Fermer
menu

A quoi va ressembler l’école du futur ?

Entre l’évolution des nouvelles technologies, l’explosion d´Internet et le développement des réseaux sociaux, le monde évolue en permanence et un nouveau genre d’étudiant prend place sur les bancs de l’école. Ils sont armés d’ordinateurs portables, de Smartphones et de tablettes et sont capables d’aller chercher l’information en un minimum de temps. Pour capter l’attention de ces jeunes férus de numérique, il est évident que les méthodes d’apprentissage doivent évoluer. A quoi pourrait donc ressembler l’école de demain ? Avec la montée en puissance des apprentissages informels, comment va-t-elle s’adapter ?

ecole-futur

Grenoble Ecole de Management, vient justement d’éditer un nouveau livre blanc sur le sujet « Portraits de l’Ecole du Futur ». Une vision très complète où le numérique joue un rôle important dans la mise en place de nouvelles modalités pédagogiques d’enseignement.« Dans l’école du futur, l’élève choisira non seulement quelle discipline il souhaite étudier mais aussi comment il souhaite l’aborder : cours magistral, MOOC, Serious games, e-learning… ». Illustration en image dans une courte vidéo sur YouTube.

Les MOOCs : un nouveau défi pédagogique

Conçus à l’origine par des enseignants de grandes universités américaines, les MOOCs (Massive Open Online Course) ou CELMO (cours en ligne massivement ouverts) en français, sont une nouvelle façon d’enseigner. Il s’agit de cours complets, ouverts à tous et accessibles gratuitement. Les participants, enseignants et élèves, sont dispersés géographiquement et communiquent uniquement par Internet : support pédagogiques, vidéos, forums de discussions, interactions… Les MOOCs permettent de se former en ligne, de partager des savoirs et d’interagir avec d’autres, même à l’autre bout de la planète. Seuls les certifications et diplômes associés au cours sont payants.

Ces dispositifs d’enseignement à distance connaissent un développement important et s’implantent peu à peu au sein de l’enseignement supérieur français : l’Ecole Centrale de Nantes, Polytechnique, l’EM Normandie, etc. Selon Patrick Aebischer, Président de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, « Avec l’implication très active des meilleures universités au niveau mondial et grâce à un fort soutien financier, les MOOCs ont connu un démarrage foudroyant. En une année, plus de 3 millions d’étudiants se sont inscrits sur la plateforme Coursera, un des acteurs principaux de cette révolution ».

La salle de classe du futur : un lieu de partage

Fini les mains pleines de craie à la fin du cours ou les tableaux blancs avec feutres effaçables. Place aux TBI (Tableaux Blancs Interactifs) qui permettent de passer sans effort d’une application à une autre, d’une présentation PowerPoint à un site web et d’afficher facilement des documents numériques. Ce support multimédia favorise la diffusion rapide d’informations auprès des élèves et permettent aux enseignants de sauvegarder leurs cours au fur et à mesure qu’il se déroule. C’est le début de la salle de classe nouvelle génération, un lieu d’échange et d’interactions.

Grenoble Ecole de Management est l’une des premières écoles à tester depuis un an ce mode de pédagogie interactive. Elle est en effet, le premier point relais de Smart Technologies, leader mondial des tableaux interactifs. Elle a ainsi équipé une salle de 18 m2 avec 3 de ces tableaux et l’objectif est d’équiper toutes les salles de l’Ecole avec ce type de matériel. Selon l’étude, « les élèves vont être amenés à apprendre en dehors de la salle de classe et l’enjeu est de les accompagner également dans ce contexte particulier d’apprentissage ». L’usage de technologies de l’information et de la communication (TIC) est forcément nécessaire. Il faut donc repenser les espaces d’enseignement pour qu’ils soient accessibles à tous : téléprésence et vidéoconférence, écrans LCD, TBI, tablettes tactiles… pour les salles de classe. Et pour ce qui est de la dimension virtuelle ou à distance : vidéo et audio streaming, réseaux sociaux et outils Web 2.0, classes virtuelles ou encore Serious Games.

Révolution dans le monde éducatif : la Khan Academy

La version francophone de la plateforme « Khan Academy » arrive en France également. Projet lancé en 2006 par Salman Khan, cette école 2.0 a déjà rencontré un succès phénoménal aux Etats-Unis. La Khan Academy est une plate-forme d’apprentissage en ligne constituée de vidéos de dix minutes expliquant les maths, la physique, la géographie ou encore la finance. Plus de 6 millions d’utilisateurs réguliers recensés dans le monde.

Depuis le 4 septembre, l’ONG BSF (Bibliothèques Sans Frontières), dont l’objectif est l’accès au savoir pour tous et le renforcement de l’éducation partout dans le monde, met en ligne sur son site et sur YouTube, plus de 250 leçons-vidéos de mathématiques, pour les élèves du primaire et du collège. Moins ambitieuse pour le moment, l’objectif est d’arriver à 800 vidéos d’ici la fin de l’année 2013. En lançant la Khan Academy francophone, BSF favorise l’accès gratuit aux connaissances et à la formation pour tous.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Simon Tripnaux
    10 septembre 2013 - 10h42

    J’ai un client qui travaille dans le domaine du tableau interactif et il semblerait tout de même que pour le moment, en France, c’est tout de même encore assez frileux !

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.