Fermer
menu

Les 3 clés pour rester heureux au travail, selon le « Gourou du bonheur » de Google

Toutes les recherches s’accordent à dire que les gens heureux sont plus efficaces dans leurs réalisations. Mais quand on croule sous une montagne de boulot et que l’on vit sous un rouleau compresseur, le bonheur peut sembler à des années lumières. Heureusement, selon le Gourou du bonheur de Google, Chade-Meng Tan (affectueusement appelé Meng), il est tout à fait possible d’être heureux 7/7 jours, 24/24 heures. Pour peu que l’on entraîne notre cerveau. Voici 3 étapes faciles à suivre pour être plus heureux au travail :

chade-meng-tan

1-Prenez de grandes respirations et découvrez la paix intérieure

Si vous avez déjà eu l’occasion de croiser des personnes Heureuses, avec un grand H, vous sentez tout de suite qu’elles dégagent quelque chose. Et ces personnes ont souvent plus de succès dans ce qu’elles accomplissent car elles ne laissent pas la moindre contrariété prendre le dessus. Jusque là, rien de nouveau…

Maintenant, si vous n’êtes pas une personne naturellement calme, ou si la paix intérieure vous inspire autant que la pluie, alors vous devez entraîner votre cerveau pour le familiariser avec ce sentiment et en faire une habitude.

Comment ? C’est le journaliste du New York Times, Charles Duhigg, qui nous donne la clef dans son livre The Power of Habit (Le Pouvoir de l’Habitude). Selon lui, une habitude se crée lorsqu’elle est répétée si souvent que le cerveau établit une nouvelle connexion neuronale pour cette action particulière. Une fois que la connexion est formée, l’habitude devient inconsciente, comme mettre du dentifrice sur votre brosse à dents ou vous regarder dans le miroir avant de partir, par exemple. Pour que votre cerveau puisse former une habitude, trois choses doivent se produire : un signal, puis une action, suivie d’une récompense.

ASTUCE : Afin de créer cette habitude qui vous conduira tout droit vers la paix intérieure ou le calme à la demande, Meng conseille de prendre de profondes respirations chaque fois que vous vous trouvez dans une situation d’attente : attente de l’ascenseur, attente devant la machine à café, attente d’un mail, etc. Dans son livre Joy on Demand (Joie à la demande), Meng assure que même après une seule respiration, vous allez commencer à vous sentir plus heureux. Prenez alors conscience, dans ce sentiment de bien-être, que vous êtes toujours gagnant à respirer profondément. Cela renforcera l’action la fois suivante, jusqu’à en créer une habitude. Fini les interminables minutes à attendre en râlant : vous allez devenir le maître de la zénitude !

2-Envoyez des signaux de « fines tranches de joie » à votre cerveau

« Fines tranches de joie », kezako ? Le principe est simple. Nous sommes tellement sollicités par des environnements sur-connectés que l’on ne prend plus le temps d’identifier ni d’apprécier les petits moments de joie quand ils se produisent. Résultat : ces instants de bonheur deviennent totalement insignifiants face au stress, aux crises de nerfs et dans les moments de découragement. Pour sortir de cette spirale infernale, Meng nous invite à familiariser à nouveau notre esprit à la joie. En réapprenant à savourer ces « fines tranches de joie », il sera facile pour votre cerveau de reconnaître la joie, et par conséquent, de créer des conditions propices pour la provoquer.

ASTUCE : Lorsque quelque chose de joyeux arrive, prenez le temps de l’apprécier et de l’identifier, comme si vous le « taguiez » dans votre esprit. C’est tout ! Et si jamais vous avez eu une horrible journée, sans la moindre petite étincelle de joie, Meng conseille alors d’être juste « soi-même ». En d’autres termes, ne bloquez pas sur cette journée noire en ressassant tout ce qui vous a plombé. Dites-vous simplement que ce fut une journée sans joie.

3-Souhaitez le succès des autres et vous connaîtrez l’ « état d’esprit le plus heureux »

Dans son livre, Meng révèle également que la compassion est « l’état d’esprit le plus heureux jamais mesuré dans l’histoire des neurosciences ». Prendre l’habitude de souhaiter le succès et le bonheur des autres permet, par capillarité, d’être soi-même une personne plus heureuse.

ASTUCE : Une fois par jour, durant une heure (ou moins si vous êtes vraiment débordé), prenez le temps de lever les yeux de vos dossiers, et faites un compliment aux deux premières personnes que vous croisez : collègue, manager, secrétaire, et même les personnes que vous ne connaissez pas ! Ça prend moins de 10 secondes et après plusieurs tentatives, vous allez créer cette fameuse habitude pour la compassion. Un réflexe qui finira par faire de vous une personne é-pa-nouie (et très appréciée des collègues, ce qui n’enlève rien au bonheur..)

Mais qui est Meng, ce gourou venu de nulle part ?

Tout le monde le sait aujourd’hui, les salariés de Google forment un groupe heureux. Cette culture d’entreprise centrée autour de bonheur, a permis de réduire le stress des collaborateurs tout en augmentant leur productivité. Elle a depuis inspiré de nombreuses start-up et grands groupes, qui doivent cette petite révolution à l’enseignement et de l’inspiration de Meng.

Pendant des années, Meng a formé des milliers de « Googlers » pour les aider à accéder à la joie intérieure sur demande. Il s’est lancé dans cette aventure après des années à se sentir « affreusement malheureux », pour finalement se rendre compte que le bonheur n’était possible que si l’on faisait des efforts pour l’atteindre. « Le bonheur n’est pas quelque chose qui est venu naturellement » explique-t-il.

Alors qu’il a rejoint le géant Google en 2006, en tant qu’un des premiers ingénieurs, Meng, entouré d’une petite équipe, a commencé par une session de deux jours, basée sur la pleine conscience, et sobrement intitulée : « Rechercher dans son soi intérieur ». Un cours rapidement devenu le plus populaire des formations proposées chez Google, et qui a largement contribué à la culture actuelle de l’entreprise.

D’après un article de Vivian Giang

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.