Fermer
menu

25 propositions pour l’égalité femmes/hommes au travail

Le 15 février 2018, à l’occasion d’une soirée réunissant les grands réseaux féminins au siège de Google France, 25 propositions ont été formulées pour parvenir à l’égalité F/H en entreprise, en présence de Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat en charge du numérique, et Delphine Geny-Stephann, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances.

 

Selon le dernier classement Forbes-Pressedd, en 2017, les femmes représentaient seulement 1 % des 1000 personnalités les plus médiatisées en France dans le domaine du business. Elle représentent par ailleurs  3 % des PDG et 15 % des membres exécutifs des entreprises.

BPW, Jump, Social Builder, Elles Bougent, Arborus, Les Mampreneurs, GEF (Grandes Ecoles au féminin), Les Premières, PWN Paris, En Mode UP! … Les 25 grands réseaux féminins étaient réunis le 15 février pour formuler et exposer leurs 25 propositions en faveur de l’égalité femmes/hommes au travail. Et Claire Saddy, présidente de l’incubateur Les Premières, de rappeler : « si autant de femmes que d’hommes travaillaient ou montaient leur entreprise, la croissance en 20 ans pour la France serait de 9,4 %. »

Voici les 25 propositions des 25 grands réseaux féminins pour l’égalité :

  1. Rendre obligatoire les interventions de rôles modèles féminins dans les collèges et lycées pour sensibiliser les jeunes à l’esprit d’entreprendre au féminin et permettre aux jeunes femmes de faire des choix d’orientation ambitieux et moins stéréotypés.
  2. Que tout ce qui concerne l’entreprenariat en France soit rattaché au ministère du Travail, de l’Emploi et du dialogue social. Qu’on arrête au XXIème siècle d’associer « l’entreprenariat au féminin » au « social ». Les femmes entrepreneurs sont créatrices d’emplois au même titre que les hommes !
  3. A l’Islandaise : créer une certification renouvelable tous les 3 ans des entreprises et des administrations respectant l’égalité salariale. A défaut, pénalité à définir.
  4. Promouvoir et s’engager pour l’égalité entre les femmes et les hommes avec les Labels égalité (France – Europe – International) pour développer une culture de l’égalité et changer de système : d’organisation, de gouvernance, de pensée.
  5. Amplifier la neutralisation de la maternité pour l’évolution de la rémunération. À la naissance d’un enfant, de nombreuses mères changent de situation professionnelle : passage à temps partiel, interruptions de carrière, etc. Selon une étude du Centre d’études de l’emploi (Juillet 2014) les mères de trois enfants ou plus perçoivent en moyenne un salaire mensuel net plus faible de 24,9 % (15,9 % dans le secteur public) par rapport aux femmes sans enfant. Nous proposons de renforcer l’application de la garantie de rattrapage à l’issue du congé maternité (Code du travail art. L. 1225-26) en lui donnant un caractère obligatoire (indépendant de la négociation collective) dans les entreprises de plus de 300 salariés.
  6. Promouvoir la mixité dans les secteurs scientifiques et technologiques :
    – attirer plus de femmes dans ces secteurs en favorisant leurs conditions de carrière et de développement personnel ;
    – partager les bonnes pratiques pour créer un environnement propice à leur épanouissement dénué de tout sexisme et de stéréotypes.
  7. Permettre aux femmes, qui en feraient la demande, de consulter les feuilles de paie des collègues de même « grade » (H/F).
  8. Concevoir un programme TV (série, émission de télé-réalité…) mettant en scène des role models féminins dans la technologie.
  9. En Mode UP! propose à l’Etat d’accompagner et de participer à un événement appelé « Hack Ton CAC » en partenariat avec d’autres associations volontaires pour que des jeunes venus de tous horizons et formations puissent en une journée « disrupter » un CAC 40 fleuron de notre économie appuyé par des start-upers de renom avec en point d’orgue : la Mixité en Entreprise booster de croissance et les « Mixités » génératrices de créativité et d’innovations.
  10. Augmenter le nombre et la qualité de nos clubs départementaux, un par département, Afin d’accompagner et d’aider les femmes pour « Osez entreprendre ».
  11. Introduire dans la mission de contrôle des commissaires aux comptes le respect de la loi Copé-Zimmermann sur la féminisation des instances de gouvernance.
  12. Grâce à l’observatoire mis en place par Femmes Ingénieurs à partir des données issues de l’enquête IESF auprès des diplômé.e.s des écoles délivrant un titre d’ingénieur, assurer un rôle de vigie sur l’évolution de la situation des femmes ingénieures et contribuer à son amélioration dès leur parcours scolaire et tout au long de leur carrière professionnelle.
  13. Poursuivre la mobilisation massive des collégien.ne.s et lycéen.ne.s avec en 2018/2019 un programme vidéo/TV qui capitalise sur le succès de Science Factor, le premier concours d’innovation citoyenne.
  14. Instaurer des quotas Femmes/Hommes dans les instances collégiales d’exercice du pouvoir, telles que les COMEX/CODIR.
  15. La création d’une loi globale contre le sexisme. Une loi permettant de réprimer tous les actes inspirés par la misogynie que ce soit dans les discours qui infériorisent les femmes, les discriminations, le harcèlement, les publicités sexistes, … Cette loi permettrait de rassembler et de réprimer tous les « agissements » sexistes afin d’éviter le flou juridique dans l’application de la loi.
  16. Lancer un Grenelle contre la précarité et l’insécurité de l’emploi des femmes non qualifiées.
  17. Led By HER lancera une plateforme permettant aux entreprises et individus d’apporter leur compétences directement aux projets portés par des femmes entrepreneures pour accompagner les femmes dans leur lancement et démocratiser l’accès à l’entrepreneuriat.
  18. Mettre en place des mesures incitatives à la mixité dans la gouvernance exécutive des entreprises financées par BPI. Ainsi, toute entreprise répondant au critère de 40% minimum d’un sexe et 60% de l’autre sexe au sein de son exécutif aura droit à un avantage sur les financements BPI : par exemple, allongement d’un an de la durée de prêt, baisse du taux d’emprunt, etc …
  19. Faciliter et accompagner l’entrepreneuriat des parents : en subventionnant des espaces de travail avec garde d’enfants pour les parents entrepreneurs ; en valorisant le congé paternel (allongement, obligation, meilleure indemnisation) ; et avec un allègement fiscal supplémentaire pour les frais de garde des enfants des créateurs d’entreprise (moins de 3 ans d’activité de l’entreprise) et un allègement fiscal des frais de garde des enfants jusqu’à 11 ans (et non jusqu’à 6 ans).
  20. Pour que la “startup nation” se transforme en “licorne responsable” et que les femmes y aient leur place, PWN Paris appelle le Président de la République Emmanuel Macron, la ministre du Travail Muriel Pénicaud ainsi que la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa à proposer des mesures concrètes afin de libérer les femmes à la fois de leurs charges mentales quotidiennes, mais aussi des contraintes matérielles qui leurs sont apposées.
  21. Promouvoir l’entraide entre femmes, particulièrement dans les entreprises des secteurs techniques et le milieu entrepreneurial où nous sommes peu nombreuses. Par exemple sous forme de tutorat des jeunes diplômées pour les aider à mieux appréhender l’entrée dans la vie active, à oser prendre leur place, à concilier vie professionnelle et vie personnelle.
  22. Lancer une campagne institutionnelle nationale grand public d’une durée de 3 ans pour donner envie notamment aux jeunes filles (lycéennes) de rejoindre ces filières et pour faire connaître les métiers du numérique.
  23. Diffuser massivement une culture de l’égalité à travers la formation des étudiant.e.s et professionnel.le.s aux stéréotypes de genre dans le numérique et la tech.
  24. Développer le dispositif du Club Gen #Startuppeuse en articulation avec l’existant pour accompagner davantage de #Startuppeuses portant des projets innovants et à impact, notamment à l’international et, enfin déployer le potentiel de l’Entrepreneuriat Féminin français.
  25. Lancer une plateforme digitale pour mettre en relation des collégiens et lycéens qui ont déjà des envies, des projets professionnels avec des femmes passionnées qui souhaitent s’engager comme mentors pour les accompagner dans la réalisation de leurs rêves. Cette initiative s’inscrit comme une réponse concrète aux difficultés liées au choix d’orientation et au manque de modèles d’influence féminins, accessibles à tous. Pour lancer cette plateforme, lui donner un véritable élan afin qu’elle ait une forte résonance auprès des jeunes, il est primordial de réaliser une grande campagne de sensibilisation audiovisuelle. Celle-ci consisterait à mettre en lumière un duo mentor / mentee, susceptible d’inspirer les générations de demain mais également de créer des vocations.

(Photo Twitter : Syntec Numérique ; Photo de Une : Istock by Getty / PeopleImages)

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.