L’app economy va créer 4,8 millions d’emplois en Europe d’ici 2018

App-economyLes applications pour smartphones sont un bon filon pour l’emploi. L’app economy devrait créer 4,8 millions d’emplois en Europe d’ici 2018. Et pas uniquement des postes de développeurs.

L’économie des applications est née avec le lancement en 2008 de l’App Store d’Apple. Depuis ce big bang, l’écosystème qui gravite autour s’est considérablement étoffé et l’Europe a su se faire une place dans le marché des applications. Un business encore naissant qui emploie actuellement dans l’Union européenne 1 million de développeurs et près de 2 millions de professionnels du marketing et du support mobile. 

1,8 million de développeurs

Selon le rapport « Sizing th EU app economy », réalisé par les sociétés Gigaom et Galway, dans le cadre de l’initiative « Start Up Europe », le nombre d’emplois générés par l’économie des applications devrait ainsi exploser. Au total, 4,8 millions de nouveaux emplois verront le jour d’ici 4 ans, dont 1,8 million pour des profils de développeurs et 3 millions pour les fonctions support et marketing. Car il n’y a pas que les sociétés qui vendent des applis qui font des bénéfices, les applications génèrent tout un business, y compris dans les services aux entreprises. Et de la même manière, les nouveaux emplois ne se limitent pas aux sociétés qui développent des applications. Les sous-traitants, les indépendants et les petites agences vont également bénéficier des retombées de cette manne. Comme le résume le rapport « le pari le plus sûr dans une ruée vers l’or, c’est de vendre des pelles ».

L’Europe représente 42% des revenus des applications

Et à ce petit jeu, les sociétés européennes ne s’en tirent pas trop mal. Alors que la plupart des plateformes sont nées en Amérique du Nord (l’Android de Google, iOS de chez Apple et l’environnement Facebook), les développeurs européens se sont montrés habiles pour monétiser l’app economy. Les entreprises européennes représentent ainsi 42% des revenus tirés des applications en Europe et aux USA. Soit la même part que les firmes américaines.

Evidemment, c’est le secteur des jeux vidéo sur mobile qui tire cette économie vers le sommet et le rapport note que les entreprises les plus florissantes sont inégalement réparties en Europe. Les pays nordiques, avec les pépites finlandaises Rovio (Angry Birds) et Supercell ou encore King.com, l’éditeur de Candy Crush créé en 2003 à Stockholm, sont en tête des revenus générés par l’app economy.

Les jobs vont se concentrer dans les pays pionniers

D’autre pays comme la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la France ont vu naître aussi des éditeurs qui réussissent à se faire une place en dehors de leur marché domestique. D’après le rapport, cette inégale répartition devrait accentuer la concentration régionale des emplois liées aux applications. Les employeurs ont en effet besoin de pouvoir s’appuyer sur des filières de compétences et auront tendance à encore plus se regrouper. Pour les développeurs et les autres pros des applis, cela veut dire qu’il ne faudra pas avoir froid aux oreilles !

Des emplois qualifiés et bien payés

Mais bonne nouvelle, les jobs créés grâce aux smartphones sont qualifiés et plutôt bien payés : plus de 30% des codeurs européens gagnent plus de 50.000 euros par an. Des professions qui sont aussi souvent exercées en indépendant et à distance. En plus de ces métiers du développement, un nombre significatif d’emplois associés (dans les métiers du test, du design et l’expertise mobile) vont profiter de cet eldorado mobile.

Eurapp-Infographie

Ces articles devraient vous intéresser

Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.