L’emploi en 2030 : tous entrepreneurs ?

A quoi va ressembler le travail de demain ? Et comment faciliter la transition entre le travail de bureau traditionnel actuel et le travail du futur, plus flexible ? Pour Stephane Kasriel, fondateur et directeur du site américain de freelancing Upwork et co-président du Conseil Mondial sur l’Education, le genre et le travail, entrepreneurs et freelances représentent l’avenir. Dans le cadre du World Economic Forum, il expose sa vision de l’emploi en 2030 : ce que nous devons faire pour nous préparer à l’avenir et comment les entreprises devraient réagir.

Travailler dans un bureau ne sera plus la norme

Selon Kasriel, l’avenir est à la flexibilité du travail et des horaires. En 2030, les Millenials (la génération Y) occuperont des postes à responsabilités et apporteront avec eux l’idée qu’il n’est pas nécessaire d’être présent de 9h à 17h, d’exercer son travail dans un bureau, ou de travailler pour une seule et même entreprise.

Découvrez à quoi ressemblera le travail en 2030

Aussi, les managers doivent se tenir prêts : la nouvelle génération de travailleurs veut se sentir libre, exercer un emploi qui a du sens et être maître de son propre destin.
Les entreprises vont devoir apprendre à mieux fidéliser cette population de travailleurs plutôt volatile. Elles n’ont de toute façon pas le choix puisque les Millenials, eux, ne changeront pas. Et pour Kasriel, la génération qui suit sera encore plus indépendante.
Les entreprises doivent également poursuivre leur un effort du point de vue de l’égalité hommes-femmes, en s’imposant des objectifs chiffrés à tenir.

Demain, tous entrepreneurs de nos vies

Toujours selon le président d’Upwork, les jeunes diplômés vont devoir disposer d’un bagage de connaissances techniques mais également être capables de se vendre, de construire leur réputation, d’aller au devant des attentes des clients et de savoir négocier. Managers et patrons seront leurs futurs « clients ». Selon Kasriel, c’est au système éducatif de préparer les jeunes à devenir de véritables entrepreneurs.

Etudier durant sa jeunesse et faire carrière dans une seule et même entreprise est désormais révolu. Les compétences sont déjà en perpétuelle évolution et les renouveler régulièrement sera  la norme : tous les 5 ans pour les demandeurs d’emploi. En 2030, les employeurs devront donc fournir les outils nécessaires aux employés pour se former tout au long de leur vie professionnelle. Mais il leur sera difficile de disposer d’assez de moyens tant les changements s’opèrent vite.

Minority report : votre journée de travail en 2030

Pour Kasriel, idéalement, en 2030, femmes et hommes pourront développer pleinement leur potentiel et être payé au même niveau de rémunération, au-delà de toute considération liée à leur origine, leur religion, leur pays de résidence… Les choses ne s’amélioreront pas d’elles même sur ce plan selon le président d’Upwork : l’émergence de l’intelligence artificielle et de la robotique tend à augmenter les inégalités entre les pays, et les événements politiques actuels ont conduit au développement du populisme, de la xénophobie et de la discrimination entre les sexes dans plusieurs pays du monde. Mais avec une collaboration multipartite conclut Kasriel, il est possible d’y arriver, et urgent surtout.

Ces articles devraient vous intéresser

Commentaires

  1. Tarzan
    23 janvier 2017 - 15h46

    En 2030, il restera quelques rois et beaucoup d’esclaves maîtres de leur petit destin pourri…

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.