Fermer
menu

41% des salariés se disent stressés

QualitedevietravailAujourd’hui a commencé la 6ème semaine pour la qualité de vie au travail. Un événement organisé chaque année par l’Anact (Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail) déjà évoqué la semaine dernière au détour d’un billet d’humeur. Cette semaine a commencé avec un forum national consacré à la prévention du stress et les risques psychosociaux au travail (sur ces sujets je vous invite d’ailleurs à visiter le blog de Sylviane).

Le stress c’est aussi le sujet principal du sondage dévoilé par l’Anact aujourd’hui. Le stress toucherait 41% des salariés interrogés et encore plus les cadres (57% d’entre eux se disent stressés). Dans deux cas sur 3 c’est la vie professionnelle qui est à l’origine du stress… Et même si les salariés des PME semblent, selon ce sondage, moins touchés par le stress, personne n’est vraiment à l’abri.

Les causes sont souvent multiples, l’Anact en a identifié quatre familles principales :

  • Le stress lié à l’organisation du travail (surcharge de travail)
  • Stress lié au manque de reconnaissance (rémunération insuffisante)
  • Stress lié aux relations avec la hiérarchie et les collègues.
  • Stress lié aux changements dans le travail.

Les conséquences sont souvent très importantes. Le sondage identifie les principaux symptômes : fatigue importante, tensions musculaires, troubles du sommeil, difficultés à faire la coupure… Comme pour le Burnout, c’est malheureusement le déni de ce phénomène qui est le plus courant. Selon l’Anact « les salariés stressés préfèrent s’adapter et trouver en eux-mêmes les ressources pour surmonter les difficultés et gérer leur stress, plutôt que de s’appuyer sur leur entourage ».
La semaine sur la qualité de vie au travail sera l’occasion d’aborder cette question et bien d’autres. Une centaine de conférences, tables-rondes ou événements auront lieu partout en France.

Pour en savoir plus sur la question du stress, les résultats du sondage sont consultables sur le site.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. France
    11 juin 2009 - 19h55

    Pour avoir frôlé le burn-out d’un infinitésimal cheveux, je confirme l’actualité brûlante du stress au boulot. Certes, on peut m’opposer un trop grand investissement dans mon travail, entraînant un déséquilibre avec vie privée. Que l’on m’explique alors comment gérer 2 années de négation de ses compétences (par le silence), voir ses meilleures idées pillées et saccagées puisque mises en oeuvre par un tiers incompétent, une N+1 transparente et la strate supérieure aveuglée par le fantasme du pouvoir. Le pire étant que j’ai fini par penser que ce mépris était justifié par ma totale incompétence. OK … je cumule 🙂 Mon corps a dit stop avant que ma tête n’explose.

    Aujourd’hui, j’ai retrouvé la sérénité et surtout du recul. Pour cela, j’en remercie encore et toujours ma fille qui à 24 ans, a été d’une aide bien plus mature et responsable que nombre de ceux qui m’entouraient. Je remercie aussi ma toubib pour son écoute et ma formatrice en hypnose eriksonienne sans qui je n’aurais pas pu faire un aussi grand travail sur moi-même pour un résultat aussi probant. Reprendre mes études a été également source de réconciliation avec les aptitudes que je possède et que j’avais fini par nier.

    J’ai eu de la chance, comme souvent. Une tanière douillette, ma fille, une capacité à me remettre en cause et à rebondir. Combien n’ont pas cette chance ? Il y a encore un long chemin avant que les mentalités managériales n’évoluent sur ce point. L’attitude réflexive n’est pas dans leurs pratiques (le choc pourrait être bien trop violent).

    Peut-on espérer que le schisme financier ne provoque la prise de conscience indispensable à la remise au premier plan de l’humain ? Soyons fous !!! Laissons l’espoir prendre sa revanche sur l’expérience 🙂

  2. FmR
    12 juin 2009 - 9h32

    Merci de ton témoignage France, comme tu le dis l’aide de l’entourage est souvent salutaire. Malheureusement comme semble l’indiquer le sondage beaucoup de personnes stressées n’osent pas en parler et solliciter leur entourage, encore moins voir un médecin.
    Comme toi, je rêve aussi d’une mise à plat du système à l’occasion de cette crise. Passer du « travailler plus » au « travailler mieux » serait un grand progrès pour tout le monde.

  3. Véronique
    12 juin 2009 - 11h20

    Je lis France et quand je vois les belles compétences qu’elle met en valeur sur son blog… heureusement que tout cela est « derrière » elle (si l’on peut dire ça comme ça, pardon France).
    Pour rebondir sur ce que tu dis FmR: oui, il faut le dire et le répéter, en parler avec son entourage est primordial (choisir les amis si l’on ne veut pas « encombrer » la famille) et le rôle du médecin traitant par exemple, comme celui du médecin du travail: ils sont tenus au secret professionnel et, de par leur expérience, savent guider, orienter, voir intervenir quand cela est nécessaire.

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.