« La génération Y n’est pas totalement incontrôlable »

000moniquedagnaud 1008 1 2C’est un peu le sujet à la mode. Tous les jours, ou presque, une nouvelle étude détaille les relations de la génération Y au monde du travail. Souvent décriés, ces jeunes nés entre la fin des années 70 et le milieu des années 90 seraient individualistes, peu respectueux de la hiérarchie et rétifs aux méthodes de management propres à l’entreprise. Bref, ingérables. Le concept paraît pourtant fumeux. Qu’est-ce qui relie en effet un Y cadre d’un Y ouvrier ? Leur culture est-elle si homogène qu’elle les met en opposition totale avec leurs aînés ? Et pourquoi ces derniers semblent s’étonner que des jeunes fragilisés par le contexte économique rejettent les modèles du passé ? Monique Dagnaud, directrice de recherche au CNRS et auteure notamment de Génération Y, les jeunes et les réseaux sociaux : de la dérision à la subversion, revient sur la notion d’Y et l’apparente possibilité d’affrontement entre générations.

La génération Y renvoie à une classe d’âge, grosso modo ceux qui ont aujourd’hui entre 18 et 30 ans, mais qu’y a-t-il de commun entre un jeune employé, un jeune cadre ou encore un jeune ouvrier ?

Lorsque je me suis intéressée à la génération Y, je souhaitais comprendre quels étaient les rapports des jeunes de 18 à 30 ans à Internet et aux réseaux sociaux. C’était une réflexion sur les modes de communication en temps réel et leurs conséquences sur la psyché des jeunes, leur manière de fonctionner dans le monde. De ce point de vue-là, il y a effectivement une certaine homogénéité. Bien évidemment, ces pratiques sont ensuite à redéfinir en fonction des catégories socio-professionnelles et encore plus important en fonction du niveau d’études atteint. Par exemple, les jeunes d’origine populaire ont un usage plus utilitaire de Facebook alors que les jeunes qui sont à l’université manient ce réseau social de manière plus exubérante, comme une construction de leur identité. Mais au-delà du rapport à Internet, la génération Y partage également une vision du monde commune liée à la crise financière, le chômage, la mondialisation et à un certain pessimisme ambiant dans la société. Ils ont été élevés dans un modèle bien particulier et ont su adopter de nouveaux codes et de nouveaux moyens de sociabilité.

Le monde de l’entreprise les qualifie souvent d’individualistes, de rétifs à l’autorité et critique leur manque de fidélité, c’est un peu étonnant alors qu’ils ont précisément été éduqués dans un environnement instable…

C’est vrai que ces jeunes sont nés dans une période de crise, ils ont entendu leurs parents parler de la souffrance au travail, de la pression professionnelle et ils savent parfaitement que les entreprises sont soumises à des logiques économiques… De fait, ils n’ont pas une image extrêmement positive du monde du travail. Il n’y a plus de véritable patriotisme d’entreprise. Avant, on disait je suis de telle ou telle société mais cet attachement à l’entreprise est aujourd’hui très tiède pour ne pas dire froid. Mais la génération qui précède n’est pas forcément très différente de la génération Y : elle aussi a connu le mal-être en entreprise.

N’est-ce donc pas aux entreprises de s’adapter à ces nouveaux comportements ?

Je pense que les entreprises s’interrogent déjà sur l’attitude à adopter vis-à-vis des Y. D’autant qu’au-delà de leurs habitudes de communication, leur peu d’attachement à l’entreprise, les jeunes veulent s’investir. Ils souhaitent apporter des choses à l’équipe qu’ils intègrent au travail tout comme ils désirent apprendre des autres. Ils sont dans un rapport dialectique d’apprentissage, même si, là encore, c’est à repenser en fonction des CSP et niveaux d’études de chaque individu. Il est aussi intéressant de constater que les Y ne sont pas des jeunes totalement incontrôlables. Ils sont demandeurs de plus d’accompagnement, de suivi, ils veulent progresser et sont en attente d’une forme de transmission du savoir. Cela prouve qu’ils désirent également s’insérer dans la société. En cela, ils partagent les envies de la génération précédente sans pour autant bénéficier des mêmes moyens au même âge.

Les Y ne seraient donc pas en conflit permanent…

Une fraction minoritaire de jeunes fait un rejet de la société, mais ce sont précisément ceux qui ont le moins de cartes en main. Ceux qui, peu ou faiblement diplômés, galèrent à trouver un emploi et sont fragilisés financièrement. La société doit mieux accompagner ces jeunes. Par exemple, alors qu’auparavant on pouvait intégrer une entreprise et être formé sur le tas, il est aujourd’hui difficile de réaliser un stage en alternance et les entreprises sont de plus en plus frileuses dans leur recrutement. Il est donc nécessaire de repenser le rapport à l’employabilité.

Récemment encore, on faisait également miroiter le départ à la retraite des baby-boomers et donc un retour vers plus d’emploi. Est-ce que la crise peut alors exacerber les tensions entre génération ?

C’est vrai qu’il y a une dizaine d’années, le discours était : ne vous inquiétez pas, les baby-boomers vont partir à la retraite, des places vont se libérer. En fait, ceux qui sont le plus en forme continuent de travailler et aujourd’hui, les entreprises n’embauchent plus. Il y aurait donc toutes les raisons de craindre un conflit de génération, tous les paramètres étant présents pour. Mais au sein des familles, l’accompagnement et la solidarité économique notamment n’ont jamais été aussi fortes. Cela permet d’apaiser un climat qui pourrait objectivement être tendu.

Pour aller plus loin, des jeunes de la génération Y témoignent, à lire sur La Tribune

Ces articles devraient vous intéresser

Commentaires

  1. Alain
    11 octobre 2012 - 10h14

    Je ne sais pas si la « génération Y » est le facteur principal avant tout de conflits avec les générations précédentes ou tout simplement l’évolution des styles de management et de la place du salarié qui change aussi (cycle de carrière, législation, …)

  2. David
    11 octobre 2012 - 12h20

    De tous temps les jeunes ont évolué par rapport à leurs parents. La société change, mais pas les « anciens ».
    Ne serait-ce pas plutôt la génération X qui régresse, à ne pas évoluer ?
    Je pense que c’est aussi à cette génération « entre le W et le X » qui doit s’adapter au futur, on ne peut plus vivre comme dans les années 1960-70. On nous lègue un monde pas du tout prospère, en pleine crise et sans espoir.
    En outre, les entreprises ne font pas confiance aux jeunes, comment voulez-vous que les jeunes s’y attachent…

    « Ils sont demandeurs de plus d’accompagnement, de suivi, ils veulent progresser et sont en attente d’une forme de transmission du savoir. Cela prouve qu’ils désirent également s’insérer dans la société. En cela, ils partagent les envies de la génération précédente sans pour autant bénéficier des mêmes moyens au même âge. »

    C’est on ne peut mieux résumé : )

  3. François-Xavier
    12 octobre 2012 - 8h29

    Je rejoins David.

    Autrement dit, la génération Y (dont je fais partie) est-elle incontrôlable ou la génération X (ou W ou…) est-elle réticente au changement ?

    Dans une entreprise ou plusieurs générations cohabitent, je pense que l’on peut s’apprendre et s’aider mutuellement, une relation d’échange et pas à sens unique !
    Les jeunes aident les moins jeunes avec l’informatique, les moins jeunes aident les jeunes dans leur métier, leurs relations professionnelles…

    Il faut vivre avec son temps !

  4. François GEUZE
    12 octobre 2012 - 10h46

    Le concept de Génération Y n’est qu’une approche marketing qui masque les réels problèmes de l’entreprise. Attention je ne dis pas qu’il n’y a pas de problèmes avec ces « Y » mais que le problème est plus lié aux évolutions de l’organisation du travail que de l’évolution des attentes vis à vis du travail.

    Si vous voulez en savoir plus :
    http://lecercle.lesechos.fr/entrepr

  5. Vincent
    13 octobre 2012 - 18h47

    Pour aller un peu plus loin et nous aider à répondre à notre enquête : Génération Y, comment allez-vous travailler demain?
    http://support.aastra.fr/Generation

    Un livre blanc sera réalisé pour restituer et analyser les résultats.
    Merci !

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.