Bienvenue dans l’ère du salarié caméléon

Jusqu’à maintenant, les entreprises cherchaient des moutons à 5 pattes. Dans un avenir proche, le salarié idéal ressemblera plutôt à un caméléon. C’est ce que prédit une étude du cabinet EY et de LinkedIn sur la révolution des métiers qui est déjà en marche.

La recrue idéale ? Un caméléon

Salarie-cameleon

« Le changement des métiers qui se profile sera massif », prévient l’étude réalisée avec l’institut CSA. Basée sur le point de vue d’une trentaine d’experts et l’analyse des compétences les plus recherchées par les entreprises, cette enquête dresse le profil du salarié idéal de demain, vu par les employeurs. Et à quoi ressemblera cet employé-modèle ? A un caméléon qui saura s’adapter au changement permanent. Quant à ses compétences elles seront autant comportementales que techniques pour résoudre les problèmes et travailler en équipe.

Les « soft skills » comptent de plus en plus

La dimension collaborative du travail est d’ailleurs la compétence comportementale qui sera la plus importante dans les 5 ans à venir pour les entreprises. Viennent ensuite la gestion du stress, la capacité à intégrer le changement, à résoudre des problèmes, la faculté d’apprendre et à absorber une charge de travail importante. C’est une des révolutions qui est en marche : les « soft skills », ces compétences de savoir-être, pèsent autant dans la balance pour choisir la recrue idéale que le savoir-faire technique. Et c’est particulièrement le cas dans les pays occidentaux. D’après l’analyse de plus de 7000 offres d’emploi diffusées sur des sites internet spécialisés, la double dimension des compétences est déjà très nette.

Top20-competences

Les entreprises cherchent des « recrues adaptables »

« Au-delà d’un socle solide de compétences sectorielles et techniques, les entreprises recherchent aussi un éventail important de compétences comportementales : savoir communiquer à l’écrit comme à l’oral, savoir se comporter dans l’entreprise (ténacité, dynamisme, sens de l’innovation, curiosité, ouverture d’esprit), disposer de compétences interpersonnelles » détaille l’enquête.

Les compétences comportementales sont le marqueur du salarié caméléon qui pourra tracer son chemin dans la jungle. Ce nouvel avatar est déjà une cible de choix des employeurs aujourd’hui. « Les entreprises cherchent des recrues adaptables, capables de faire face à la volatilité de l’environnement économique qui est devenu la norme » rappelle l’enquête.

Autre changement majeur qui est déjà à l’oeuvre : certains métiers techniques sont en train de se diluer et deviennent des compétences transverses à plusieurs postes : la gestion de projet, la connaissance des logiciels et même la dimension achats deviennent des pré-requis pour différents postes. On peut citer la maîtrise de progiciels de gestion intégrés (ERP) ou même le sens du e-commerce qui capillarisent au-delà des postes de spécialistes. Pour suivre ces évolutions, le salarié devra encore se muer en caméléon pour ne pas rester coincé dans sa branche.

Competences-avenir

Emergence de nouveaux métiers

En parallèle de nouveaux métiers émergent. Pour suivre cette révolution, l’enquête se base sur les intitulés de postes des profils sur les réseaux sociaux professionnels. Un indicateur comme un autre qui a ses limites mais qui donne quand même des tendances intéressantes. Deux grandes familles de métiers semblent ainsi se développer en ce moment : les fonctions dont le rôle est de nourrir la marque ou la vendre et les métiers du soin et de la santé de la personne.

De nouveaux métiers sont nés, (data scientist, data miner, brand coordinator, social media strategist) pour des profils « caméléons » aux compétences multiples et transverses.

Mais entre « vendre et soigner » il y a une troisième voie particulièrement porteuse de sens : l’économie sociale et solidaire qui monte en puissance, en particulier dans les pays anglo-saxons.

Metiers-avenir

Une révolution du travail dans le temps et l’espace

Dernière révolution et non des moindres, les manières de travailler dans le temps et dans l’espace sont elles aussi bouleversées. C’est tout l’environnement professionnel qui est en train de changer : les outils de communication à distance, comme les smartphones, facilitent le travail à distance et rendent plus flexibles les horaires. Le télétravail se développe, y compris en France. « Au-delà de la durée du travail, le lieu du travail est également bousculé, les technologies numériques rendant possible le travail à distance. La France compterait ainsi 12% de télétravailleurs, un chiffre encore inférieur aux 25 à 30% observés dans les pays scandinaves et anglo-saxons » indique l’étude. « Toutefois, la moitié de la population active française pourrait potentiellement être concernée en 2015 par le travail à distance ».

Le travail indépendant et l’entrepreneuriat progressent aussi. Ces nouvelles formes d’emploi, couplées à des embauches qui se font majoritairement en CDD et via l’intérim, laissent à penser que le travail de demain sera lui aussi multiple et changeant.

Dans cet environnement professionnel nouveau, c’est bien l’employé-caméléon qui pourra le mieux s’adapter et survivre.

Ces articles devraient vous intéresser

Commentaires

  1. stéphane Mugnier
    19 mai 2014 - 11h33

    je suis un salarié camaléon

    visitez mon profil viadeo : http://www.viadeo.com/profile/0021hh1bejosk2h0/

  2. Bob
    19 mai 2014 - 14h01

    LOL

    Maintenant que les entreprises se rendent compte qu’elles ne peuvent pas trouver de mouton à cinq pattes (=que des gens hyper spécialisés), elles se mettent à rechercher des caméléons = des gens qui se déguisent en compétent dans tous les domaines. des imposteurs en somme.

  3. coradelest
    19 mai 2014 - 14h07

    La même chose était écrite il y a 20 ans…
    Des experts en tout qui finissent par ne rien savoir faire…
    Encore un article de remplissage…L’informatique, une compétence transverse ? (rire du public).

  4. Darwin
    21 mai 2014 - 14h50

    Et les dinosaures disaient :
    « Ahaha, regardez ces animaux bizarres qui ne savent ni courir vite, ni nager longtemps, ni voler… ils n’ont ni dents ni griffes pour chasser, et ne sont pas assez gros pour résister à un prédateur… Mouhahaha (rire du public) »

  5. Bob
    5 juin 2014 - 11h14

    (à nouveau rire du public) 😉
    très jolie tentative de comparaison avec l’incomparable, et retour aux « lois de la jungle de l’emploi ». Comme si l’employé était une espèce en voie d’extinction soumise au darwinisme le plus rude : survival of the fittest. Tu sais, Silex and the City, c’est une satyre, pas un truc à prendre au pied de la lettre. Pourvu que les gens de ton espèce ne se reproduisent pas. Je te souhaite de ne pas subir une mutation qui te rendrait inapte.

    Attention ! derrière toi ! Ya un requin qui veut te bouffer ! Et là ! Une horde de loups de la finance ! Vas vite rejoindre ce troupeau de paresseux (l’animal) syndiqué pour t’en protéger.

    à nouveau : LOL

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.