Théma Jeunes diplômés : Découvrez les initiatives de nos partenaires

Le jeune diplômé idéal selon les recruteurs

JeunedipidealL’institut Trendence a sondé les DRH de 20 pays du monde pour le cabinet de conseil français Emerging afin d’établir un classement des universités qui forment les jeunes les plus performants mais surtout, de mesurer les attentes des recruteurs vis-à-vis des jeunes diplômés. Des attentes en termes d’expérience qui paraissent quelque peu ambitieuses envers des jeunes tout juste sortis des études.

Qu’attendent les recruteurs des jeunes diplômés ? Pour la deuxième édition de son palmarès universitaire, regroupant le Global Employability University Ranking et l’enquête sur le Jeune Diplômé Idéal, le cabinet de conseil français Emerging et l’institut de sondage Trendence ont interrogé plus de 2500 recruteurs dans 20 pays (Australie, Brésil, Canada, Chine, France, Allemagne, Inde, Italie, Japon, Malaisie, Mexique, Pays-Bas, la Russie, Singapour, la Corée du Sud, Espagne, Suède, Suisse, Royaume-Uni et aux Etats-Unis). L’Institut a ainsi mesuré l’employabilité des jeunes en fonction des réponses des DRH. Un mode de calcul différent des classements habituels tels que QS ou Shanghai, qui se basent eux uniquement sur des critères académiques.

Du savoir-être plus que du savoir-faire

Sans surprise, notamment quand on connaît leur place dans les différents classements mondiaux, l’Angleterre (n°1), les Etats-Unis (n°2) et l’Allemagne (n°3) produisent les meilleurs diplômés selon les recruteurs, la France ne figurant qu’en 8e position sur les 20 pays sélectionnés. Mais il ne suffit pas d’être formé dans l’une des universités de ces pays pour devenir le candidat idéal. En majorité, les RH attendent de lui qu’il sache se présenter, exprimer sa motivation et rédiger son CV. Pour eux, la personnalité et le savoir-être passe avant le savoir-faire.
Enfin, l’anglais apparaît comme une compétence indispensable qui peut faire la différence. « Au niveau des savoir-faire, certains sont aujourd’hui des basiques. L’anglais en fait partie. Un jeune aura tout intérêt à partir 6 mois, un an, vivre à l’étranger, y faire des petits boulots pour maîtriser cette langue et ainsi prouver qu’il est motivé, mobile » explique Thierry Andrieux, fondateur du cabinet de recrutement Humanessence. Jusqu’ici, pas vraiment de surprises donc…

Des compétences « sociales » à ne pas négliger

Mais ce n’est pas tout : le jeune doit avoir effectué des stages et avoir l’expérience du travail en équipe. Au-delà des compétences théoriques et des diplômes, les compétences « techniques et sociales » comptent en effet tout autant voir plus selon le sondage. 30,5 % des recruteurs choisissent l’expérience professionnelle comme premier domaine dans lequel les jeunes diplômés doivent s’améliorer note Emerging. Ainsi, à long terme, les qualités les plus importantes sont l’adaptabilité, les aptitudes en communication et la capacité à travailler en équipe. « Car si le diplôme est un critère de choix important, les entreprises recherchent du dynamisme, du répondant » selon Thierry Andrieux. Pourtant, difficile pour des jeunes fraîchement sortis de l’école d’avoir de l’expérience à revendre en entretien…

Savoir valoriser ses expériences

D’où l’intérêt de ne pas négliger les stages, les jobs d’été et les jobs étudiants, et de savoir mettre en valeur ses expériences sur son CV et lors de l’entretien. « Ils prouvent que vous avez déjà été confronté aux contraintes de la vie de l’entreprise : les règles et les codes du monde du travail sont en effet bien différents de ceux de l’université » explique Chloé Berthoux, Gérante du cabinet Point RH. Mais attention à la manière de valoriser ces expériences professionnelles : « il faut au préalable réfléchir à ce qu’il vous faut valoriser : le type de d’entreprise, les missions réalisées, le contexte, les objectifs, les résultats, les difficultés… » conseille-t-elle. Le tout étant de positiver ses expériences quelles qu’elles soient. « La manière dont vous présenterez votre expérience et votre faculté à les mettre en avant comptent souvent plus que les postes que vous avez occupés » conclut la Gérante de Point RH.

A lire également : « Le stage, réel bénéfice pour la carrière ».

Ces articles devraient vous intéresser

Commentaires

  1. Clemrcv
    4 décembre 2012 - 0h04

    Belle analyse, pas évident de se « vendre » quand on sors d’école…

  2. hakim
    6 décembre 2012 - 9h18

    Merci pour cette article, je la trouve très riche d’informations utiles dans la vie professionnelle..Je voudrais me renseigner : Comment pourrais-je bénéficier des services du cabinet de recrutement? Pour me vendre est ce qu’il existe des organismes, à part pôle emploi, qui peuvent m’aider à rédiger mon CV, lettre de motivation, et l’entretien d’embauche?
    Merci d’avance, pour votre réponse et bonne journée.
    Cordialement,

  3. Ju
    8 décembre 2012 - 16h46

    Réponse à Hakim:
    Pour ma part je suis suivie par l’APEC (Association pour l’Emploi des Cadres), l’une de ces missions est l’accompagnement des jeunes diplômés et des cadres tout au long de leur vie professionnelle. L’APEC possède des bureaux dans la plupart des grandes villes, il suffit de les contacter via leur site internet http://jd.apec.fr/Accueil/ApecIndex

    Bon courage!

  4. hakim
    8 décembre 2012 - 18h36

    Merci Monsieur, Ju de votre réponse, je vais visiter ce site..Merci beaucoup..:-)

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.