Fermer
menu

A 8,9 %, le taux de chômage est à son plus bas niveau depuis 2009

Le taux de chômage au sens du BIT (Bureau International du Travail) a reculé fin 2017 pour passer sous la barre des 9 % selon les données provisoires publiées par l’Insee ce jeudi 15 février 2018. Toutes les tranches d’âge sont concernées par la baisse. Elle se montre toutefois  plus importante pour deux tranches d’âge en particulier : chez les 15-24 ans et les 25-49 ans. A noter que la part du chômage longue durée s’est elle-aussi réduite.

En moyenne sur le quatrième trimestre 2017, le taux de chômage au sens du BIT est de 8,9 % de la population active en France (hors Mayotte), soit son plus bas niveau depuis début 2009. Plusieurs points à retenir :

  • il baisse ainsi de 0,7 % après + 0,2 point au trimestre précédent
  • baisse est de 1,1 % par rapport au quatrième trimestre 2016 (soit la plus forte baisse depuis le 1er trimestre 2008)
  • le nombre de chômeurs diminue de 205 000 pour atteindre à 2,5 millions de personnes
  • il diminue pour toutes les tranches d’âge, en particulier les jeunes et les 25-49 ans.
  • Le taux d’emploi en équivalent temps plein atteint 60,9 % fin 2017 : il augmente de 0,6 point par rapport au trimestre précédent, et de 1,1 point comparé à fin 2016.
  • le taux d’activité est quasi stable (+0,1 point)
  • le taux d’emploi à temps complet s’établit à 53,9 %.

Baisse du chômage chez les 15-24 ans et les 25-49 ans

Au quatrième trimestre 2017, le taux d’emploi des 15-64 ans s’établit à 65,7 %, son niveau le plus élevé depuis le début des années quatre-vingt. Il augmente de 0,6 point par rapport au troisième trimestre, et de 1,0 point par rapport à fin 2016. Sur le trimestre, le taux d’emploi s’accroît pour toutes les tranches d’âge, notamment les jeunes et les 50-64 ans.

Le taux d’emploi en contrat à durée indéterminée (CDI) des 15-64 ans est de 49,1 % au quatrième trimestre 2017. Il augmente de 0,2 point sur le trimestre et de 0,5 point sur un an. Le taux d’emploi en contrat à durée déterminée (CDD) ou en intérim s’établit à 8,1 %, soit 0,3 point de plus qu’au trimestre précédent et 0,6 point de plus que fin 2016.

Le taux de « chômage de longue durée » plonge

1,1 million de chômeurs déclarent rechercher un emploi depuis au moins 1 an. Le taux de chômage de longue durée s’établit ainsi à 3,6 % de la population active. Au 4e trimestre, il diminue de 0,6 % et de 0,7 % par rapport à la fin de l’année 2016.

Le temps complet augmente, le temps partiel reste stable

Le taux d’emploi à temps complet s’établit à 53,9 % au quatrième trimestre 2017. Il augmente de 0,7 point par rapport au troisième trimestre, et de 1,0 point sur un an. Le taux d’emploi à temps partiel atteint 11,8 %, un niveau proche de celui du trimestre précédent (−0,1 point) et de fin 2016 (+0,1 point).

Quel taux d’emploi par âge ?

La part du sous-emploi dans l’emploi diminue

Au 4e trimestre 2017, 5,6 % des personnes en emploi sont en situation de sous-emploi. Il s’agit principalement de personnes à temps partiel souhaitant travailler davantage. Cette part diminue de 0,5 point sur le trimestre, et de 0,6 point sur un an.

Le taux d’activité est quasiment stable

Le taux d’activité des 15-64 ans s’établit à 72,0 % au quatrième trimestre 2017. Il est quasi stable par rapport au troisième trimestre 2017 (+0,1 point), et augmente de 0,3 point par rapport au quatrième trimestre 2016.

Le « halo autour du chômage », seul indicateur qui n’est pas au vert

En France métropolitaine, parmi les personnes inactives au sens du BIT, 1,5 million souhaitent un emploi sans être comptées comme chômeurs au sens du BIT : elles constituent le halo autour du chômage.

Qui sont les personnes qui composent ce halo ? Comme le décrit le magazine Alternatives Economiques, « sans être au chômage proprement dit, beaucoup de personnes sont en mal d’emploi : celles qui ne cherchent plus, découragées par le fait de n’avoir rien trouvé d’acceptable ou encore les travailleurs âgés dont les entreprises se sont débarrassées avant l’âge de la retraite… » Une description « violente »

Après avoir diminué de 65 000 au 3e trimestre 2017, leur nombre a augmenté de 77 000 au 4e trimestre et il est quasi stable sur un an (+12 000 personnes). Si on lui ajoute les personnes à temps partiel subi ou en sous-emploi, on estimerait à 3,5 millions de personnes le nombre « d’insatisfaits ».

Certes, mais avec autant d’indicateurs au vert, réjouissons-nous malgré tout de l’embellie et rappelons que, toujours selon l’Insee, 253.500 postes salariés nets ont été créés dans le secteur privé en l’année 2017 (soit + 1,3 % sur un an) et la croissance a atteint 1,9 % en 2017, soit son plus haut niveau depuis 6 ans.

(Photo : Istockphotos by Getty – Victoria Labadie – Fotonomada)

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. olivia
    21 février 2018 - 14h54

    encore une fake news
    la réalité c’est 10 millions de chômeurs, entre ceux qui sont radiés, ceux qui ne cherchent plus, ceux qui bossent au black, ceux qui sont déconnectés du digital qui a tout chamboulé….

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.