Fermer
menu

C’était comment la recherche d’emploi il y a 20 ans ?

Retour à un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Un temps qui ne donne pas envie de dire « c’était mieux avant ». Bienvenue à une période où le minitel trônait à côté du téléphone fixe avant la généralisation des téléphones portables. Un temps où l’on ne chantait pas la mauvaise e-réputation. Un temps sans courriel… Un temps où la recherche d’emploi était un vrai parcours du combattant !

Do it yourself !

1. Windows, Word ? Oui, il fut un temps où pour réaliser une lettre de motivation, il fallait s’armer d’une feuille blanche, d’un sous-main et tout recommencer à la première rature…

nouvel12

2. Bien avant la mode du selfie, il fallait se rendre chez un photographe professionnel ou s’installer dans un photomaton pour se faire tirer la trombine en « format CV ». On en réalisait ensuite des planches de photocopies couleur qu’il fallait découper pour enfin coller la photo sur son CV…

3. Ceux qui ont connu précocement des logiciels de traitement de texte aimaient bien jouer avec les options de mise en forme. Ce qui est plus surprenant, c’est que certains continuent encore aujourd’hui !

tumblr_me5cfvGrK91rlhmu7o1_1280

Une bonne dose d’organisation !

4. Il n’était pas possible de préparer l’envoi de ses CV le dimanche soir le magasin de photocopies étant fermé.

5. Pour postuler, vous demandiez à vos parents de faxer votre CV et lettre de motivation depuis leur lieu de travail. Sans jamais être certain de l’avoir envoyé au bon destinataire.

6. Le bottin téléphonique était l’arme ultime du « stalking », le seul vraiment efficace pour repérer les entreprises où postuler…

annuaire telephonique

7. Pour toucher le cœur des recruteurs, il fallait s’armer de courage et traverser la ville pour déposer en porte-à-porte son CV.

8. En 1990, un timbre coûtait 2,30 francs. Envoyer 100 CV, revenait à 230 francs, soit tout de même 35 euros.

POSTE-1990-64

On faisait comment avant ?

9. Il a fallu attendre l’an 2000 pour que le téléphone portable se généralise, avant il était impossible de prévenir le recruteur d’un éventuel retard…

10. Autre preuve que la technologie a du bon : il n’est plus nécessaire aujourd’hui de rester les yeux rivés sur un téléphone fixe à attendre désespérément des nouvelles d’une entreprise.

https://i.imgur.com/chsu25E.gif

11. Avant Internet, une des meilleures source d’inspiration était la rubrique « Petites annonces emploi » du journal local.

12. Le minitel pouvait aussi servir à trouver un emploi. Les cadres avaient même un service qui leur est totalement dédié, mais encore fallait-il payer…


13. « Je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de mes respectueux hommages »… L’usage du mail a permis de réinventer un peu la lettre de motivation et mettre fin à des formules de politesse particulièrement ampoulées. Et c’est tant mieux !

Une autre époque…

14. Pôle Emploi s’appelait encore l’ANPE, et il fallait s’y rendre physiquement pour regarder les offres d’emploi. Dur, dur…

15. On ne parlait pas de e-réputation : les photos de soirée de chacun restaient de l’ordre du privé. Ça devrait toujours être le cas !

16. Le taux de chômage était inférieur à 10% (enfin, tout de même autour des 8%…).

17. Pour trouver la motivation avant un entretien d’embauche, on pouvait écouter « Mets de l’huile » ou encore « All that she wants ».

http://i.imgur.com/2MBJqRh.gif

Alors, nostalgique ? Vraiment ?

En bonus, une vidéo de l’Ina qui nous montre que finalement en termes de politique de l’emploi, rien ne change…

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.