Dans quels pays les études coûtent-elles le plus cher aux parents ?

Le site Expert Market a dressé la liste des 10 pays dans lesquels envoyer son enfant à l’université coûte le plus cher aux parents. Le site n’a pas seulement tenu compte des frais de scolarité mais il a calculé le coût du financement des études par les parents en fonction de leurs salaires.
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les universités anglo-saxonnes ne sont pas celles qui coûtent le plus cher aux parents. Dans le trio de tête des pays où les études coûtent le plus cher aux parents, on trouve trois pays de l’Est de l’Europe : la Hongrie, la Roumanie, et l’Estonie. Ainsi, les parents hongrois doivent dépenser 92% de leur salaire pour envoyer leur progéniture à l’université, les parents roumains 86% et les parents estoniens 76%. Ils sont suivis de près par les parents chiliens qui doivent eux débourser 73% de leur salaire pour payer les études de leurs chères têtes blondes.

Un accès aux études encore très inégal selon les pays

En Europe, les frais de scolarité varient énormément d’un pays européen à l’autre selon le rapport Eurydice. Bonne nouvelle : un nombre significatif de pays européens n’appliquent aucun frais de scolarité dans l’enseignement supérieur : Finlande, Suède, Danemark, Norvège… Dans d’autres, ils sont assez bas. À l’opposé, les frais de scolarité peuvent atteindre, en premier cycle, plus de 5 000 euros par an en Hongrie, Estonie, Lituanie, Irlande, Royaume-Uni et Turquie. En France, l’Etat prend en charge l’essentiel du coût des formations (soit en moyenne 10 000 Euros par étudiant et par an) dans les établissements publics. Reste à la charge des étudiants les frais d’inscription et de scolarité (s’échelonnant de 180€ en licence à 650 en doctorat). Dans le privé cependant (écoles d’ingénieurs, de commerce), le coût des études peut aller de 3 000 à 10 000 euros par an selon les écoles.

Des soulèvements étudiants pour dénoncer l’inaccessibilité aux études

Première du classement Expert Market, la Hongrie avait fait parler d’elle en 2012 avec l’annonce faite par le gouvernement hongrois de réduire drastiquement le nombre d’étudiants exemptés de frais de scolarité, ce qui avait amené les étudiants à manifester.
Récemment, ce sont les étudiants sud-africains qui se sont soulevés contre l’augmentation des frais de scolarité de 10,6% à la rentrée 2016. Le mouvement #FeesMustFall (« les frais de scolarité doivent tomber ») dénonce en effet un coût des études trop élevé, conduisant à de fortes inégalités. Alors que 25% de la population est au chômage, ce coût prohibitif amène les jeunes à renoncer aux études après le Bac, à fortement s’endetter voire à arrêter leur cursus en cours de route, faute de pouvoir continuer à financer leurs études. Et les bourses octroyées ne couvrent qu’une partie des frais. « Les étudiants sud-africains se sentent pris en tenaille entre le chômage qui ronge le pays (près de 25 % de la population) et un accès à l’éducation au coût de plus en plus prohibitif. » explique le journal Le Point, qui cite en exemple des jeunes ayant à payer de 3000 à 6500 euros par an pour payer leurs études.

(Via Le Figaro Etudiant)

Ces articles devraient vous intéresser

Commentaires

  1. Anthony
    23 octobre 2015 - 12h13

    Bonjour,

    C’est impressionnant de voir ce que peut représenter les frais de scolarité selon les pays. En sachant très bien que les montants dépendent donc du revenu moyen par pays mais voir un coût de scolarité pour certains pays qui avoisinent presque 100% du salaire … On a de la chance en France concernant les universités publiques, … !

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.