Le numérique, 1er secteur d’emploi des ingénieures

Mutationnelles11Le numérique est visiblement en avance sur son temps. A l’heure où l’égalité hommes-femmes stagne dans quasiment tous les domaines d’activités, le secteur emploie 14% des femmes ingénieures, se plaçant ainsi devant l’agro-alimentaire et la chimie. L’écart salarial entre ingénieurs hommes et femmes y est également plus faible que partout ailleurs. Le numérique ferait-il donc figure d’exemple à suivre ? L’étude Mutationnelles 2011 réalisée pour Orange révèle qu’il est en tous cas le premier secteur d’emploi des femmes ingénieures.

Meilleur taux d’emploi, meilleure employabilité
Le secteur du numérique, qui comprend la fabrication de matériel électronique et informatique, les SSII et les télécommunications, compte parmi les plus dynamiques et les plus innovants. Une croissance qui se traduit notamment par le recrutement de femmes. En 2010, celui-ci a représenté 14% des embauches, devant l’agro-alimentaire (11%) et la chimie (10%). Côté employabilité, le numérique est également favorable aux femmes : moins de 5% des ingénieures sont en recherche d’emploi du côté des SSII et de la fabrication de matériel électronique rapporte l’étude. Mieux, elles sont seulement 2% dans les télécommunications ! A titre comparatif, la moyenne d’ingénieures en recherche d’emploi tous secteurs confondus est de 7,2%, de 8,6% dans l’agroalimentaire et 7,6 dans la chimie, ces deux secteurs comptant parmi ceux qui recrutent habituellement le plus d’ingénieures.

Un écart salarial parmi les plus bas
Sur le plan des salaires, difficile de comparer puisque les disparités sont plus ou moins fortes selon les différents domaines d’activité. L’écart de salaire entre hommes et femmes ingénieurs est de 26% en moyenne. Mais selon les secteurs, les écarts vont de 40 à 60%. Dans le numérique, ils diminuent de moitié voire plus : 12% dans les SSII, 15% dans la fabrication de matériel électronique et informatique. Mais les télécommunications là-encore battent tous les records avec un écart salarial de 1% ! Ainsi, l’étude Mutationnelles 2011 y relève un salaire record pour les femmes ingénieures de 58 K€ brut par an, contre 44 K€ de salaire médian brut tous secteurs confondus. Une sacrée différence…

Attirer les diplômées vers les filières porteuses
Malgré l’attractivité du numérique, les jeunes ingénieures se dirigent toujours vers des filières scientifiques moins créatrices d’emplois. En 2010, elles étaient 35% à obtenir un diplôme en agroalimentaire ou en chimie. Dans les TIC, beaucoup plus porteuses, on constate une baisse du nombre de femmes dans les effectifs formés depuis trois ans. Et si les filières généralistes ont la cote (+39% de femmes entre 2007 et 2010), de plus en plus de jeunes diplômés se spécialisent dans le génie civil, l’électrotechnique, l’automatique ou encore l’électricité. Si attirer les filles vers les métiers de l’ingénierie n’est déjà pas chose facile, il s’agit maintenant de les attirer vers les filières scientifiques qui recrutent.

Consulter l’étude Mutationnelles 2011

Ces articles devraient vous intéresser

Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.