Les métiers de demain sont dans le Dico du futur

Dico futur metiers demainDésicroqueur, numéropathe, temproleur, toitaginier… Ces noms de métiers ne vous disent sans doute rien mais vous serez peut-être amenés à les exercer dans un futur proche ! Ces professions, un peu étranges, existent déjà dans le dico du futur, un projet collaboratif qui réfléchit à l’avenir des métiers, en particulier sous l’angle des évolutions technologiques. Pour l’instant, 58 métiers du futur sont recensés dans le dictionnaire. Il devrait en compter à terme plus d’une centaine.

Entre science et fiction

Certaines de ces professions existent déjà selon Anne-Caroline Paucot qui pilote ce projet de dictionnaire collaboratif. « Le métier d’algovendeur, créateur d’algorithme pour trouver de nouveaux clients sur les réseaux sociaux, est déjà une réalité ». D’autres sont en cours de structuration. « Quand on voit tout ce qui existe au niveau de l’impression 3D, on se dit que le métier de corpcepteur, le concepteur d’organes de remplacement, n’est plus tout à fait du domaine de la science-fiction. Beaucoup de chercheurs travaillent déjà la création de nouveaux organes à partir de cellules souches » ajoute Anne-Caroline Paucot.

Dico metier

D’autres métiers paraissent encore relever d’un avenir plus lointain, c’est le cas du légisboteur, spécialiste du droit des robots, ou de l’eaubaniste, « urbaniste spécialisé dans l’engloutissement des villes » qui, espérons-le, n’aura pas trop de travail…

Le génomicien a de l’avenir

« Certains métiers n’existent pas encore mais je suis persuadé qu’ils vont voir le jour rapidement, c’est le cas du génomicien. Le premier décryptage du génome remonte à 2004 et a coûté plusieurs milliards, mais d’ici 2 ans on pourra l’obtenir pour moins de 1000 euros en un quart d’heure sur une clé USB. Cela va changer complètement les pratiques, notamment des assureurs qui pourront prévoir les risques médicaux de leurs assurés » affirme Anne-Caroline Paucot.

Metiers futur

Une démarche collaborative et francophone

Mais comment ces noms de métiers ont-ils été imaginés et pourquoi ? « Le principe, quand on met un nom, c’est de faire commencer à exister quelque chose » précise Anne-Caroline Paucot. « Le dictionnaire est élaboré grâce à des ateliers organisés dans les entreprises ou institutions qui veulent réfléchir à l’évolution des métiers de leur secteur. C’est à la fois un atelier et une formation car beaucoup de gens ne connaissent pas les innovations qui sont en train de bouleverser leur travail ».

70% des métiers de demain seront nouveaux

Au-delà du jeu sur les mots, cet exercice de prospective a aussi une vertu plus concrète : « l’objectif c’est de pouvoir adapter le système de formation et prendre un peu d’avance » explique Anne-Caroline Paucot. « Le ministère américain du Travail considère que 70% des métiers qui seront exercés demain n’existent pas encore, ce qui veut dire qu’aujourd’hui on forme des jeunes à des métiers qui vont disparaître ».

Ce projet est aussi en phase avec la démarche plus globale et francophone du Dico du futur. « Les mots sont les briques de la pensée, mais souvent on utilise des néologismes franglais assez médiocres pour désigner les nouveaux concepts, objets ou métiers. Or avec des mots de mauvaise qualité, la pensée est de mauvaise qualité. Par exemple dans le débat sur l’Open data, personne ne se comprend » regrette Anne-Caroline Paucot. D’où l’intérêt de cette démarche collaborative qui permet de faire évoluer les définitions dans le temps et surtout d’inciter les gens à « inventer leur métier ».

Et quand on lui demande son métier du futur préféré, la « dictionneuse » hésite un peu avant de choisir le clapotiseur, « créateur de solutions permettant de diminuer la cacophonie informationnelle causée par le numérique ». Un métier plein d’avenir assurément !

Ces articles devraient vous intéresser

Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.