Fermer
menu

67% des Français satisfaits au travail

SourireOn pourrait penser les salariés français heureux au vu de ce pourcentage. Et pourtant, leur « satisfaction du bien-être au travail » est inférieure à la moyenne européenne (71%) et de 7 points en dessous de leurs voisins allemands, selon le dernier baromètre Edenred réalisé auprès de 14 400 salariés dans 15 pays à travers le monde. Ils se placent même tout en bas du classement, juste avant la Turquie, l’Italie et le Japon.

Faible considération de leur hiérarchie

Pour à peine plus de la moitié des Français, les entreprises mettent en place des politiques actives en matière de bien-être au travail. Ils jugent également manquer d’attention et de considération de leur hiérarchie et n’ont guère confiance en leur avenir au sein de leur entreprise. En termes de compétences, ils ne sont que 55% à penser que leur supérieur se préoccupent de leur formation (contre 61% en moyenne).

Une faible minorité (38%) se dit confiant dans l’avenir de la France, quand la moyenne des pays interrogés atteint 54%.

Insatisfait de leur salaire

Étonnamment, si les Français craignent un décrochage de la France, ils ne sont pas inquiets pour l’avenir de leur entreprise. C’est donc le niveau de salaire (47%) et leur maintien dans l’emploi (33%) qui les inquiètent. Près de 6 Français sur 10 sont ainsi insatisfaits de leur pouvoir d’achat.

Pour y remédier, ils attendent que leur employeur s’implique davantage et prioritairement dans l’aide à la santé, l’aide aux transports et la restauration lors de la pause-déjeuner (respectivement 43%, 40% et 36%).

Et la palme du pessimisme revient à…

Il n’y a pas que les Français à voir le verre à moitié vide. Avec 44% de salariés satisfaits de leur bien-être au travail, le Japon est loin derrière les autres pays. A l’inverse, l’Inde détient le record de satisfaction, avec près de 9 salariés sur 10 positifs (88%). Suivent les pays d’Amérique : Mexique, Etats-Unis, Chili et Brésil. Les pays européens arrivent derrière.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires