Fermer
menu

101 questions sur les réseaux sociaux d’entreprise

Rse101questionsdiateinoLes réseaux sociaux d’entreprise (RSE) sont à la mode. Ces outils multiples favorisent le travail en réseau, la circulation de l’information, le partage des données. Ils permettent aussi et surtout de changer les méthodes de management pour aller vers plus de collaboratif et aplanir la hiérarchie.

Pour en savoir plus sur la manière de les mettre en place et la définition des outils (Networking, intelligence collective, communautaire, dialogue…), Anthony Poncier vient de publier un livre sur les réseaux sociaux d’entreprise en 101 questions aux Editions Diateino. Dans cet ouvrage très pratique, il répond aux principales interrogations des entreprises qui souhaitent mettre en place un RSE. Mais au-delà des outils, ce qui compte c’est la transformation induite par les RSE dans le mode d’organisation de l’entreprise. Interview avec l’auteur qui est aussi blogueur et Directeur/consultant chez Lecko en management et entreprise 2.0

L’initiative de mettre en place un réseau social d’entreprise elle vient plutôt des services RH, de la direction ou alors suite à une demande des salariés ?
L’initiative vient très rarement des services RH, à quelques exceptions comme chez Orange par exemple. Dans la majorité des cas, c’est souvent une démarche de la DSI ou alors de la direction. Mais les choses évoluent. Auparavant, la direction avait une vision « outils » et transmettait sa demande au service informatique. En ce moment, on observe une montée en puissance au niveau des services de communication interne qui gèrent déjà les intranet et se positionnent désormais sur les RSE. C’est le cas chez Alcatel par exemple. Mais historiquement, c’est plutôt la DSI qui est à l’origine des RSE et de son pilotage. Dans l’idéal, on a une demande du métier, appuyée par un triptyque Com’-DSI-Direction.

« Le RSE n’est pas un outil réservé aux grandes entreprises »

Comme pour tous les réseaux sociaux, ce qui est important c’est de réfléchir plus en termes d’usages que d’outils…
Exactement. On part soit d’un besoin business qui sera facilité par un RSE, soit d’un problème à résoudre via du collaboratif. Mais on n’a pas attendu le web 2.0 pour le faire. Le RSE est un outil qui va faciliter le côté social et collaboratif, notamment quand on a des équipes distantes. C’est juste un accélérateur. Dans les entreprises où les RSE fonctionnent il y a d’ailleurs souvent une communauté existante. Le RSE permet alors de donner des moyens pour être encore plus efficient et simplifier le travail collaboratif.

La complexité réside aussi dans l’articulation avec les communautés existantes, ou un intranet…
La question de l’intégration dans le système d’informations se pose effectivement. Comment pluguer le RSE avec un CRM ou avec un chat ? Il faut alors faire un mapping de l’existant, voir les zones de recouvrement pour privilégier certains outils. Mais là où l’intégration est la plus difficile c’est plutôt au niveau des process de l’entreprise. Si on a des modes de management extrêmement verticaux, l’idée de communauté, de travail en réseau et de communication plus directe, est plus compliquée à faire passer. Le problème d’intégration n’est donc pas vraiment technique mais plutôt culturel. Il faut remettre en question le management et aplatir la pyramide. Enfin, la notion d’expert au sein de la communauté de l’entreprise change aussi les méthodes d’évaluation.

AnthonyponcierPour l’instant les RSE sont plutôt déployés dans de très grandes entreprises, est-ce que les PME vont devoir s’y mettre aussi ?
Ce n’est pas une question de taille. Le RSE repose plutôt sur un besoin. Dans une PME ou TPE de dix personnes, si les collaborateurs sont répartis sur tout le territoire, le fait de pouvoir travailler à distance est un plus. La différence va se jouer plus sur le type d’outils collaboratifs. Dans une petite structure, le conversationnel ou la coproduction ont du sens. Alors que dans une grande entreprise, le RSE permet d’identifier des experts ou des compétences dans la communauté. Pour une PME le RSE peut aussi permettre de travailler avec une communauté externe de clients ou d’interagir avec un écosystème.
Et même dans les collectivités territoriales, on trouve de plus en plus d’exemples de réseaux sociaux territoriaux entre différents partenaires.

« Les managers cherchent de l’information 2 heures par jour et souvent, ils ne la trouvent pas »

Les gains de productivité paraissent évidents quand on parle de travail collaboratif, de partage de documents ou d’expériences. Pour le côté conversationnel, ce n’est pas forcément le cas ?
Ce n’est pas l’outil ou l’usage collaboratif qui doit être mesuré mais bien l’impact sur un process business. Les managers cherchent de l’information pendant deux heures par jour et dans la plupart des cas ils ne la trouvent pas forcément. Si par la conversation, ils accèdent plus rapidement à cette information, c’est un gain évident. Mais à l’inverse si on a une communauté d’innovation avec 200.000 personnes qui discutent et qu’il n’en ressort rien, c’est sûr que ce n’est pas très productif. La priorité c’est de voir comment utiliser cette conversation et si les projets avancent plus vite qu’avant.

Est-ce que le meilleur effet qu’on puisse attendre d’un RSE c’est de désengorger un peu les boites mails ?
A moyen et long terme peut-être. Ce qui compte c’est de savoir comment gérer l’information et l’optimiser avec l’ensemble des outils disponibles : mail, RSE, etc. Il faut optimiser l’accès aux documents, trouver les bonnes personnes, capitaliser une information ou la détruire.

Quelle est l’étape qui suit la mise en place d’un RSE ? Mesurer la performance ?
La mesure de la performance doit être prévue en amont, c’est souvent une erreur que font les entreprises de ne pas l’anticiper. Les véritables problèmes qu’on rencontre après la mise en place d’un RSE sont ailleurs. Les entreprises ont bien compris qu’il fallait faire adhérer les collaborateurs au processus de changement. Mais là où les freins sont plus importants et la déception plus grande, c’est dans la transformation réelle de l’organisation. Si malgré les efforts et les investissements, les modes de management ne changent pas, le RSE simplifie la vie mais reste un simple outil. Alors que l’impact collaboratif peut véritablement transformer le modèle de l’entreprise. Si on veut vraiment récolter les fruits d’un réseau social d’entreprise, il faut aller au bout de la logique de transformation de l’organisation.

  • « Les réseaux sociaux d’entreprise », par Anthony Poncier, Collection 101 questions, Diateino. 250 pages, 13 euros.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. JN Chaintreuil
    20 janvier 2012 - 13h21

    Bonjour et un grand merci pour cet article qui met en avant l’ouvrage d’Anthony.
    Nous avons voulu, chez Diateino, privilégier l’expertise et le côté pratique de ce livre et des prochains!
    Nous sommes ravis qu’il vous ait plu.

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.