l’alternant comme l’entreprise »

En conclusion, « l’alternance est un dispositif qui parle aux entreprises et elles sont de plus en plus nombreuses à s’y ouvrir » rappelle Erika Bery de l’AFTEC. « La relation est gagnante-gagnante pour l’alternant comme pour l’entreprise ». En témoignent les très bons chiffres de l’intégration des alternants sur le marché du travail : 64% des apprentis travaillent à la sortie de leur formation et c’est le cas de 67% des alternants en contrat de professionnalisation (chiffres Dares). Le taux d’insertion est même bien plus élevé dans certaines formations en BTS. Au CESI, première école d’ingénieurs par apprentissage en France, 85% apprentis sont en emploi six mois après la fin de leur formation.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.