Le travail mobile, priorité des entreprises

A quoi ressemblera l’environnement de travail du futur ? Assurément, il sera mobile. Selon une récente enquête de Citrix, 91% des entreprises prévoient d’adopter une stratégie de travail mobile. C’est-à-dire de permettre à leurs employés de « travailler n’importe où, n’importe quand et depuis n’importe quel terminal ». Mais pas n’importe comment. Ce déploiement d’une stratégie mobile a en fait déjà commencé pour 62% des entreprises interrogées lors de cette enquête (82% des sociétés l’envisageant à court terme, d’ici 2014). Il s’accompagne aussi d’une diminution progressive des surfaces de bureau. Citrix estime ainsi que les entreprises auront réduit leurs locaux de 15% en 2020. Dans ce futur proche, l’environnement de travail offrira alors un bureau pour 7 employés sur dix. Et parallèlement, les salariés mobiles se connecteront à leurs outils pro en utilisant six périphériques différents en moyenne (ordinateur portable, smartphone, tablette, ordinateur personnel…)

L’objectif est clair : il s’agit à la fois de réduire les coûts immobiliers, de réduire le coût du travail et d’attirer des profils plus facilement séduits par une souplesse dans l’organisation du travail.

BYOD à tous les étages

Concrètement, le travail mobile repose à la fois sur le BYOD (Bring your own device) – le fait d’utiliser le matériel des salariés pour un usage professionnel – et sur le recours à des sous-traitants. Cette stratégie mobile va aussi impacter l’organisation des espaces de travail dans les entreprises avec une large place accordée à la souplesse, notamment dans l’organisation de « réunions spontanées ». Un futur qui semble bien idyllique mais qui pose d’ores et déjà des questions de sécurité informatique et de prise en charge des coûts d’équipements par les salariés eux-mêmes. Sans parler de la formation et l’accompagnement technique nécessaires pour résoudre les problèmes d’accès à distance.

Mais cette stratégie permettra peut-être à certaines entreprises de moderniser plus rapidement leur équipement informatique et de répondre à une demande croissante de flexibilité horaire de leurs salariés. Connecté partout et tout le temps, l’employé du futur sera lui aussi un peu dématérialisé…

Toutes les infos de l’enquête Citrix sont résumées dans l’infographie ci-dessous.

Le travail mobile en plein essor infographie

Ces articles devraient vous intéresser

Commentaires

  1. Jacky Degueldre
    17 octobre 2012 - 17h49

    Non seulement le travail sera de plus en plus mobile, mais il le sera indépendamment de la volonté même des entreprises, qu’elles prônent la flexibilité ou pratiquent la délocalisation honnie.
    Cela correspond, sinon à une tendance sociétale profonde (qui ne souhaite pas, aujourd’hui, « garder sa place » ? ), du moins à une contingence inéluctable, notamment par le biais de la précarité qui gangrène tout: le retour à un nomadisme souvent contraint par les circonstances économiques, mais parfois aussi librement vécu. Dans la génération Y plus encore, à la recherche d’elle-même, de boulot sporadique et de repères culturels nouveaux.
    Il est grand temps de se souvenir que même nos sociétés occidentales ont été fondées sur le nomadisme et les flux migratoires. Que ce trait fait intrinsèquement partie de notre culture européenne de la diversité. et qu’il faut par conséquent cesser de frapper d’ostracisme celles et ceux qui sont contraints de voyager pour (sur)vivre, jetés sur les routes par la guerre, la haine, la famine et d’autres maux.
    Ainsi, passé le débat électoral des présidentielles, la question Rom vient, paraît-il, d’être débattue devant un hémicycle parlementaire aux trois quarts vide: c’est un vrai scandale.
    Sera-aussi le cas si, demain, les trois millions de sans-emploi français se mettent à arpenter les routes de France, contraints et forcés par le non-travail?
    Souvenons-nous de la Grande Dépression américaine, des « Raisins de la Colère » et du désespoir des ouvriers saisonniers américains filmés par John ford.
    Les prochaines vendanges pourraient être désastreuses pour le pinault, si vous voyez ce que je veux dire…

  2. Patrick Gaspardo
    23 octobre 2012 - 14h42

    Je trouve votre analyse intéressante mais brassant toutefois de nombreuses idées qui touchent à des sujets différents.

    Dans les faits, cette recherche de mobilité voulue sans toute tardivement par les entreprises, est régie avant tout par une logique économique: moins de mètres carrés à payer, une gestion plus fluide des effectifs.

    La technologie le permet. Reste à inventer le modèle juridique et le modèle sociétal correspondants.

    Dans l’absolu, je pense qu’une partie des salariés y trouveront sans leur compte (génération Y ou pas d’ailleurs – C’est plus une question d’état d’esprit, de caractère, de souhaits personnels que de génération). Combien exactement ?

    Encore une fois, cette évolution est plus économique que sociétale car le(s) modèle(s) correspondant(s) reste(nt) à inventer et je ne suis pas certain que beaucoup y aient réfléchi: comment motiver, garder le lien social, créer une culture commune, développer et gérer les talents afin qu’ils ne deviennent pas, eux aussi, trop nomades et ne rejoignent la concurrence ?

    Quelle structure juridique proposer ? Pourra-t-on construire l’essentiel de sa carrière professionnelle en travaillant à distance ? Quid de la notion de management ? Quid des structures organisationnelles ?

    Une fois passée l’illusion des tablettes et du Virtual Private Network, il sera nécessaire de se poser les vraies questions.

  3. FmR
    24 octobre 2012 - 10h59

    Vous avez raison la question de l’engagement et de la fidélisation des salariés est importante et effectivement, comme c’est indiqué dans l’article, la principale motivation du côté des entreprises est de réduire les coûts immobiliers et ceux liés à l’entretien d’un parc informatique. C’est une forme de sous-traitance interne qu’il faudra bien encadrer…

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.